Accéder au contenu principal

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 26)

 



Mercredi.

 

                Pas de grasse matinée ce matin : Héloïse nous réveilla à neuf heures pour que nous puissions travailler un peu sur nos cours. J’étais grognon au possible en me réveillant, comme cela m’arrive rarement.

En m’asseyant à table au petit déjeuner, je fus agacée par Anaïs, toujours pleine d’énergie et en forme le matin. Je déteste les gens du matin. Ou les gens. Ou le matin.

 

                Après m’être préparée et habillée pour la journée, je remontai dans ma chambre et me sentis toujours aussi grognon. Je ne savais pas encore pourquoi mais j’avais l’impression que cette journée allait être désagréable au possible. Personne n’avait intérêt à me voler dans les plumes : je m’étais levée du pied gauche !

                J’ouvris mes cahiers et commençai à travailler. Soudain, seulement quelques minutes après avoir commencé mes devoirs, j’entendis :

-          Louise ! Anaïs ! Marie ! Descendez immédiatement !

Héloïse avait l’air furieuse. J’obéis et rejoignis mes sœurs et ma baby-sitter dans la pièce à vivre.

-          Qu’est-ce qui se passe ? demandai-je.

-          L’une de vous trois va m’expliquer POURQUOI Jeanne ne retrouve pas ses affaires d’école !

-          Qu’est-ce qu’on en sait, nous ?! me défendis-je.

-          L’une de vous trois le sait ! insista Héloïse.

-          Vous êtes rentrées dans ma chambre et vous les avez volées ! nous accusa Jeanne.

-          Non mais t’as une case en moins, toi ! lui aboya Anaïs. On ne les a pas tes affaires, nous !

-          Tu n’as qu’à y faire attention, comme tout le monde ! renchéris-je. Comme ça, elles ne seraient pas perdues !

-          Mais c’est VOTRE faute ! renchérit-elle.

Après plusieurs longues minutes à se renvoyer l’ascenseur, Héloïse toujours aussi en colère, intervint :

-          Stop, ça suffit ! En ligne toutes les quatre ! Mains sur la tête !

-          Mais je n’ai rien fait ! protesta Jeanne.

-          Nous non plus ! insistai-je.

-          Puisque je n’arrive pas à avoir le fin mot de l’histoire, je vais m’occuper de vos fesses ! Je suis sûre que ça va vous délier la langue !

Héloïse s’empara du paddle en bois, nous n’avions toujours pas bougé.

-          En ligne, dépêchez-vous ! Obéissez ou il y aura du supplément !

A contrecœur, mes sœurs et moi nous mîmes en ligne, mains sur la tête. J’étais en début de file : Héloïse commença donc par mes fesses, m’assénant dix coups de paddle. Je les encaissai non sans mal. Notre baby-sitter poursuivit avec Louise, puis Jeanne, puis Anaïs. Puisque personne n’avait parlé, une nouvelle salve plus appuyée débuta. Je trouvais cela totalement injuste car je n’avais rien à me reprocher : j’étais persuadée que c’était encore une histoire entre Anaïs et Jeanne, comme il y en a souvent !

                La deuxième salve ne donna rien. Héloïse posa alors le paddle sur la table basse et baissa mon jeans. Les dix coups qui suivirent m’arrachèrent de petits « aïe ! » incontrôlés. Lorsqu’Héloïse poursuivit avec Louise, celle-ci pria :

-          Non mais les filles, sérieux quoi ! Si l’une de vous connaît la vérité, qu’elle le dise au lieu de laisser souffrir les autres !

Louise commençait à pleurer durant cette série sur la culotte. Jeanne également. Au bout de trois ou quatre coups sur la sienne, Anaïs avoua :

-          Ok, c’est moi ! C’est ma faute !

-          Et tu laissais tes sœurs payer à ta place ?! gronda Héloïse en appuyant bien le reste de la série, qui fit pleurer Anaïs.

-          Mais c’était parce que…Parce que…

-          Parce que quoi ?! gronda Héloïse.

-          Parce que Jeanne flirte avec mon crush !

-          Ton quoi ?!

-          Mon crush ! Le mec que je kiffe, quoi ! Jeanne fait exprès de flirter avec !

Je savais qu’il y avait de fortes tensions entre Jeanne et Anaïs (d’où mon intuition que cette histoire les concernait toutes les deux) mais je n'avais pas fait le rapprochement avec cette histoire de cœur !

-          Qu’as-tu fait de ses affaires d’école ?! demanda Héloïse.

-          Je les ai mises dans la cheminée hier soir, celle qui est dans la chambre de mes parents.

-          TU AS FAIT QUOI ?! s’exclama Jeanne.

-          Tu as tout brûlé ?! gronda notre nounou.

-          Oui. Avoua Anaïs à mi-voix.

-          Très bien, conclut Héloïse en tentant de garder son calme. Marie et Louise vous pouvez vous rhabiller et faire des photocopies des cours pour Jeanne. Jeanne, rhabille-toi également et va avec tes sœurs. Je vais prévenir vos parents pour qu’ils te rachètent le matériel nécessaire. Quant à toi Anaïs, tu viens de gagner une fessée tellement monumentale que tu vas t’en souvenir toute ta vie !

Nous sortîmes de la pièce après avoir vu Héloïse attraper l’oreille d’Anaïs.

 

                Je n’assistai pas à la punition de ma sœur. Et il valait mieux. Ses cris, ses pleurs et le bruit des instruments qui tombaient sur ses fesses inondaient toute la maison. Je me demandais même si les voisins n’allaient pas venir frapper à la porte pour demander ce qui faisait un tel vacarme !

La fessée d’Anaïs donnée par Héloïse dura une bonne heure et fut heureusement ponctuée de quelques pauses.

 

                Lorsque Louise, Jeanne et moi descendîmes dans la salle à manger pour le repas du midi, Anaïs était toujours au coin, mains sur la tête et fesses à l’air. Elle avait des fesses écarlates avec deux petits bleus en leurs milieux, représentant sûrement le dur travail du paddle en bois.

Mes sœurs et moi restâmes muettes et nous mîmes à table sans dire quoique ce soit.

-          Anaïs ! Viens manger ! appela Héloïse.

Notre sœur se dirigea vers le canapé pour attraper sa culotte et son pantalon mais notre nounou intervint :

-          Oh non, sûrement pas ! Tu restes cul nu jusqu’à ce que tes parents rentrent ce soir ! Tu vas te promener comme ça dans la maison tout l’après-midi ! Cela te permettra de réfléchir à tes actes ! Viens t’asseoir à table, tout de suite !

-          Je peux au moins prendre un coussin pour le mettre sur ma chaise ?

-          Non plus, trancha Héloïse. Je n’ai prévu aucune clémence pour toi aujourd’hui ! Si je n’étais pas persuadée que tes parents te remettront une fessée ce soir, tu serais encore en train de gigoter sous le paddle ! Viens manger tout de suite !

Les larmes aux yeux, Anaïs nous rejoignit sans broncher.

Un silence glacial marqua l’intégralité du repas.

 

 

                Dix-huit heures trente. Mes trois sœurs et moi jouons à Mario Kart 8 Deluxe sur la console dernier cri achetée par nos parents le week-end dernier. J’étais d’ailleurs en train de gagner lorsque Tom rentra à la maison.

-          Bonjour les filles !

-          Bonjour papa ! répondîmes-nous en mettant le jeu sur « pause ».

Anaïs, toujours nue de la taille aux orteils, n’osait pas regarder papa. Pourtant, lui la fixait bien comme il faut, avec son regard de père-ultra-furax.

-          Viens ici, dit-il.

Nous savions toutes à qui il s’adressait. Ana se leva lentement et avança vers l’ingénieur à contrecœur. En la regardant avancer, je remarquai que ses fesses avaient perdu de leur rougeur, même si les deux petits bleus étaient encore bien présents.

                Une fois qu’Ana fut arrivée à hauteur de Tom, celui-ci la fusilla du regard pendant plusieurs secondes. Puis il lui demanda :

-          Tu es fière de toi ?

-          Non papa, répondit-elle.

-          Ça t’a amusé de faire ça ?

-          Non papa.

-          Qu’est-ce qu’on vous a dit, votre mère et moi, à propos des différends fraternels ?

-          Qu’il fallait vous en parler.

-          Alors pourquoi tu ne l’as pas fait ?! gronda Tom.

Anaïs ne répondit pas. Notre père réagit en l’attrapant par le bras et en lui flanquant une dizaine de claques, venue de très loin. Je n’aurais vraiment pas aimé les recevoir ! La pauvre Anaïs avait déjà reçu une bonne fessée sur les genoux de maman pas plus tard qu’hier, et passait encore un mauvais quart d’heure aujourd’hui !

Ma sœur fondit en larmes, évidemment. Papa reprit :

-          Je t’ai posé une question Anaïs Morgane Johnson ! Pourquoi tu ne nous en as pas parlé, avant de te venger ?!

-          Je…j’avais peur qu…que vous ne me c…compreniez… pas…

-          Et donc la seule solution que tu as trouvée, c’est de brûler les affaires d’école de ta sœur ?!

Tom reflanqua une bonne salve à Anaïs. Ses fesses étaient redevenues écarlates. Papa y allait vraiment très fort. Il voulait marquer le coup et cela se voyait ! J’avais vraiment mal pour ma sœur !

-          Pa…pard…on… sanglota Ana en se frottant les fesses.

-          Tu peux t’excuser oui ! C’était complètement idiot de faire ça ! Et tu es loin d’être idiote, Anaïs ! Très loin ! Je ne veux plus JAMAIS que tu te comportes de la sorte, tu as compris ?! Quand une de tes sœurs t’embête, tu viens nous en parler à maman et moi avant de faire n’importe quoi ! Tu as compris ?!

-          Ou…oui p…pa…p…papa… hoquetait Ana.

-          Je ne sais vraiment pas ce qui me retient de te mettre sur mes genoux pour les vingt prochaines minutes !

Anaïs doubla ses larmes et pria notre père ; Tom céda et la laissa se rhabiller, la prévenant quand même qu’elle allait sûrement recevoir une fessée de la part de Dana et qu’il ne s’y opposerait pas.

Nous pensions l’épisode terminé mais Tom n'en avait pas décidé ainsi. Il appela :

-          Jeanne, viens ici.

Etonnée, Jeanne lâcha sa manette, se leva du canapé et se dirigea avec appréhension vers notre père.

-          Est-il vrai que tu fais exprès de mettre des bâtons dans les roues d’Anaïs, à propos de ses histoires de cœur ?

-          Non, pas du tout !

Tom se tourna vers Louise, qui ne lui ment jamais.

-          Louise, dis-moi la vérité.

Jeanne fusilla Louise du regard mais cela n’empêcha pas ma sœur de balancer :

-          Anaïs est amoureuse de Rémi depuis plusieurs semaines, elle nous l’avait dit à Marie et moi ! Et la semaine dernière, nous étions toutes les trois dans la chambre d’Anaïs pour parler de Rémi, et Jeanne a surpris notre conversation. Le lendemain, elle a fait exprès d’aller draguer Rémi pour embêter Ana !

-          Tu confirmes, Marie ?

-          Oui papa, répondis-je.

-          Rémi est tombé dans le panneau ? se renseigna papa.

-          Non, il est resté fidèle à Ana, rétorquai-je.

-          Bien, au moins, je n’aurai pas à m’occuper de son cas, dit Tom.

-          Mais même si Rémi n’a pas cédé, Jeanne continue d’être chiante avec Anaïs, poursuivit Louise. Elle l’embête tout le temps ! Je ne dis pas que c’est bien qu’Ana se soit vengée mais je peux comprendre qu’elle en ait eu marre…

Je n’avais rien d’autre à ajouter, Louise avait tout dit. Tom tourna alors son regard vers Jeanne et dit :

-          C’est tout à fait normal, à vos âges, que vous ayez des histoires de cœur. Ce qui n’est en revanche pas normal, c’est que tu fasses tout pour embêter ta sœur au lieu de la laisser tranquille !

-          Mais papa, se défendit Jeanne, c’est elle qui m’a mise à l’écart dès le départ !

-          Si tu étais digne de confiance, expliqua Ana, je t’en aurais parlé comme à Louise et Marie ! Mais tu répètes toujours tout à tout le monde alors forcément, je ne t’ai rien dit !

-          Ce que tu as fait à ta sœur mérite punition, Jeanne ! gronda Tom.

-          Mais c’est ELLE qui a brûlé toutes mes affaires ! plaida Jeanne.

-          Et elle a été punie pour cela, dit Tom. En revanche, toi, tu ne l’as pas été pour ce que tu lui fais subir depuis une semaine ! Un petit tour sur mes genoux te fera le plus grand bien, ma fille !

-          Non ! protesta Jeanne alors que papa l’avait attrapée par le bras. Non ! Papa, attends ! Je vais t’expliquer !

Notre père ne voulut rien entendre. Il tira le tabouret de bar, s’assit dessus et bascula Jeanne en travers de ses genoux. Ma sœur était complètement dans le vide, seulement soutenue par les cuisses de papa au-dessous de son ventre et la main de Tom maintenant sa hanche extérieure.

 

                Papa donna une bonne fessée à Jeanne, une fessée traditionnelle et bien appuyée comme nous redoutons toutes. Il envoya ensuite Jeanne dans sa chambre, tout comme Louise. Il s’adressa ensuite à Héloïse :

-          Tant que je suis dans mon rôle de Père Fouettard : y’a-t-il eu un problème avec Louise et Marie ?

-          Non, tout s’est bien passé aujourd’hui, répondit notre baby-sitter.

-          Parfait.

Louise et moi, qui avions retenu nos souffles durant la réponse d’Héloïse (nous savions que nous n’avions rien à nous reprocher mais on ne sait jamais !), respirâmes sereinement. Nous attrapâmes nos manettes respectives et commençâmes une partie à deux. Tom se mit aux fourneaux pour le repas du soir.

 

-          Bonsoir les filles !

-          Bonsoir maman, répondîmes Louise et moi.

Après avoir posé deux gros cabas remplis de fournitures scolaires par terre, Dana embrassa tendrement Tom. Papa lui fit un petit résumé de ce qui s’était passé avec Anaïs et Jeanne lorsqu’il était rentré du boulot.

-          Bien, je vais aller les voir pour leur dire bonjour et leur passer un savon, annonça maman. Tu as besoin d’aide pour le dîner ?

-          Non, ne t’inquiète pas chérie. Je gère.

-          Si tu as besoin, n’hésite pas.

Dana partie au premier étage et Tom aux fourneaux, Louise et moi continuions notre course.

-          Les filles, pouvez-vous mettre la table, s’il vous plaît ? nous demanda papa.

-          On finit notre coupe ! répondis-je.

-          Vous en avez pour longtemps ?

-          Ben on vient de la démarrer alors…un quart d’heure à peu près, répondis-je.

-          Ah non, c’est beaucoup trop long ! Dans un quart d’heure, nous serons à table. La pizza est bientôt prête. Venez mettre la table tout de suite, s’il vous plaît, mes petites puces.

-          Oh mais papa ! râlai-je.

-          C’est rien, Marie ! me raisonna Louise. On y jouera une autre fois.

-          Mais on peut quand même bien finir notre coupe ! insistai-je.

-          Manou, ne m’oblige pas à me fâcher, s’il te plaît ! menaça Tom.

« Manou » était le nouveau surnom que mes parents avaient trouvé pour moi. Nous en avions toutes un : « Loulou » pour Louise, « Anou » pour Anaïs, « Jeanou » pour Jeanne et donc « Manou » pour moi. Ces surnoms ne sortaient que lorsque papa et maman étaient de très bonne humeur, ce qui arrivait parfois à papa et très rarement à maman.

-          Mais je ne veux pas que tu te fâches, papa ! Je veux juste finir ma coupe, ce n’est pas un crime quand même !

-          Et moi je veux que tu viennes aider ta sœur à mettre la table ! Tu obéis, Marie !

Ah, Tom était passé de « Manou » à « Marie » en deux phrases. Le ton montait. 

Louise était déjà à l’œuvre, les couverts en mains,

-          Rho, mais qu’est-ce que t’es chiant ! râlai-je en posant ma manette sur la table basse.

-          Pardon ?! me gronda Tom. Qu’est-ce que tu as dit ?!

-          J’ai dit que tu étais chiant ! réitérai-je inconsciemment, en croisant les bras pour signifier que je boudais, vissée dans le canapé. Franchement, ça te coûtait quoi de nous laisser jouer quinze minutes de plus ?!

-          Ça me coûtait du temps perdu pour se mettre à table ! me répondit sèchement mon père en se lavant les mains. Je te rappelle que tu as une maladie qui t'oblige à manger à heures fixes !

L’ingénieur s’essuya ensuite les mains et me fonça dessus. Sans que je ne m’y attende, Tom me renversa sur le côté et me colla trois bonnes claques sur les fesses.

-          Alors comme ça je suis chiant, hein ?! Et tu oses le répéter en plus ?!

Je n’avais pas eu conscience que j’avais dépassé les bornes : maintenant, je l’avais compris ! Papa me tira par le bras pour me sortir du canapé et me colla trois autres claques supplémentaires.

-          Tu n’as pas intérêt à me parler ainsi de nouveau ! File mettre la table avant que je te baisse ton pantalon ! Et fais-toi toute petite pour le reste de la journée !

Après m’être frottée les fesses, je me lavai les mains et aidai Louise. J’étais vexée et de nouveau grognon. J’avais su dès ce matin que cette journée serait nulle, j’en avais eu la preuve.

 

                J’étais on ne peut plus contente d’éteindre ma lampe de chevet, signe que ce jour était enfin terminé.

 

A suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le tutorat de Little Princess (Séance 16)

                  Vendredi 2 juillet, je reprends ENFIN la conduite, mon entorse au genou étant assez guérie pour me le permettre. Je rejoins Hugo chez ses parents pour un repas en famille. Lorsque j’arrive à destination, Hugo me demande : -           Tu as respecté les limitations de vitesse ? -           Euh…si on veut… répondis-je, hésitante. Hugo m’attrapa le poignet, m’entraîna dans la salle de bains – à l’abri des regards –, me pencha sous son bras et m’asséna cinq bonnes claques sur ma robe. Lorsqu’il me lâcha, je réagis aussitôt : -           Aïe ! Mais qu’est-ce qui te prend ?! -           Tu te permets de continuer à rouler vite alors que Thomas t’a collé une volée la dernière fois pour cette même raison ? -           C’est bon, je n’ai accéléré que sur une portion de route qui était déserte… -           Je m’en fiche ! Le jour où tu auras un accident, tu me répondras aussi « c’est bon » ?! J’espère vraiment que Thomas va te calmer, lundi ! Et je te jure que si

Un joli fantôme du passé (Chapitre 15)

  Mardi 26 janvier 2021   5h30, le réveil que Trent et moi avions programmé sonne. Nous sortons de l’hôtel et rentrons chez nous en toute discrétion. Après avoir confirmé à Trent que cette nuit était merveilleuse via un texto, je me recouchai dans mon lit.                   7h, le deuxième réveil de la journée sonne. Je m’étais recouchée à peine trois quarts d’heure : j’étais crevée.   -           Bonjour ma puce ! me dit Loli en me regardant descendre les escaliers. -           Coucou Loli, répondis-je encore un peu dans les vapes. La domestique s’approcha de moi et me murmura dans l’oreille : « Tu avais laissé la porte du garage entrouverte. Je l’ai bien refermée. Ne t’en fais pas, ce sera un secret entre toi et moi. J’espère seulement que tu as passé un bon moment ! ». J’acquiesçai, adressant un sourire bienveillant à celle qui acceptait de couvrir mes arrières.                   Arrivée dans la cuisine, je m’attelai à me préparer un bol de chocolat chaud. Alors

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 27 - 2ème partie)

  -            TU NE VAS PLUS POUVOIR T’ASSEOIR PENDANT UNE DECENNIE, MA FILLE ! JE TE LE GARANTIS ! COMMENT AS-TU OSE NOUS INVENTER UN TEL BOBARD ?! COMMENT ?! -           Ben…Je… -           TU TE TAIS !!! Dana fonça sur moi, m’attrapa par le bras et me sortit du canapé. Là, elle me pencha sous son bras et me colla une dizaine de claques très appuyées sur le jeans. -           BAISSE-MOI Ç A  !! BAISSE-MOI CE MAUDIT PANTALON, QUE JE M’OCCUPE CORRECTEMENT DE TES FESSES !! TU VAS AMEREMENT REGRETTER DE NOUS AVOIR FAIT UN COUP COMME ÇA, JE PEUX TE LE DIRE ! BAISSE-MOI CE PANTALON, J’AI DIT !!! -           Maman, s’il te plaît… priai-je. -           OBEIS !!! Dana avait l’air sur le point de se transformer en dragon cracheur de feu. J’obéis donc à contrecœur. A peine mon pantalon était-il déboutonné que Dana tira dessus pour le faire descendre d’un coup sec. Elle fit également descendre ma culotte et s’appliqua à me fesser à coups d’énormes claques. Après avoir reçu la qu

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 27 - 1ère partie)

  Jeudi.   -           Les choses vont être très claires à partir de maintenant ! gronda Tom. Il est exactement treize heures et trois minutes. PERSONNE ne sort de cette maison avant que j’aie le fin mot de cette histoire ! J’ai bien dit PERSONNE ! -           Mais papa, on a cours, nous ! osa Louise, d’une petite voix. -           Vous n’avez qu’une heure et demie de physique qui sera facilement rattrapable auprès de vos camarades ! dit Dana. Je n’en revenais pas. Pour que Tom et Dana nous empêchent d’aller en cours, c’est que nous étions vraiment dans de sales draps !                     Après les cours de la matinée, Tom et Dana ont eu la bonne idée de nous inviter au restaurant mes sœurs et moi pour que nous prenions le temps de déjeuner en famille. Seulement, au moment de payer, Tom s’est aperçu qu’un billet de 50€ avait disparu de son portefeuille. Puisque Dana lui assura que ce n’était pas elle, Tom était persuadé que c’était l’une de nous. Une fois rentrés à la

Le tutorat de Little Princess (séance 17)

                 Nous sommes lundi 26 juillet et je suis en route pour aller voir Thomas.                 Durant ces trois semaines de séparation, j’ai pris de grandes aises avec le mot « vacances ». Plus de couvre-feu, plus de règles ; j’arrivais même certains jours à oublier que le tutorat existait. Je me relâchais complètement, me disant que le rendez-vous fixé était « dans longtemps » et que je pouvais jouir du plaisir que me procurait ce mois de juillet même pluvieux. Les quelques jours de silence que m’offrait parfois Thomas n’arrangeaient évidemment rien.                 Thomas ne m’a jamais grondée à distance. Il a parfois fait quelques réflexions mais jamais de remontrance. Pas de punition à distance non plus : envoyer au coin via la webcam, donner des lignes et toutes les autres punitions que d’autres tuteurs utilisent ne sont pas du tout en vigueur avec Thomas. Durant l’intervalle libre entre nos entrevues, je n’ai que moi et moi seule. Je dois me motiver seule à rentrer

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 1)

Ça y est, nous y sommes. Mon pire cauchemar est arrivé. Monsieur X. a été élu à la Présidence de la République et il va appliquer son programme. Je m’appelle Marie, j’ai 18 ans, et je vais aller au bagne pour la première fois de ma vie. Enfin, au bagne... J'exagère légèrement. Je vais en fait aller en famille d’accueil, famille dans laquelle je vivrai la semaine ; je pourrai rentrer voir ma famille, dont l’homme de ma vie, le week-end. J’ai eu mon bac littéraire en juin dernier, mention très bien. J’ai décidé d’entamer une licence de Lettres afin de réaliser mon rêve : devenir professeure des écoles. Mais Monsieur le Président de la République l’a décrété : « Tous les étudiants de 18 à 25 ans seront accueillis en structure pour le bien de leurs études ». Pour le bien de nos études ? Pff, tu parles ! Encore des propos démagogues ! Alors me voilà inscrite à l’université Jules Verne de *****, dans laquelle je vais passer minimum trois ans, pour me former au métier de pr

Le tutorat de Little Princess (Séance 15)

                  Sept jours après la dernière séance, j’étais de nouveau chez Thomas. Un Thomas très en colère : un combo d’Hulk et de Mister Hyde.                                 Depuis quelques jours, deux autres items s’étaient ajoutés au tutorat : la procrastination quotidienne, et la conduite automobile (plus particulièrement les excès de vitesse). Cette dernière serait d’ailleurs très certainement la nouvelle « bête noire » du suivi, succédant au couvre-feu !                   Thomas n’était donc vraiment pas content de me revoir si tôt et me le fit remarquer : -           Prends le temps qu’il te faut pour récupérer de ton trajet ; ensuite on passera directement au bilan. Bizarrement, cela ne m’impressionna pas autant que la dernière fois ; je m’y étais préparée. Je m’étais préparée au fait que Thomas serait vraiment en colère s’il devait me convoquer seulement sept jours après la dernière séance.                   Lorsque nous passâmes au bilan, plusieurs items

L'équation féminine (Chapitre 1)

  Jeudi 1 er avril 2021 -           Simon ! Dépêche-toi de mettre tes chaussures, on va être en retard ! -           C’est cro dur, maman ! -           Je ne peux pas t’aider, j’ai ta petite sœur dans les bras… Bon, Noé, tu peux aider ton frère à mettre ses chaussures, s’il te plaît ? -           Non ! -           Comment ça, non ?! -           Non ! -           Noé de Melbourg, tu vas tout de suite aider ton frère à mettre ses chaussures sinon je vais me fâcher ! -           Non ! -           Je vais mettre tes petites sœurs dans la voiture : à mon retour, je veux que tu aies aidé ton frère ! Tu n’as vraiment pas envie que je me fâche, Noé ! Je ne suis pas d’humeur aujourd’hui… Heureusement, je n’eus pas à me fâcher : Noé aida son petit frère, les enfants montèrent dans la voiture, je vérifiai que tout le monde était bien attaché, et je filai en route pour l’école.                                 Ce n’était pas prévu du tout. Alexandre et moi n’avions absolume

Le tutorat de Little Princess (séance 13)

                   J’écris cette séance une semaine après l’avoir vécue. Avec les partiels, j’étais complètement débordée ! Heureusement, j’ai enfin validé ma licence (mention Bien !) et suis partie pour quatre mois de relâchement avant mon entrée en Master.             Je voudrais d’ailleurs profiter de ce post pour remercier mes tuteurs : sans eux, je n’aurais pas pu réussir ma licence avec une aussi bonne moyenne. Merci à Florence, Gabriel et Thomas, qui se sont acharnés sur mon travail et moi afin que je réussisse. Même si cette licence a été ponctuée de beaucoup de fainéantise et de deux conseils de discipline, celle-ci n’aurait même pas été terminée s’ils n’avaient pas été là.             Merci pour toutes ces heures passées à me réprimander, à tenter de me secouer, à faire rougir mes fesses (et continuer de le faire malgré mes pleurs !), merci pour tous ces passages au coin, merci pour votre investissement, votre dévouement envers moi. C’est quelque chose que je prends et q