Accéder au contenu principal

Le tutorat de Little Princess (séance 14)

 



                Peut-être était-ce l’appréhension de revoir Thomas qui fut à l’origine de mon cauchemar dans la nuit de mardi à mercredi. Peut-être aussi que mes récits envahissent mon inconscient sans, évidemment, que je m’en aperçoive.

 

                Je suis assise dans le bureau de mon Directeur de Licence. A côté de moi, Thomas. En face de moi, le bureau et mon Directeur de Licence assis derrière.

Plein de questions auraient pu me submerger : « Comment m’étais-je retrouvée là ? Qu’est-ce que Thomas faisait là ? Où était ma famille ? ». Mais non. Bizarrement, je savais parfaitement bien que Thomas était mon tuteur et qu’il me surveillait de A à Z, qu’il était responsable de moi.

                Bref, mon Directeur de Licence commença :

-          Monsieur Legendre (Pourquoi ? Je suis certaine que ce n’est pas du tout le nom de famille de Thomas !), je vous ai convoqué aujourd’hui pour parler de Lucie. En effet, Lucie a dépassé les bornes et je voulais vous informer que j’ai convoqué un conseil de discipline à son encontre.

J’avais déjà vécu cette « convocation » en conseil de discipline, mais aucun de mes proches n’était impliqué, et encore moins Thomas !

A cette annonce, Thomas me fit le regard noir qu’il me fait en général lorsqu’il est furax. Il me montra ses genoux en m’ordonnant : « Viens ici ! ». Bouche bée, je ne répondis pas, ne bougeai pas. Il n’allait quand même pas me punir devant mon DL, si ?! « Viens ici, Lucie ! Je ne le répèterai pas ! ».

 

11h30. Mon réveil sonne, me sortant de ce terrible cauchemar. Seulement, la réalité me secoua tout autant : dans une heure, je dois prendre la route pour aller chez Thomas, nous avons quelques comptes à régler.

 

 

                Pour une fois, je sonne au lieu de frapper à la porte. Il vient m’ouvrir. Je passe au pipi-room puis nous discutons de façon détendue pendant plusieurs minutes ; la réouverture des concerts et la finale de Koh-Lanta sont nos principaux sujets de conversation.

 

-          Bon, Lucie, nous allons maintenant passer au bilan, si tu es d’accord ?

Je déteste lorsqu’il me pose la question. Je n’ai pas le choix d’être d’accord ou pas ! Je suis là pour ça ! Et puis, rien que le fait d’avoir fait le trajet montre mon consentement (légèrement masochiste) à me prendre une misère considérable parce que je suis incapable de m’auto-frustrer. Bref.

-          Oui.

-          Ok, très bien. Alors allons-y.

 

Ma licence est terminée. Depuis novembre, j’ai un tutorat extrêmement strict, comme je n’ai jamais eu. Thomas est sans nul doute le plus déterminé, strict et intransigeant des tuteurs/tutrices que j’ai eus jusqu’à présent. Résultat : ma moyenne générale pour ce semestre passé avec Thomas est de 16,75/20, chose qui n’était jamais arrivée. Thomas a la capacité de pouvoir me recevoir régulièrement (et donc de remettre les choses d’équerre presqu’immédiatement), ce qui n’est pas négligeable.

Thomas m’a forcée à travailler plus que d’habitude, bien que j’aie également pris énormément de temps de relâchement. Cette moyenne de 16,75 aurait clairement pu être encore plus élevée, si j’avais utilisé la totalité de la capacité de mon « super-cerveau ». Nous aurions presque pu fixer le barème des notes à 17/20 au lieu de 15/20. Mais 15, c’était déjà très bien !

                Thomas me félicite pour mes notes. Sur les vingt-quatre notes récoltées durant le semestre, seules quatre sont en-dessous de 15/20. Je le remercie pour son investissement.

 

                Pour le reste du bilan, tout laisse à désirer. Depuis la fin de ma licence (le 22 mai), je ne fiche plus rien. Je me couche à pas d’heure, je fais grasse mat’ sur grasse mat’, je passe ma journée à regarder des séries en jouant aux Sims… Je ne me bouge que de 16h à 19h pour aller faire du baby-sitting, quatre jours par semaine, jusqu’au 6 juillet. D’ailleurs, mardi, parce que j’avais la flemme de bouger, j’ai inventé un gros mensonge à la maman des enfants pour justifier mon indisponibilité à garder ses rejetons. Tout ça parce que j’avais la flemme. Bilan ?

-          Mon médicament est pris de façon plus qu’aléatoire

-          Le couvre-feu n’est quasiment jamais respecté

-          Mon régime alimentaire passe à la trappe

-          Le sport est aux abonnés absents

-          Le stage intensif d’anglais que je dois effectuer durant l’été est réduit à néant.

 

Forcément, ça n’allait pas.

 

-          Lucie, je vais te demander de te lever et d’aller allumer la lumière.

Je pris le parti d’obéir tout de suite pour voir si c’était effectivement « moins pire », comme l’avait annoncé Thomas à plusieurs reprises.

-          Enlève ton sous-vêtement et va au coin.

Thomas dut se dire qu’il y avait anguille sous roche : puisque j’avais opté pour la coopération aujourd’hui, j’obéis sans broncher.

-          Retourne-toi, Lucie.

J’obéis, me retrouvant face à Thomas.

-          Bien. On va parler de tes notes. Bien que je sois satisfait de ton travail, il y a quatre notes en-dessous de 15/20, soit onze points. Tu peux me rappeler le barème ?

-          Quarante coups de ceinture par point en-dessous de 15.

-          Ça fait combien ?

Je calcule vite fait mais me refuse à dire le chiffre. Je me fais tout de même violence et annonce :

-          Quatre-cent-quarante.

-          C’est ça.

Là, je me dis clairement que je ne vais pas survivre. Personne ne survit à ça. C’est juste inhumain. Thomas reprend :

-          Puisque tu as vraiment eu d’excellents résultats, au lieu de prendre quarante coups par point, je te donnerai quarante coups par matière où tu as eu une note en-dessous de 15/20. Il y en a quatre. Je vais donc te demander de t’allonger, Lucie.

 

Douche froide. L’injustice m’envahit et je suis au bord des larmes. Même si j’ai pris plusieurs moments de relâchement, j’ai travaillé ! Plus que d’habitude ! Toutes ces heures de travail, d’acharnement, de prises de tête sur la tournure des titres des parties et sous-parties d’un exposé, sur l’interprétation des sujets, sur la relecture pour améliorer la syntaxe… Toutes ces heures à m’arracher les cheveux sur les devoirs de science de la grammaire, de littérature française, de CHIMIE (je précise au passage que j’ai réussi à atteindre 16/20 de moyenne en chimie ! Le graal !). Tout cela pour rien. Que je travaille ou pas, la sentence est la même : je reçois une bonne fessée. J’étais condamnée à cent-soixante coups de ceinture, même après tous les efforts fournis.

 

Je m’allongeai sur la méridienne et commençai à compter et encaisser les coups. Avec ce sentiment d’injustice, j’avais vraiment du mal à supporter la douleur. Je me demandais d’ailleurs pourquoi je devais la supporter alors que je n’avais rien fait de mal, si ce n’est ne pas atteindre le barème fixé pour quatre notes sur vingt-cinq. Thomas me disait qu’il était satisfait, voire très satisfait de mon travail, mais à croire les coups de ceinture qu’il me donnait, je ne le croyais pas. En plus de l’injustice, je me sentais trahie : s’il était satisfait, pourquoi me punissait-il quand même ?!

 

Je compte le quatre-vingtième coup et fonds en larmes. Ça y est, je craque. Je m’assois sur la méridienne et dis à Thomas :

-          Pourquoi est-ce que tu me punis quand même alors que j’ai tout fait pour te rapporter de bonnes notes ?

-          Parce qu’il y avait un barème en place, Lucie. Et selon ce barème, j’aurais dû te donner quatre-cent-quarante coups de ceinture !

-          Oui ben là, clairement, je n’aurais pas survécu alors ça ne sert à rien…

-          Je sais, et c’est aussi pour te montrer que je suis satisfait que j’ai réduit le barème à la note plutôt qu’au point.

-          Mais si tu es satisfait, pourquoi est-ce que tu me punis quand même ?

-          Parce que je te l’ai dit, Lucie, il y a un barème !

-          Oui mais clairement, là, j’ai l’impression que j’ai travaillé pour rien, que j’ai fais des efforts pour rien. Quoiqu’il arrive, que je travaille ou pas, je suis punie. Donc autant que je ne travaille pas…

-          Lucie, je le répète, je suis très satisfait de ton travail ! Nous sommes vraiment sur un barème d’excellence, là ! C’est l’excellence que je te demande et tu as réussi à l’atteindre ! C’est vraiment super ! Ce que je souhaite, c’est qu’à travers le barème, ça te motive à aller encore plus loin !

-          Mais c’est tout le contraire qui est en train de se produire ! Ça me démotive totalement ! Je trouve cela hyper injuste ! Comme je te l’ai dit, que je travaille ou pas, je suis quand même punie ! Donc clairement, autant que je ne travaille pas, ça me facilitera la vie !

Thomas réfléchit quelques secondes puis dit :

-          Si je trouve une autre option, je ne veux pas que tu te dises à la rentrée : « La dernière fois, je n’ai pas été punie alors autant ne rien faire ! »

-          Non, je ne me dirai pas ça.

-          Je l’espère ! Je veux que tu saches que…

-          …Tu appliqueras le barème quoiqu’il arrive, oui, j’ai bien compris. Seulement, là, je trouve cela injuste et j’ai même plus envie de continuer.

-          Bon, écoute. Ce que je ne veux absolument pas, c’est que ça te démotive. Donc je te propose quelque chose : tu as déjà pris la moitié, je réserve l’autre moitié en sursis pour la rentrée. Si jamais tu ne travailles pas à la rentrée…

-          Oui, oui, j’ai compris.

-          On fait comme ça, alors ?

-          D’accord.

-          Très bien, dis-moi quand tu seras calmée.

-          C’est bon, je le suis, dis-je en séchant mes larmes.

-          Très bien.

Thomas et moi soufflâmes quelques secondes, puis Thomas reprit :

-          Nous allons passer au couvre-feu. Tu te souviens qu’il était triplé ?

-          Oui.

-          Je t’épargne les lignes. Mets-toi debout face à l’ordinateur et dis-moi la première phrase.

-          Je m’excuse de ne pas avoir respecté le couvre-feu le 15 avril.

 

Il y eut une vingtaine de dates… fois trois. Cette séquence se révéla un véritable bras de fer entre Thomas et moi. Ma volonté de coopérer avait disparu d’un coup, laissant place à la « Lucie rebelle » que je suis en permanence.

A force de mettre mes mains pour me protéger, Thomas me prévint une unique fois :

-          Si tu remets encore une fois ta main, tu passes allongée sur la méridienne !

-          Oh nan, sérieux… priai-je.

Même si les fessées debout étaient très douloureuses, elles valaient mieux que celles que je recevrais allongées sur la méridienne.

Au fond de moi, je me posai quand même la question : « Va-t-il le faire ou pas ? ». En général, il n’y a pas qu’une seule menace, il y en a plusieurs. Allait-il se répéter ou directement passer à l’acte ?

Je remis ma main, Thomas m’attrapa et m’allongea sur la méridienne. Bon, ok, il ne rigolait vraiment pas !

                A partir de là, les fessées se révélèrent plus douloureuses, plus compliqué à supporter ; d’autant plus qu’il était beaucoup plus aisé pour Thomas de me bloquer les deux mains afin que je ne puisse pas me protéger !

 

                Toutes les fessées tombèrent, y compris celles pour les « putain », les « mais c’est bon, là ! » et toutes les autres formes d’insolence qui s’étaient manifestées. Plus je continuais, plus Thomas sévissait. Après la dernière fessée supplémentaire pour insolence, je me dis qu’il était vraiment temps de me calmer si je voulais pouvoir m’asseoir dans ma voiture pour rentrer chez moi. Il fallait que j’admette que Thomas ne lâcherait rien, ni aujourd’hui, ni jamais. Je perdrais, quoiqu’il arrive, et les fessées s’avèreraient de plus en plus salées.

 

-          Au coin, mains sur la tête !

J’allai au coin… sans les mains sur la tête. Cela me valut une bonne fessée au coin, chose que je déteste plus que tout. Je me tins ensuite correctement.

 

-          Viens ici, Lucie.

J’obéis.

-          On va parler de l’anglais. Va t’allonger sur la méridienne.

Je m’exécutais à reculons, en soupirant.

-          Rappelle-moi ce qui a été fait en anglais, m’ordonna Thomas.

-          Rien, répondis-je. Rien du tout.

Et la fessée commença à tomber. Elle était costaude et difficile à encaisser. Thomas alternait entre main et planche ; mais il n’y a pas à dire, c’était sa main qui me faisait le plus souffrir.

-          Arrête ! le priai-je. Stop ! Stop !

-          Tu l’as fait, ton anglais, ou pas ?!

-          Non…

-          Alors pourquoi j’arrêterais ?!

Effectivement, il n’avait pas tort. Mais cette fessée devenait insupportable. Vraiment. Heureusement, elle ne dura pas longtemps.

 

                Thomas me renvoya au coin. Je me mis pas mes mains sur la tête. Je repris une fessée sur la méridienne. Il me renvoya de nouveau au coin. Je tins les mains sur la tête quelques minutes… puis les baissais. Thomas me fila de nouveau une fessée, au coin. J’en avais plus que marre. « JE N’AI PAS ENVIE DE METTRE MES MAINS SUR LA TÊTE ! » avais-je envie de lui hurler. Mais puisqu’il ne cédait pas, je n’avais pas le choix.

 

-          Viens ici, Lucie.

J’obéis.

-          Que vas-tu faire pour l’anglais ?

-          Je vais chercher un prof et commencer les séances du programme.

-          Quand ?

-          Demain.

-          Je compte sur toi, Lucie. Vraiment. Comme pour le reste ! Le médicament, le couvre-feu, etc… C’est important !

Thomas me prit dans ses bras et me répéta qu’il comptait sur moi. Cela me donna envie de le rendre fier ; j’espérais juste que cette envie ne soit pas éphémère !

 

                Il me fallut deux heures pour rentrer chez moi. Vive les bouchons parisiens !

                Après avoir mangé avec un lance-pierre, je filai au théâtre. Ma troupe et moi répétons pour notre prochain spectacle, début juillet. Pendant le tout premier exercice, la relaxation, j’avais bien du mal à tenir en place avec mes fesses endolories !

                En rentrant à la maison le soir, je pensai à l’éprouvante séance d’aujourd’hui et me dis qu’il allait vraiment falloir que j’anéantisse cette semi-léthargie que j’avais inaugurée il y a deux semaines. Heureusement, grâce à Thomas, j’étais motivée à l’abolir !

 

A suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'équation féminine (Chapitre 2)

  Vendredi 2 avril 2021 -           Cabinet du Docteur de Melbourg, bonjour ! -           Bonjour Madame, j’avais rendez-vous avec le docteur cette après-midi à 15h, mais je crois que mon chien est malade car ce matin il avait de la fièvre, alors je vais l’emmener chez le vétérinaire donc… Je suis de moins en moins patiente avec les personnes âgées qui me racontent toute leur vie, alors que leur demande pourrait tenir une phrase. -           Donc vous ne pourrez pas honorer votre rendez-vous, terminai-je. C’est bien ça ? -           Oui, c’est bien ça, parce que bon, il faut que j’m’occupe de mon chien... -           Vous êtes madame ? -           Lemoine. L-E-M-O-I-N-E. -           Très bien, j’annule votre rendez-vous de 15h. -           Est-ce que je pourrais en avoir un autre, par contre ? Parce que j’ai vraiment mal dans l'bras et il faudrait qu'le docteur regarde… Depuis samedi qu'j’ai aidé ma belle-sœur à s'lever d'son lit, j’crois que j’m

Le tutorat de Little Princess (séance 13)

                   J’écris cette séance une semaine après l’avoir vécue. Avec les partiels, j’étais complètement débordée ! Heureusement, j’ai enfin validé ma licence (mention Bien !) et suis partie pour quatre mois de relâchement avant mon entrée en Master.             Je voudrais d’ailleurs profiter de ce post pour remercier mes tuteurs : sans eux, je n’aurais pas pu réussir ma licence avec une aussi bonne moyenne. Merci à Florence, Gabriel et Thomas, qui se sont acharnés sur mon travail et moi afin que je réussisse. Même si cette licence a été ponctuée de beaucoup de fainéantise et de deux conseils de discipline, celle-ci n’aurait même pas été terminée s’ils n’avaient pas été là.             Merci pour toutes ces heures passées à me réprimander, à tenter de me secouer, à faire rougir mes fesses (et continuer de le faire malgré mes pleurs !), merci pour tous ces passages au coin, merci pour votre investissement, votre dévouement envers moi. C’est quelque chose que je prends et q

Le tutorat de Little Princess (séance 12)

  Bruce Banner a laissé place à Hulk. Dr Jekyll a laissé place à Mr Hyde. Je disais dans les épisodes précédents que Thomas était un Pokémon qui se « transforme », passant du « pote sympa » au « tuteur intransigeant » lorsque débute l’évocation du bilan. Mais hier, c’était plus que ça. Thomas était un Avenger en colère, prêt à me fracasser. Et ce fut le cas. La pire séance depuis que j’ai commencé la fessée, tous tuteurs confondus. J’ai littéralement pris la fessée du siècle.                   Sur la route, je me dis que Thomas ne va pas être content : depuis une semaine, je ne fais toujours pas mes devoirs ; et j’ai été exclue de cours mardi. Je savais qu’il serait fâché mais je n’imaginais pas à ce point-là.                   Je frappai à la porte, Thomas m’ouvrit. Pas de sourire ni de bonne humeur habituelle. Thomas était glacial. -           Salut, dis-je. -           Salut. Ça va ? -           Bof… trente-cinq minutes de bouchons sur le périph’, j’aurais pu m’e

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 26)

  Mercredi.                   Pas de grasse matinée ce matin : Héloïse nous réveilla à neuf heures pour que nous puissions travailler un peu sur nos cours. J’étais grognon au possible en me réveillant, comme cela m’arrive rarement. En m’asseyant à table au petit déjeuner, je fus agacée par Anaïs, toujours pleine d’énergie et en forme le matin. Je déteste les gens du matin. Ou les gens. Ou le matin.                   Après m’être préparée et habillée pour la journée, je remontai dans ma chambre et me sentis toujours aussi grognon. Je ne savais pas encore pourquoi mais j’avais l’impression que cette journée allait être désagréable au possible. Personne n’avait intérêt à me voler dans les plumes : je m’étais levée du pied gauche !                 J’ouvris mes cahiers et commençai à travailler. Soudain, seulement quelques minutes après avoir commencé mes devoirs, j’entendis : -           Louise ! Anaïs ! Marie ! Descendez immédiatement ! Héloïse avait l’air furieuse. J’obéi

Nouvelle rentrée, nouvelle vie ! (Chapitre 14)

  Samedi 14 septembre               Dix heures. Comme l’avait annoncé Monsieur le Directeur, Mathilde et moi étions assises dans son bureau à rattraper les cours loupés hier à savoir la littérature, l’histoire et la philosophie. Cependant, j’allais avoir un répit que Mathilde n’aurait pas : mon cours de piano. Monsieur Alexandre n’allait pas tarder à arriver, me sauvant du travail sur lequel je bûchais avec acharnement depuis une heure et demie.   -           Tiens-toi droite Clémence, me reprit Monsieur Alexandre. -           C’est que… -           Que quoi ? -           Je… j’ai hyper mal aux fesses, avouai-je honteuse. -           Ce n’est pas mon problème. Quand on joue du piano, on se tient correctement ! Je fis un effort pour me redresser et commençai à jouer. Mon prof ferma les yeux pour mieux m’écouter, j’en profitai pour relâcher ma position. Sans mouvoir ses paupières closes, Monsieur Alexandre me gronda : -           Je sens que ta douleur aux fesses va s

Le tutorat de Little Princess (séance 11)

                  Mon cadeau biologique mensuel m’avait encore donné un répit de dix jours. Ouf. Je ne me voyais vraiment pas reprendre une séance à peine quatre jours après la précédente. Mon cadeau tombait à pic !                 Mais hélas, il ne fut pas éternel et je dus retourner chez mon tuteur ce vendredi 30 avril.                   Je toquai deux fois à la porte, personne ne répondit. De nature inquiète, je me fis plusieurs films : « Est-ce qu’il a fait une crise cardiaque ? Non quand même pas, il est jeune et en bonne santé. J’espère qu’il va bien… ». J’envoyai un texto. Ouf, quelques secondes plus tard, Thomas vint m’ouvrir. -           Salut ! -           Salut ! Ouf, j’ai eu peur, j’ai cru qu’il t’était arrivé quelque chose ! -           Non, non, pas du tout. Mais pourquoi tu ne sonnes pas ? -           Je trouve que la sonnerie, ça casse les oreilles, me justifiai-je. -           Ben oui mais une sonnerie sert à être utilisée… J’entrai dans le salon et p

L'équation féminine (Chapitre 1)

  Jeudi 1 er avril 2021 -           Simon ! Dépêche-toi de mettre tes chaussures, on va être en retard ! -           C’est cro dur, maman ! -           Je ne peux pas t’aider, j’ai ta petite sœur dans les bras… Bon, Noé, tu peux aider ton frère à mettre ses chaussures, s’il te plaît ? -           Non ! -           Comment ça, non ?! -           Non ! -           Noé de Melbourg, tu vas tout de suite aider ton frère à mettre ses chaussures sinon je vais me fâcher ! -           Non ! -           Je vais mettre tes petites sœurs dans la voiture : à mon retour, je veux que tu aies aidé ton frère ! Tu n’as vraiment pas envie que je me fâche, Noé ! Je ne suis pas d’humeur aujourd’hui… Heureusement, je n’eus pas à me fâcher : Noé aida son petit frère, les enfants montèrent dans la voiture, je vérifiai que tout le monde était bien attaché, et je filai en route pour l’école.                                 Ce n’était pas prévu du tout. Alexandre et moi n’avions absolume

Un joli fantôme du passé (Chapitre 14)

 J'ai pris le parti de ne pas écrire les dialogues en anglais pour préserver le confort de lecture :) Peace. L.P. Lundi 25 janvier 2021                                   Six heures, mon réveil sonne. J’ouvre difficilement les yeux : la fatigue est toujours présente malgré la bonne nuit de sommeil que je viens de passer. En plus de mes devoirs au lycée, papa a engagé un professeur particulier d’anglais qui vient deux heures par jour pour m’aider à bien comprendre mes cours et rédiger correctement mes devoirs. Je dois donc travailler deux fois plus que les autres. Puisque Valentin veut le meilleur pour moi, il m’a inscrite dans une Magnet school franco-anglaise ; les Magnet schools ont la réputation d’avoir un niveau très élevé et de préparer la future élite américaine. De plus, je sais que papa dépense une somme d’argent exorbitante pour ma scolarité et je ne veux pas le décevoir ! Mon père me voit déjà intégrer l’université de Stanford l’année prochaine, pour que je puisse

Le tutorat de Little Princess (Séance 10)

  -            Je t’adore Thomas, mais tu me fatigues ! -           C’est toi qui me fatigues ! me répondit-il en me raccompagnant à la porte. Mouais… Il était du bon côté de la main, lui. Pas moi.                   Cela faisait trois semaines que j’avais évité un nouveau rendez-vous. Il y en avait bien un qui avait été planifié pour vendredi dernier mais devant mes efforts, Thomas l’avait annulé. Je m’étais alors sentie pousser des ailes et m’étais complètement relâchée. Mon tuteur avait rectifié le tir en me convoquant ce jeudi 15 avril.                   Je frappai à la porte, Thomas m’ouvrit. -           Bonjour Madame Lucie, comment vas-tu ? -           Ça va bien et toi ? -           Ça va merci. Ça a été la route ? Tout en lui répondant, j’entrai dans le salon et remarquai le canapé flambant neuf de Thomas, remplaçant l’ancien qui commençait à tomber en ruine. Thomas me proposa à boire, j’acceptai et me dirigeai vers le pipi-room comme à chaque fois que j’ar