Accéder au contenu principal

L'équation féminine (Chapitre 3)

 


Samedi 3 avril 2021

 

                Vous savez ce que je déteste avec le samedi ? Il n’y a pas d’école. Ni de nounou.

D’habitude, j’ai hâte d’être au week-end pour pouvoir enfin passer du temps avec mes enfants ; mais aujourd’hui, j’étais profondément crevée et je n’avais déjà plus d’énergie avant de sortir du lit.

                Je jetai un coup d’œil au réveil : il était neuf heures !!!  Je n’avais pas dormi aussi tard depuis la naissance de Björn, mon troisième petit cœur. Je remarquai qu’Alex n’était plus dans le lit : évidemment, il bosse le samedi matin ! Mais alors…qui s’occupe de mes enfants ?!

                Catastrophée, j’enfilai ma robe de chambre et courus dans la pièce à vivre. Là, je découvris mes six bouts de chou assis devant la télé, et ma belle-mère repassant mon linge. Elle repassait MON linge.

Dès qu’elle me vit, elle s’exclama de sa voix légèrement irritante :

-          Bonjour Thalysa, tu as bien dormi ? Mon Alexou m’a appelée pour que je vienne garder les enfants, il a dit que tu étais fatiguée en ce moment. Va te recoucher ma grande, je m’occupe de tout !

-          Mais…euh…

-          Les enfants ont déjeuné et sont habillés, comme tu le vois. Tout va bien, je gère !

Je pris sur moi pour ne pas faire une crise de nerfs. Non, tout ne va pas bien. Aucun des vêtements que j’avais préparés la veille n’étaient sur mes enfants (qui, au passage, étaient habillés comme des ploucs !). De plus, ils avaient tous une coupe à jouer dans Les choristes, ce qui me répugnait. Ma belle-mère ne savait-elle donc pas que les années 1950 étaient finies depuis des lustres ?! Dernier point : nous interdisons formellement tout écran à nos enfants de moins de six ans. Dans le lot, seuls Alice et Noé pourraient rester à regarder leur dessin animé. Je vais passer pour la mère fouettarde en éteignant cette fichue boîte à images…

Je pris une grande inspiration, affichais mon plus beau sourire hypocrite et répondis :

-          Merci belle-maman mais je vais prendre la relève.

-          Prends ton temps, Thalysa ! Je partirai lorsque tu seras fraîche et disposée !

Fraîche et disposée…fraîche et disposée…j’t’en foutrais, moi, du fraîche et disposée… !!!

 

                Absorbés par l’écran, mes enfants ne remarquèrent même pas ma présence. Je filai sous la douche, m’habillai en quatrième vitesse et bus un café avec une sacrée descente.

-          C’est bon, je suis fraîche et disposée ! dis-je à la belle-doche. Vous pouvez rentrer chez vous, je vais m’occuper de MES enfants !

-          Tu es sûre ? Je peux…

-          AU REVOIR, belle-maman ! Les enfants, dites au revoir à Mamie Hortense !

-          Au revoir Mamie Hortense ! répondirent-ils en chœur tel un robot.

La mère d’Alexandre n’eut pas d’autre choix que de déguerpir. Ouf ! Enfin seuls ! Je me dirigeai vers la télé et l’éteignis. Ce fut évidemment un choc pour les enfants qui protestèrent.

-          Ecoutez-moi bien les loulous, maman est fatiguée aujourd’hui mais pas assez pour laisser mamie Hortense s’occuper de vous toute la matinée ! Donc, on va d’ores et déjà reprendre les bonnes manières : Alice, Noé, Björn et Simon, vous allez tout de suite aller mettre les vêtements que J’AI préparé pour aujourd’hui. Ensuite, vous viendrez tous me voir afin que je vous coiffe correctement. Pendant ce temps, je vais changer les couches des jumelles. Et pas de bêtises !

J’attrapai Capucine et Emily-Rose et les emmenais dans leur chambre pour pouvoir changer aussi bien leurs couches que leurs tenues. Pour pouvoir m’occuper de Capucine en premier, je déposai Mimi dans son parc. Elle me tapa aussi tôt une crise de larmes foudroyante, me regardant avec des yeux désespérés voulant dire : « Pourquoi est-ce que tu m’abandonnes ? ».

-          Mimi, ça suffit, arrête de pleurer ! Je suis là, je m’occupe juste de ta sœur !

Mais elle n’arrêta pas de pleurer jusqu’à ce que je m’occupe enfin d’elle et… que Capucine me fasse exactement la même crise. La joie d’avoir des jumelles !

 

                Les enfants préparés à ma convenance, je sortis la poussette triple et installai Simon et les jumelles dedans. Puis, nous partîmes en direction du marché pour faire quelques courses. J’aime acheter des produits frais en circuit court !

 

-          Salut Thaly !

-          Ah tiens, salut Guillaume ! répondis-je au meilleur ami d’Alex.

D'habitude, je croise sa femme sur le marché. Le fait que Guillaume fasse les courses me surprenait. 

Après avoir salué mes enfants, Guillaume me dit :

-          Alors, il paraît que vous avez mis en place ma méthode miracle ?

-          Euh…

-          Tu sais, la méthode que j’ai conseillée à Alex, reprit-il en brandissant discrètement sa main.

-          Ah ça ! Euh ben, oui, on a commencé avant-hier…

-          Et alors ?

-          Oh ben tu sais, il est bien trop tôt pour voir les effets et euh…

Guillaume devait sûrement s’être aperçu que mon visage avait viré au rouge vif.

-          En tout cas, chez nous, je peux te dire que Lise file droit ! Tout ce que je lui reprochais avant s’est envolé ! Et les enfants semblent beaucoup plus équilibrés !

-          Les nôtres sont parfaitement équilibrés ! précisai-je à la hâte.

-          Maman ! dit Alice en tirant mon manteau. Björn a piqué quelque chose à une vieille dame !

Je me retournai et vis effectivement une vieille dame tenant mon fils par le bras et me fonçant dessus.

-          C’est vous, la mère ?!

J’aurais voulu dire non mais Björn me ressemblait beaucoup trop pour cela.

-          Euh…oui.

-          Vous feriez mieux d’éduquer vos enfants convenablement ! Celui-là a voulu me piquer mes radis !

-          Mais maman, j’adore ça, moi ! plaida Björn.

J’endossai alors mon costume de gendarme et grondai mon fils :

-          Tu veux une fessée ?!

Il secoua évidemment la tête.

-          Non, bien sûr que tu n’en veux pas ! Eh bien, pour t’assurer de ne pas en prendre, commence par arrêter de faire des bêtises ! Papa et moi vous avons suffisamment dit que voler était très mal ! Si tu recommences, non seulement je te donnerai une fessée mais en plus j’appellerai la police pour qu’ils viennent te chercher ! Tu m’as entendue ?!

Björn hocha la tête, au bord des larmes. La vieille dame, apparemment satisfaite du savon que je venais de passer à mon fils, s’en alla.

-          Je sais que tu adores ça, les radis, Björn ! continuai-je. Tu n’as qu’à me demander si on peut en acheter au lieu de voler les gens ! Je ne veux plus que tu recommences ! C’est une énorme bêtise, ça !

Ayant terminé, je me tournai à nouveau vers Guillaume et m’excusai. Il me répondit :

-          Ne t’en fais pas, y’a pas de mal. Ça doit te faire bizarre de craindre la même punition que tes enfants.

Je jetai un coup d’œil furtif à mes enfants pour voir s’ils avaient entendu ce que le parrain d’Alice venait de dire.

-          Eh bien…dis-je, gênée. Ce n’est pas tout à fait la même chose étant donné que nos enfants n’ont jamais reçu plus de trois claques sur les fesses…

-          …contrairement à toi qui reste de longues minutes sur les genoux de ton mari, hein ?

-          Bon, je suis désolée Guillaume mais je dois te laisser. Il nous faut finir nos emplettes puis rentrer et faire à manger…

-          Oui, oui, je comprends très bien. Je dois moi-même ramener ses provisions à Lise. Bon eh bien, à bientôt ! Et d’ici là, passe de…chaudes journées agitées !

-          Ouais, c’est ça ! A bientôt Guillaume !

Je pressai tellement le pas que les enfants avaient du mal à suivre.

-          Maman, pourquoi t’es pressée ? me demanda Noé

-          Parce que l’heure tourne et que j’ai peur de ne pas avoir le temps de cuisiner le repas, répondis-je de suite. Mais si on se dépêche un peu, tout sera prêt à temps !

 

 

-          Non mais tu t’rends compte ?! Devant les enfants qui auraient pu entendre à tout moment ! racontais-je à Alex en faisant mijoter mon riz au curry.

-          Thaly, ce n’est pas grave ! ria mon mari.

-          Tu dis ça parce que tu es du bon côté de la main, toi ! protestai-je. Mais je t’assure que c’est la honte !

-          Je veux bien te croire, dit-il. Mais tu sais ce qu’il faut faire pour éviter d’avoir la honte, la vraie ? Respecter les règles…

Voilà qu’il s’y mettait, lui aussi.

-          Je refuse que notre vie entière tourne autour de la discipline domestique ! grondai-je à Alex.

-          C’est quoi la discipline domestique ? demanda Alice qui coloriait non loin de nous.

-          C’est un truc d’adulte, ma chérie, répondis-je. Qu’est-ce que tu dessines de beau ?

-          C’est un truc d’enfant, éructa-t-elle.

Alice 1. Maman 0.

 

               

                Après la sieste des trois derniers, nous passâmes une après-midi plutôt speed, comme tous les samedis : équitation pour Alice, magasin de vêtements pour prévoir l’été qui arrive, inscription au centre de loisirs pour ce même été… Nous rentrâmes à la maison pour dix-huit heures. Alex s’occupa des bains des enfants et je me remis aux fourneaux, encore et toujours…

 

                Le samedi soir, nous laissons les trois plus grands jouer un peu plus tard que durant la semaine. Alex et moi étions installés dans le canapé à regarder un film sur Netflix, quand Björn vint nous voir en se tenant le bras, des larmes roulant sur ses joues.

-          A…Alice m’a tapé !

-          Comment ça, elle t’a tapé ? demanda Alexandre après avoir mis le film en pause.

Incapable de nous fournir une explication cohérente à cause des pleurs, Björn vint se blottir dans mes bras, me réclamant un câlin que je lui fis.

-          Alice ! gronda le médecin de la famille. Viens ici immédiatement !

Notre fille arriva quelques secondes plus tard, bras croisés et arborant un visage des plus insolents.

-          Pourquoi est-ce que tu as tapé ton frère ?! lui gronda son père.

-          Il a touché à un de MES jouets ! C’est à moi ! Je l’ai eu par le Père Noël, c’est hors de question qu’il joue avec ! Il va le casser !

-          Tu lui as expliqué que c’était à toi avant de le taper ?!

-          Non !

-          Pourquoi ?!

-          J’avais pas envie de parler.

-          Dans ce cas…

A cette réplique, je sus que ça allait barder pour ma fille. Alex se leva, attrapa Alice par le poignet et lui colla une bonne claque sur les fesses. Alice fondit en larmes. Mon mari s’accroupit à sa hauteur et la gronda, droit dans les yeux :

-          Tu préfères taper plutôt que de dialoguer, parfait ! Je fais exactement la même chose que toi ! Je tape au lieu de parler ! ça te convient ?!

-         

-          Est-ce que ça te convient, Alice ?!

-          N…no…non… bégaya-t-elle.

-          Eh bien à ton frère non plus, ça ne lui convient pas ! La prochaine fois que tu te disputes avec quelqu’un, je veux que tu prennes le temps de lui expliquer pourquoi tu n’es pas contente ! Si tu avais pris le temps d’expliquer à Björn pourquoi tu ne voulais pas qu’il joue avec ton jouet, il aurait compris ! Mais tu as préféré taper ! Soit, je tape aussi ! Si tu tapes, je tape ! Si tu dialogues, je dialogue !

 

Après ce fâcheux épisode, nous couchâmes les enfants. En nous réinstallant dans le canapé, je dis à Alexandre :

-          Tu sais que c’est illégal de taper ses enfants ?

-          Oh Thaly, tu me dis ça à chaque fois…

-          Je te le dis à chaque fois car tu ne sembles pas le savoir !

-          Je préfère avoir des enfants bien élevés même si j’ai dû donner quelques tapes sur les fesses, plutôt que des monstres qui me font la misère à longueur de journée ! Il est absolument hors de question que je devienne l'esclave de mes enfants ! Nous étions d'accords là-dessus avant même l'arrivée d'Alice. Et puis, il me semble que tu es mal placée pour me faire la morale étant donné que tu n'es pas une sainte non plus à ce niveau-là !

Je ne répondis pas, sachant pertinemment que cette discussion ne mènerait à rien. Sur ce sujet, Alex a toujours eu des positions bien affirmées et campées.

Avant de remettre le film en marche, mon mari me demanda :

-          Au fait, combien de cigarettes as-tu fumées aujourd’hui, Thalysa de Melbourg ?!

-          Euh…huit ou neuf, je ne sais plus trop…dis-je, prise de cours.

-          Rappelle-moi à combien tu as droit ?

-          Cinq.

-          C’est bien ce que je pensais.

Alex me poussa en arrière sur le canapé et releva mes jambes. J’avais vu cette position sur internet : le culbuto. Nous l’avions déjà utilisée pour… autre chose. Jamais pour me punir.

-          Vingt claques par cigarette fumée en trop, annonça Alexandre. Tu comptes.

Je reçus les vingt premières claques sur mon bas de pyjama. Je devais déjà avoir le derrière écarlate ! Ce fameux bas de pyjama étant légèrement distendu, Alex n’eut aucun mal à le faire glisser le long de mes cuisses, découvrant mes fesses et mon intimité exposés à ses magnifiques yeux.

Je pris vingt nouvelles claques sur mes fesses nues. Je serrai les dents pour ne pas gémir de douleur même si l’envie ne m’en manquait absolument pas.

-          Tu les regrettes, maintenant, ces cigarettes ?

-          Oui, Monsieur, répondis-je haletante.

-          A chaque fois que tu recommenceras à transgresser cette règle, j’ajouterai dix claques supplémentaires par cigarette en trop. Cela devrait très vite te dissuader. Tourne-toi.

J’obéis et me retrouvai à plat ventre sur le canapé, fesses à l’air. Vingt nouvelles claques tombèrent. Cette fois-ci, je ne pus retenir mes plaintes.

-          Tu en as fumé huit ou neuf ? demanda Alexandre pour plus de précisions.

-          Je ne sais plus…

-          Tu as ouvert un nouveau paquet ce matin, non ?

-          Euh oui…

-          Va me le chercher. On va compter.

Je me levai, fébrile. Je savais parfaitement que j’avais menti à mon mari. Rien que sur le marché, j’en avais fumé six. Si on prenait en compte le reste de la journée…

-          Quatorze ! Tu en as fumé quatorze ?! Et tu oses me dire que tu n’en as fumé que huit ou neuf ?!

-          M…mais je ne me souvenais plus…

Alexandre me pencha sous son bras et me donna les cent vingt claques restantes, que je dus compter. Mes fesses me brûlaient quand Alexandre m’ordonna :

-          Va chercher la cuillère en bois !

-          Quoi ? dis-je, un peu groggy.

-          Va chercher la cuillère en bois ! Je vais te faire payer ton mensonge ! Tu ne recommenceras plus, je te le garantis !

-          Attendez, Monsieur, je vais vous expliquer…

-          Plus j’attends, plus tu aggraves ton cas ! Dépêche-toi !

Je me rendis dans la cuisine et pris la cuillère en bois dans le pot d’ustensiles. Quelques secondes plus tard, j’étais allongée sur les genoux de mon mari en train de recevoir de méchants et douloureux coups de cuillère en bois. Plus jamais je ne regarderais cet ustensile de la même façon…

                Summum de la honte : mon mari m’envoya au coin les fesses à l’air jusqu’à la fin du film, qu’il regarda vissé confortablement dans le canapé. Je me promis de ne plus lui mentir et surtout, de ne pas dépasser les cinq cigarettes autorisées par jour ; et ce, dès le lendemain !

 

A suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 29)

  Lundi.                   Je me lève de bonne humeur, sachant que nous attaquons la dernière semaine de cours avant les vacances scolaires. Je vais enfin avoir un peu de répit ! Cependant, cela m’amena une question que je posai au petit déjeuner, attendant que la famille soit au complet : -           Papa, maman, interpellai-je. -           Oui Manou ? s’intrigua Tom. -           Comment ça se passe pour les vacances scolaires ? interrogeai-je. A partir de vendredi, nous aurons deux semaines de vacances et on n’en a jamais discuté ! Est-ce que l’on rentre chez nous ou est-ce que l’on reste ici ? -           C’est comme vous le souhaitez, les filles, dit Dana. Vous pouvez rentrer chez vous, ou alors vous pouvez rester ici… C’est comme cela vous arrange ! Cependant, tâchez de nous dire rapidement ce que vous décidez car votre père et moi partons une semaine dans notre résidence secondaire en Auvergne. Il nous faut savoir si vous venez pour nous organiser au mieux. -       

Un joli fantôme du passé (Chapitre 18 - 2ème partie)

  Jeudi 25 février.                   Il est bientôt une heure du matin. Brook est partie en ambulance pour l’hôpital le plus proche, nous n’avons pas de nouvelles. Gina est toujours introuvable. Meredith, June, Hailey, Beverly, Penelope et moi sommes en cellule, au poste du shérif. Petite cerise sur le gâteau : mon frère est de service. Apparemment parti en intervention (c’est ce que l’un de ses collègues m’a dit en reconnaissant mon nom de famille), il ne tardera pas à rentrer au poste…et à me trouver là. Je ne serai pas rentrée pour une heure du matin, j’ai encore pas mal d’alcool dans le sang et je suis au poste du shérif pour tapage nocturne et suspicion d’implication dans la disparition de Gina. Romain va me tuer. Manon va me tuer ; et lorsqu’il rentrera de Berlin, papa va aussi me tuer. Je ne vais plus pouvoir m’asseoir pendant des semaines.                   C’était la deuxième fois de ma vie que je me retrouvais au poste à la suite d’une soirée. La première fois, j’éta

L'équation féminine (Chapitre 5)

  Lundi 5 avril 2021                 Il est dix heures, je suis au boulot et je m’ennuie à mourir. Aucun appel, aucune démarche administrative à faire, rien. Je me laisse à écouter mon démon qui me dit d’aller faire un peu de shopping sur le net. Je me rends donc sur mon site préféré et vais à la pêche aux nouveautés. Après avoir fait le plein pour les enfants, je m’achète trois ensembles pas chers, ainsi que deux paires de sandales pour cette saison de printemps. Une fois le panier bien rempli, je jette un coup d’œil à la somme totale : 239,94€. C’est beaucoup. Si l’on retire les vêtements destinés aux enfants, il me reste environ 150€ à payer. Après la dispute concernant les factures impayées, Alexandre m’a enlevé 200€ sur mon budget shopping du mois. Il ne me reste donc plus que 50€. 50, pas 150… Mais j’ai tellement besoin de toutes ces jolies choses ! J’hésite un moment avant de valider, puis je clique en fermant les yeux et priant pour qu’Alexandre ne me tombe pas dessus

Le tutorat de Little Princess - Partie 2 (Séance 1)

Les éventuelles citations de Thomas, Gabriel et Antoine ne sont pas une volonté de ma part de comparer les différents tuteurs que j’ai eu, juste de comparer les différentes expériences vécues avec eux.                     Antoine est quelqu’un de bien. Vraiment. Je souhaitais commencer ce récit par cette phrase car c’est la première chose que j’ai pensé en le voyant : c’est quelqu’un de bien.                     En novembre dernier, il m’a fallu choisir entre Thomas et Antoine. Notre choix à Hugo et moi s’est tourné vers Thomas, je ne sais plus pour quelle raison. Cependant, j’avais dit à Antoine que si Thomas abandonnait, la place serait pour lui : c’est exactement ce qui s’est passé. Le jour même de l’abandon de Thomas, Antoine et moi reprenions notre conversation là où nous nous étions arrêtés il y a dix mois.                 Je voulais me laisser du temps pour faire le deuil de Thomas mais je ne pouvais pas me le permettre : ma pré-rentrée avait eu lieu, impossible qu

Un joli fantôme du passé (Chapitre 17)

 Ce chapitre a été écrit par Marie, une fan de ce petit blog. Malgré mes quelques commentaires et reprises, ce chapitre a été entièrement créé par elle. Je tiens donc à lui adresser mes plus sincères remerciements et ma reconnaissance pour s'être jetée à l'eau ! Je trouve son travail vraiment super ; et vous ? Si vous aussi, vous voulez tenter d'écrire un chapitre d'une de mes histoires, n'hésitez pas à m'envoyer un mail, ce sera avec une immense joie ! Peace, L.P. Jeudi 28 janvier   Je me retourne dans mon lit et cherche à trouver une meilleure position pour dormir ; mais il n’y a rien à faire : je suis bien réveillée. Je n’ai aucune idée de l’heure qu’il est ; cependant il doit encore faire nuit puisque pas un rayon de lumière ne passe à travers mes volets. Immédiatement, l’envie de rejoindre Trent dans sa chambre s’empare de moi. Je ne suis pas certaine d’avoir la permission de quitter mon lit mais mon désir ne disparaît pas. Je tente sans succès de me

Le tutorat de Little Princess - Partie 2 (Séance 2)

  -           Y’a pas mal de tuteurs qui ont abandonné car j’étais un peu trop récalcitrante, prévins-je Antoine lors de notre première entrevue. -           D’accord. Je ne pense pas que ce sera mon cas. -           On verra, dis-je alors. -           Oui, on verra. Au fait, je voulais te prévenir car il y en a que ça déstabilise : je ne hausse jamais le ton. -           Jamais ? m’étonnai-je. -           Jamais, confirma Antoine. J’ai un ton ferme mais je ne le hausse pas. -           Y’en a pas mal qui m’ont dit ça aussi, ils ont tous fini par le faire, ris-je. Y compris Gabriel et Thomas. J’ai un don pour faire sortir un tuteur de ses gonds. -           Je ne m’énerve jamais, insista Antoine. Devinez qui m’a crié dessus dès la deuxième séance ? Je serais même tentée de dire qu’il s’est vraiment fâché ; mais il faudrait que ce soit lui qui confirme, étant donné que je n’étais pas à sa place et que je ne savais pas s’il ressentait de la colère ou non. Quoiqu’il en soi

La fin d'une chose est le début d'une autre...

  Pour des raisons personnelles (qui n'ont donc strictement rien à voir avec moi), Thomas est dans l'obligation de stopper le tutorat ! La rubrique : "Le tutorat de Little Princess" touche donc à sa fin...en ce qui concerne Thomas ! Si mon prochain tuteur (ou ma prochaine tutrice !) l'autorise, je reprendrai peut-être cette rubrique... Je remercie sincèrement Thomas pour son dévouement, sa régularité et son intransigeance, même si ce fût très douloureux pour moi ! Je ne nie pas les très gros progrès qui ont été faits et persiste à dire qu'il 'était un très, très bon tuteur ! Me voilà totalement orpheline, à la recherche d'un nouveau tuteur ou d'une nouvelle tutrice ! A bientôt pour de nouvelles aventures ! Peace. L.P.

C'est la reprise !

  Joyeuse nouvelle !  Le tutorat de Little Princess reprend du service avec la partie 2 ! Mon nouveau tuteur, Antoine, m'a convoquée dès ce soir chez lui ! Affaire à suivre donc... A très vite, les amis ! L.P.

Le tutorat de Little Princess (Fin de la partie 2)

  Eh oui, ce fut très court avec Antoine... Mais nous ne nous correspondions malheureusement pas. Je suis beaucoup trop chipie ! Par chance, un nouveau tuteur, Yves, commence déjà à prendre le relais. Ce nouveau tutorat commencera pleinement dans quelques semaines, vous pourrez donc suivre nos aventures, à Yves et moi, d'ici quelques temps ! Patience... Le tutorat de Little Princess   - Partie 3 reprendra du service fin octobre ! J'espère qu'Yves est le bon, cette fois-ci ! Mais si Hugo et Gabriel l'ont déjà adopté, je n'ai de mon côté aucun doute sur sa capacité à me tutorer efficacement ! Affaire à suivre, donc... A bientôt ! L.P.