Accéder au contenu principal

L'équation féminine


   Thalysa, une jeune femme de bientôt 35 ans, a tout pour être heureuse : un mari merveilleux, six enfants aimants et débordants d'énergie, et un job de secrétaire dans un cabinet médical.

Cependant, Thalysa a plusieurs défauts : elle fume, procrastine à la maison et au travail, et a bien du mal à suivre toutes les règles imposées par la vie en société. Son mari ne supportant pas cela, tente de recadrer sa femme tant bien que mal, ce qui donne lieu à de nombreuses scènes de discipline domestique ! 

Chapitre 1

Chapitre 2

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le tutorat de Little Princess (Séance 16)

                  Vendredi 2 juillet, je reprends ENFIN la conduite, mon entorse au genou étant assez guérie pour me le permettre. Je rejoins Hugo chez ses parents pour un repas en famille. Lorsque j’arrive à destination, Hugo me demande : -           Tu as respecté les limitations de vitesse ? -           Euh…si on veut… répondis-je, hésitante. Hugo m’attrapa le poignet, m’entraîna dans la salle de bains – à l’abri des regards –, me pencha sous son bras et m’asséna cinq bonnes claques sur ma robe. Lorsqu’il me lâcha, je réagis aussitôt : -           Aïe ! Mais qu’est-ce qui te prend ?! -           Tu te permets de continuer à rouler vite alors que Thomas t’a collé une volée la dernière fois pour cette même raison ? -           C’est bon, je n’ai accéléré que sur une portion de route qui était déserte… -           Je m’en fiche ! Le jour où tu auras un accident, tu me répondras aussi « c’est bon » ?! J’espère vraiment que Thomas va te calmer, lundi ! Et je te jure que si

Un joli fantôme du passé (Chapitre 15)

  Mardi 26 janvier 2021   5h30, le réveil que Trent et moi avions programmé sonne. Nous sortons de l’hôtel et rentrons chez nous en toute discrétion. Après avoir confirmé à Trent que cette nuit était merveilleuse via un texto, je me recouchai dans mon lit.                   7h, le deuxième réveil de la journée sonne. Je m’étais recouchée à peine trois quarts d’heure : j’étais crevée.   -           Bonjour ma puce ! me dit Loli en me regardant descendre les escaliers. -           Coucou Loli, répondis-je encore un peu dans les vapes. La domestique s’approcha de moi et me murmura dans l’oreille : « Tu avais laissé la porte du garage entrouverte. Je l’ai bien refermée. Ne t’en fais pas, ce sera un secret entre toi et moi. J’espère seulement que tu as passé un bon moment ! ». J’acquiesçai, adressant un sourire bienveillant à celle qui acceptait de couvrir mes arrières.                   Arrivée dans la cuisine, je m’attelai à me préparer un bol de chocolat chaud. Alors

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 27 - 2ème partie)

  -            TU NE VAS PLUS POUVOIR T’ASSEOIR PENDANT UNE DECENNIE, MA FILLE ! JE TE LE GARANTIS ! COMMENT AS-TU OSE NOUS INVENTER UN TEL BOBARD ?! COMMENT ?! -           Ben…Je… -           TU TE TAIS !!! Dana fonça sur moi, m’attrapa par le bras et me sortit du canapé. Là, elle me pencha sous son bras et me colla une dizaine de claques très appuyées sur le jeans. -           BAISSE-MOI Ç A  !! BAISSE-MOI CE MAUDIT PANTALON, QUE JE M’OCCUPE CORRECTEMENT DE TES FESSES !! TU VAS AMEREMENT REGRETTER DE NOUS AVOIR FAIT UN COUP COMME ÇA, JE PEUX TE LE DIRE ! BAISSE-MOI CE PANTALON, J’AI DIT !!! -           Maman, s’il te plaît… priai-je. -           OBEIS !!! Dana avait l’air sur le point de se transformer en dragon cracheur de feu. J’obéis donc à contrecœur. A peine mon pantalon était-il déboutonné que Dana tira dessus pour le faire descendre d’un coup sec. Elle fit également descendre ma culotte et s’appliqua à me fesser à coups d’énormes claques. Après avoir reçu la qu

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 27 - 1ère partie)

  Jeudi.   -           Les choses vont être très claires à partir de maintenant ! gronda Tom. Il est exactement treize heures et trois minutes. PERSONNE ne sort de cette maison avant que j’aie le fin mot de cette histoire ! J’ai bien dit PERSONNE ! -           Mais papa, on a cours, nous ! osa Louise, d’une petite voix. -           Vous n’avez qu’une heure et demie de physique qui sera facilement rattrapable auprès de vos camarades ! dit Dana. Je n’en revenais pas. Pour que Tom et Dana nous empêchent d’aller en cours, c’est que nous étions vraiment dans de sales draps !                     Après les cours de la matinée, Tom et Dana ont eu la bonne idée de nous inviter au restaurant mes sœurs et moi pour que nous prenions le temps de déjeuner en famille. Seulement, au moment de payer, Tom s’est aperçu qu’un billet de 50€ avait disparu de son portefeuille. Puisque Dana lui assura que ce n’était pas elle, Tom était persuadé que c’était l’une de nous. Une fois rentrés à la

Le tutorat de Little Princess (séance 17)

                 Nous sommes lundi 26 juillet et je suis en route pour aller voir Thomas.                 Durant ces trois semaines de séparation, j’ai pris de grandes aises avec le mot « vacances ». Plus de couvre-feu, plus de règles ; j’arrivais même certains jours à oublier que le tutorat existait. Je me relâchais complètement, me disant que le rendez-vous fixé était « dans longtemps » et que je pouvais jouir du plaisir que me procurait ce mois de juillet même pluvieux. Les quelques jours de silence que m’offrait parfois Thomas n’arrangeaient évidemment rien.                 Thomas ne m’a jamais grondée à distance. Il a parfois fait quelques réflexions mais jamais de remontrance. Pas de punition à distance non plus : envoyer au coin via la webcam, donner des lignes et toutes les autres punitions que d’autres tuteurs utilisent ne sont pas du tout en vigueur avec Thomas. Durant l’intervalle libre entre nos entrevues, je n’ai que moi et moi seule. Je dois me motiver seule à rentrer

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 1)

Ça y est, nous y sommes. Mon pire cauchemar est arrivé. Monsieur X. a été élu à la Présidence de la République et il va appliquer son programme. Je m’appelle Marie, j’ai 18 ans, et je vais aller au bagne pour la première fois de ma vie. Enfin, au bagne... J'exagère légèrement. Je vais en fait aller en famille d’accueil, famille dans laquelle je vivrai la semaine ; je pourrai rentrer voir ma famille, dont l’homme de ma vie, le week-end. J’ai eu mon bac littéraire en juin dernier, mention très bien. J’ai décidé d’entamer une licence de Lettres afin de réaliser mon rêve : devenir professeure des écoles. Mais Monsieur le Président de la République l’a décrété : « Tous les étudiants de 18 à 25 ans seront accueillis en structure pour le bien de leurs études ». Pour le bien de nos études ? Pff, tu parles ! Encore des propos démagogues ! Alors me voilà inscrite à l’université Jules Verne de *****, dans laquelle je vais passer minimum trois ans, pour me former au métier de pr

Le tutorat de Little Princess (Séance 15)

                  Sept jours après la dernière séance, j’étais de nouveau chez Thomas. Un Thomas très en colère : un combo d’Hulk et de Mister Hyde.                                 Depuis quelques jours, deux autres items s’étaient ajoutés au tutorat : la procrastination quotidienne, et la conduite automobile (plus particulièrement les excès de vitesse). Cette dernière serait d’ailleurs très certainement la nouvelle « bête noire » du suivi, succédant au couvre-feu !                   Thomas n’était donc vraiment pas content de me revoir si tôt et me le fit remarquer : -           Prends le temps qu’il te faut pour récupérer de ton trajet ; ensuite on passera directement au bilan. Bizarrement, cela ne m’impressionna pas autant que la dernière fois ; je m’y étais préparée. Je m’étais préparée au fait que Thomas serait vraiment en colère s’il devait me convoquer seulement sept jours après la dernière séance.                   Lorsque nous passâmes au bilan, plusieurs items

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 26)

  Mercredi.                   Pas de grasse matinée ce matin : Héloïse nous réveilla à neuf heures pour que nous puissions travailler un peu sur nos cours. J’étais grognon au possible en me réveillant, comme cela m’arrive rarement. En m’asseyant à table au petit déjeuner, je fus agacée par Anaïs, toujours pleine d’énergie et en forme le matin. Je déteste les gens du matin. Ou les gens. Ou le matin.                   Après m’être préparée et habillée pour la journée, je remontai dans ma chambre et me sentis toujours aussi grognon. Je ne savais pas encore pourquoi mais j’avais l’impression que cette journée allait être désagréable au possible. Personne n’avait intérêt à me voler dans les plumes : je m’étais levée du pied gauche !                 J’ouvris mes cahiers et commençai à travailler. Soudain, seulement quelques minutes après avoir commencé mes devoirs, j’entendis : -           Louise ! Anaïs ! Marie ! Descendez immédiatement ! Héloïse avait l’air furieuse. J’obéi

L'équation féminine (Chapitre 1)

  Jeudi 1 er avril 2021 -           Simon ! Dépêche-toi de mettre tes chaussures, on va être en retard ! -           C’est cro dur, maman ! -           Je ne peux pas t’aider, j’ai ta petite sœur dans les bras… Bon, Noé, tu peux aider ton frère à mettre ses chaussures, s’il te plaît ? -           Non ! -           Comment ça, non ?! -           Non ! -           Noé de Melbourg, tu vas tout de suite aider ton frère à mettre ses chaussures sinon je vais me fâcher ! -           Non ! -           Je vais mettre tes petites sœurs dans la voiture : à mon retour, je veux que tu aies aidé ton frère ! Tu n’as vraiment pas envie que je me fâche, Noé ! Je ne suis pas d’humeur aujourd’hui… Heureusement, je n’eus pas à me fâcher : Noé aida son petit frère, les enfants montèrent dans la voiture, je vérifiai que tout le monde était bien attaché, et je filai en route pour l’école.                                 Ce n’était pas prévu du tout. Alexandre et moi n’avions absolume

Le tutorat de Little Princess (séance 13)

                   J’écris cette séance une semaine après l’avoir vécue. Avec les partiels, j’étais complètement débordée ! Heureusement, j’ai enfin validé ma licence (mention Bien !) et suis partie pour quatre mois de relâchement avant mon entrée en Master.             Je voudrais d’ailleurs profiter de ce post pour remercier mes tuteurs : sans eux, je n’aurais pas pu réussir ma licence avec une aussi bonne moyenne. Merci à Florence, Gabriel et Thomas, qui se sont acharnés sur mon travail et moi afin que je réussisse. Même si cette licence a été ponctuée de beaucoup de fainéantise et de deux conseils de discipline, celle-ci n’aurait même pas été terminée s’ils n’avaient pas été là.             Merci pour toutes ces heures passées à me réprimander, à tenter de me secouer, à faire rougir mes fesses (et continuer de le faire malgré mes pleurs !), merci pour tous ces passages au coin, merci pour votre investissement, votre dévouement envers moi. C’est quelque chose que je prends et q