Accéder au contenu principal

Le tutorat de Little Princess (Séance 15)

 


                Sept jours après la dernière séance, j’étais de nouveau chez Thomas. Un Thomas très en colère : un combo d’Hulk et de Mister Hyde.

               

                Depuis quelques jours, deux autres items s’étaient ajoutés au tutorat : la procrastination quotidienne, et la conduite automobile (plus particulièrement les excès de vitesse). Cette dernière serait d’ailleurs très certainement la nouvelle « bête noire » du suivi, succédant au couvre-feu !

 

                Thomas n’était donc vraiment pas content de me revoir si tôt et me le fit remarquer :

-          Prends le temps qu’il te faut pour récupérer de ton trajet ; ensuite on passera directement au bilan.

Bizarrement, cela ne m’impressionna pas autant que la dernière fois ; je m’y étais préparée. Je m’étais préparée au fait que Thomas serait vraiment en colère s’il devait me convoquer seulement sept jours après la dernière séance.

 

                Lorsque nous passâmes au bilan, plusieurs items furent pointés du doigts :

-          L’anglais, que je n’avais toujours pas commencé, et dont j’avais déjà perdu un mois entier ;

-          La prise de mon médicament quotidien, qui continuait d’être bancale ;

-          Le couvre-feu, de moins en moins respecté ;

-          Et les excès de vitesse quotidiens.

 

Lorsque ma mère a passé son permis de conduire, elle était enceinte de ma sœur jumelle et moi. Elle voulait absolument décrocher ce précieux sésame avant l’arrivée de ses bébés (bien que je sois la seule à avoir survécu). Son moniteur d’auto-école, Marc, l’appelait « Schumacher » tellement elle roulait vite !

Vingt ans plus tard, ce fut à mon tour de m’installer derrière le volant ; Marc était toujours là, proche de la retraite. Marc me disait sans cesse de ralentir, de respecter les limitations de vitesse… je fus bien vite baptisée « bébé Schumacher » !

 

Aujourd’hui, « bébé Schumacher » n’a pas levé le pied, malgré les quelques têtes-à-queues effectués sur la route. J’ai énormément de mal à respecter les limitations de vitesse, ce qui vaut à Hugo de se faire un sang d’encre dès que je prends le volant.

Il y a deux semaines, alors que je rentrais d’une répétition avec ma troupe de théâtre, Hugo me demanda si j’avais été sage sur la route. Je lui répondis :

-          Ben… comme d’hab, quoi !

Hugo a pour habitude de me coller une fessée assez salée dès que je prends une prune (surtout que la voiture est à son nom et qu’il ne me dénonce pas toujours, faisant donc sauter les points sur son propre permis !) ; mais il se contente de me réprimander lorsqu’il sait que je roule vite. Puisqu’il commençait à en avoir assez, il déclara :

-          J’en ai marre de flipper dès que tu prends le volant, Lucie ! Puisque j’ai la tête trop prise en ce moment, je ne peux pas te surveiller là-dessus. Je pense très sincèrement qu’il faudrait que tu demandes à Thomas de prendre cela en charge.

-          Mais pourquoi ?!

-          Parce que tu roules trop vite ! Je n’ai pas envie d’être appelé un jour par l’hôpital de je ne sais où, et qu’on me dise que tu es entre la vie et la mort ! J’en mourrais s’il t’arrivait un truc !

-          Ne t’inquiète pas…

-          Si, je m’inquiète ! Et si Thomas prend cela en charge, je sais que tu y réfléchiras à deux fois avant d’appuyer sur l’accélérateur. Il a plus de poids et d’autorité que moi à ce niveau-là !

-          Ok…mais c’est vraiment pour toi que je le fais !

-          Non, c’est pour toi, me dit Hugo. Et pour que l’on soit sûrs que ça fonctionne, tu prendras le tapetapis avec toi dès que tu devras être punie pour excès de vitesse !

-          Alors là, dans tes rêves ! Et puis d’abord, je le transporte comment ?! Ce n’est pas l’objet le plus discret du monde…

-          Eh bien dans ce cas, tu prends le martinet avec toi. Le tapetapis ou le martinet, tu choisis. Mais je souhaite que ce soit hautement persuasif pour que tu ne recommences pas !

 

Vous vous doutez bien que je n’ai pris ni l’un, ni l’autre lorsque je me suis rendue chez Thomas. Prendre de moi-même l’un des deux instruments que je déteste le plus au monde pour le mettre directement dans la main de Thomas ?! Je ne suis pas maso à ce point-là. C’est déjà assez compliqué pour moi de recevoir les différentes trempes qui tombent sur mon pauvre derrière ; ce n’est pas pour y rajouter l’un des deux pires instruments pour moi !

 

                Le débrief’ terminé, Thomas me demanda de me lever et d’allumer la lumière. Je refusai. Puisqu’il était déjà biiiieeeeen monté en pression, mon refus le mit en colère : il me gronda tout en fermant les volets et allumant la lumière de façon très sèche, puis s’occupa de moi ; en deux temps trois mouvements, j’étais allongée à plat ventre sur la méridienne, robe relevée, culotte baissée, et je prenais des claques venues de l’espace tout en écoutant les réprimandes de Thomas basées sur le fait que je n’obéissais pas. Ça commençait bien !

-          Maintenant tu te relèves, tu enlèves ton sous-vêtement et tu vas au coin ! Et dépêche-toi Lucie, parce que je te jure que je vais m’énerver !

Cela me fait toujours sourire, le fait que Thomas me menace de s’énerver alors qu’il l’est déjà depuis plusieurs minutes…

                N’empêche, j’obéis tout de suite, calmée par les supers-mégas-claques reçues quelques secondes plus tôt.

 

-          Viens ici, Lucie.

J’obéis.

-          On va commencer par parler de la conduite.

-          Roh mais…

-          Mais quoi ?!

-          Rien, répondis-je avec un sourire en coin.

-          Ça te fait rire ?! ça te fait rire de conduire à toute vitesse ? De mettre en danger les autres ? De TE mettre en danger ?! Tu crois que c’est un jeu, la route, Lucie ?!

-          Mais non mais…

-          Mais quoi ?! Y’a pas de mais, Lucie ! Tu crois que j’ai envie de te retrouver au bord de je ne sais quelle route parce que tu as eu un accident ?!

-          Non…

-          Viens t’allonger.

-          Oh nan mais t’es pas sérieux là…

-          Viens t’allonger !

Je soupirai et me résignai à aller m’allonger à plat ventre sur la méridienne. J’entendis Thomas prendre la planche, ce qui me soulagea à moitié : d’un côté, je n’allais pas avoir à faire à sa main ; d’un autre côté, mes fesses étaient loin d’être chauffées et ça allait forcément faire très mal !

                Thomas releva ma robe, exposant mes fesses à l’air libre. Il m’asséna un premier coup de planche, assez fort pour que je sursaute en serrant les dents.

-          Il est hors de question que tu fasses n’importe quoi sur la route, Lucie ! dit-il en me mettant un autre coup. Hors de question !

Le troisième tombe. Je serre les dents. Ça fait très mal mais je peux le supporter. Un quatrième, un cinquième, je commence à gigoter tout en écoutant les réprimandes de Thomas. Le sixième tombe, je lâche un discret « aïe ! », je réitère au septième. Je supporte les coups tant bien que mal ; mais cette fessée n’est pas faite pour être supportée. Elle est faite pour être tellement salée qu’elle me passera l’envie de recommencer à appuyer sur l’accélérateur. Pour le moment, ce n’est pas le cas et Thomas le sent bien. Il m’annonce alors : « Celle-ci n’est que pour le premier jour ! » (sachant qu’il y en a six !). Il lâche la planche, pose sa main sur ma hanche opposée à lui, et commence à appliquer son autre main sur mon derrière. La traditionnelle et redoutée déculottée à la main reprenait du service. Malheureusement, elle n’était pas partie bien longtemps !

Là oui. Je gigote, je gémis, je chouine, je me débats… Thomas est réellement impitoyable et me le confirme verbalement : « Il est hors de question que l’on reparle de ça, Lucie ! Je veux que ce soit la dernière fois que l’on en parle ! Je veux que tu sois irréprochable au volant ! ». Thomas tape très fort et les larmes montent vite. Très vite. Cette fessée est l’une des pires depuis le début du tutorat. Heureusement pour moi, elle ne dura pas longtemps (je me souviens encore des fessées durant un quart d’heure, reçues il y a encore quelques semaines…).

-          Va au coin, Lucie !

Je m’exécutai avec les mains sur la tête. Il fallait que je reprenne mes esprits et que je sèche mes larmes.

Avec les fortes températures, Thomas et moi étions tous les deux en nage. J’espérais que la chaleur réduirait les forces de mon tuteur… mais non. Dommage. L’espoir fait vivre.

 

-          Retourne-toi Lucie.

Je m’exécutai.

-          Pourquoi viens-tu d’être punie ?

-          Parce que je roule trop vite.

-          Exact. Ce n’était que pour le premier jour. Viens t’allonger.

Je me collai contre la porte, refusant d’aller m’allonger sur la méridienne.

-          Lucie, si je viens te chercher, ça va vraiment mal se passer !

-          Putain…

Il avait été très discret, mais Thomas l’avait entendu. Je l’avais lâché par réflexe, trouvant le dilemme corsé et ne sachant que faire… ayant oublié pendant une demi-seconde que ce mot était proscrit.

                Thomas me fonça dessus et m’ordonna :

-          Tourne-toi !

Je compris immédiatement que j’allais prendre une fessée debout, au coin. L’horreur. J’aurais encore préféré qu’il me jette à plat ventre sur la méridienne ! Je le priai :

-          Non ! J’suis vraiment désolée !

-          Tourne-toi, Lucie !

-          Mais j’le dirai plus…

Peu importe. Thomas était vraiment hyperrrr en colère aujourd’hui ; le fait que je proteste l’énervait encore plus. Il me tourna lui-même, me pencha sous son bras et m’en colla une vraiment, vraiment salée.

-          C’est normal de parler comme ça, Lucie ?! Est-ce que c’est normal ?!

-          Non…

-          Alors pourquoi tu le fais ?!

Les larmes avaient fait leur retour et ne disparurent pas tout de suite puisqu’il me fallut m’allonger sur la méridienne pour payer le deuxième jour de conduite en excès de vitesse.

La planche avait malheureusement disparu de la circulation. Cette deuxième fessée fut courte mais sévère, à l’instar de la première.

                Je retournai au coin en me frottant les fesses. Thomas me gronda :

-          Mains sur la tête, Lucie ! Tu vas écouter parce que ça COMMENCE VRAIMENT A ME CHAUFFER !!!

Oh. Thomas avait haussé le ton. Il avait vraiment haussé la voix ! Il n’avait fait cela qu’une seule fois depuis le début du tutorat, et il n’avait d’ailleurs pas atteint cette intensité ! L’entendre me crier dessus m’a fait de blottir contre le coin avec la volonté de me faire oublier. Je serrai au passage les fesses, de peur qu’une ou plusieurs claque(s) du même calibre que sa colère tombe(nt). Mais heureusement, rien ne tomba. Thomas avait dû voir que son éclat de voix avait été suffisant à me calmer.

 

-          Viens ici, Lucie. Pourquoi viens-tu d’être punie ?

-          Parce que j’ai roulé trop vite.

-          Viens t’allonger pour le troisième jour.

Je refusai, purement et simplement. Je ne pouvais me résoudre à m’en reprendre une aussi salée que les deux précédentes.

-          Soit tu viens tout de suite t’allonger et on règle ce troisième jour de conduite ; soit je viens te chercher et on va parler de ta désobéissance, pour ensuite parler du troisième jour. C’est toi qui vois !

J’y réfléchis beaucoup mais je considérais que céder était me jeter toute cru dans la gueule du loup. J’avais fait l’effort de venir jusque chez lui (malgré mon irrésistible envie de me désister afin de laisser mon derrière sain et sauf), d’avouer mes fautes… il fallait en plus que je les assume toutes et cela s’avérait vraiment compliqué.

                Thomas ne patienta pas plus longtemps : il me fonça dessus, m’attrapa par le poignet et me tira jusqu’à la méridienne. Je reçus une bonne fessée pour ne pas lui avoir obéi. Aujourd’hui, c’était vraiment le pompon. Il était vraiment en colère contre moi et je le sentais. Je le sentais bien comme il fallait.

 

                La troisième, la quatrième, la cinquième et la sixième tombèrent. Toutes aussi salées les unes que les autres. Rien n’arrêtait Thomas : ni la chaleur, ni mes pleurs. A la fin, je le priai :

-          Arrête ! S’il te plaît, arrête ! Stop ! J’ai compris ! Stop ! Pourquoi tu ne t’arrêtes pas ?!

-          Tu as respecté les limitations de vitesse ou pas ?!

-          Non…

-          Donc tu as ta réponse ! Je veux que tu retiennes la leçon pour que l’on n’en reparle plus !

-          Mais c’est bon, j’ai compris…

-          Eh bien c’est ce qu’on verra, Lucie ! Je veux des actes !

 

Lorsque cette série pour la conduite fut enfin terminée, je retournai au coin, haletante, en me frottant les fesses. Mon derrière me brûlait vraiment. J’en profitai d’ailleurs que Thomas soit en train de boire un coup d’eau pour frotter mon derrière à nouveau, puis je remis mes mains sur la tête. Seulement, Thomas m’avait repérée et après avoir reposé la bouteille d’eau, il m’asséna une claque tellement forte qu’elle me déséquilibra. Et il en faut beaucoup pour me déséquilibrer, je vous l’assure !

Avec cette claque, je crus que sa main allait fondre ou se casser en mille morceaux… mais non. Elle allait parfaitement bien, contrairement à la fesse qui l’a reçue !


Je viens de découvrir qu'en Russie, il y a des concours de gifles et des concours de claques sur les fesses (je vous jure que ce n'est pas une blague ! Regardez sur Youtube !). Deux candidats s'affrontent jusqu'à ce que l'un des deux déclare forfait. Bien que je trouve cela au summum de la débilité, je suis persuadée que si ça existait en France, Thomas en serait le champion incontesté, vu le calibre de ses claques ! !

 

                J’aurais bien aimé que cette séance en reste là. J’en avais déjà pas mal pris pour mon grade ! Pourtant, quelques minutes plus tard, j’étais de nouveau allongée sur la méridienne, à recevoir dix-sept séries de claques pour les dix-sept jours où je n’avais pas travaillé l’anglais. Je n’avais toujours rien fait, je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même.

                N'empêche, ces nouvelles dix-sept fessées eurent pour effet de m'achever : je n'en pouvais plus ! J'étais vraiment résolue à travailler cette fichue langue, ne serait-ce que pour éviter de futures fessées !

 

                Après un avant-dernier passage au coin, une ultime très bonne fessée me tomba dessus, comme avertissement pour le couvre-feu et la prise de mon médicament quotidien, histoire que je sache que ces deux items sont sur la sellette.

 

                Ouf, terminé. Cette séance plus qu’éprouvante fut terminée. Enfin. Thomas m’offrit un soda puis je rentrai tranquillement chez moi (en respectant les limitations de vitesse !). Enfin, pas si tranquillement que ça car il m’était très difficile de ne pas gigoter sur mon siège de conductrice !

 

 

                Lundi 21 juin, quatre jours après la séance. J’enquille une heure et quart de route en partant de chez mes beaux-parents pour aller chez ma grand-mère. Sur la Francilienne, la vitesse est limitée à 110km/h. Je roule à 109. Il n’y a presque personne sur la route, c’est dégagé, j’ai bien envie d’accélérer. Mais Thomas va me tuer. Mais j’ai envie d’accélérer. Mais Thomas va me tuer. Mais j’ai envie d’accélérer. Mais Thomas va me tuer. J’appuie sur la pédale.

 

                L’après-midi, alors que mon petit frère a une journée athlétisme à l’école et qu’il m’a demandée d’y aller, je joue au béret avec sa classe. Pour faire gagner mon équipe (et notamment mon petit frère qui est plein d’espoir !), je cours vite ! Dans un mauvais mouvement, mon pied reste sur le sol mais mon genou, lui, part.

                Verdict après trois heures d’attente aux urgences : double entorse du genou. IRM la semaine prochaine pour voir s’il y a plus de dégâts ou pas.

                Impossible de conduire, ça m’évitera les excès de vitesse pour les trois prochaines semaines, ainsi qu’une visite chez Thomas ! Cependant, le reste des items reste bien présent, et à respecter évidemment !

 

A suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 29)

  Lundi.                   Je me lève de bonne humeur, sachant que nous attaquons la dernière semaine de cours avant les vacances scolaires. Je vais enfin avoir un peu de répit ! Cependant, cela m’amena une question que je posai au petit déjeuner, attendant que la famille soit au complet : -           Papa, maman, interpellai-je. -           Oui Manou ? s’intrigua Tom. -           Comment ça se passe pour les vacances scolaires ? interrogeai-je. A partir de vendredi, nous aurons deux semaines de vacances et on n’en a jamais discuté ! Est-ce que l’on rentre chez nous ou est-ce que l’on reste ici ? -           C’est comme vous le souhaitez, les filles, dit Dana. Vous pouvez rentrer chez vous, ou alors vous pouvez rester ici… C’est comme cela vous arrange ! Cependant, tâchez de nous dire rapidement ce que vous décidez car votre père et moi partons une semaine dans notre résidence secondaire en Auvergne. Il nous faut savoir si vous venez pour nous organiser au mieux. -       

Un joli fantôme du passé (Chapitre 18 - 2ème partie)

  Jeudi 25 février.                   Il est bientôt une heure du matin. Brook est partie en ambulance pour l’hôpital le plus proche, nous n’avons pas de nouvelles. Gina est toujours introuvable. Meredith, June, Hailey, Beverly, Penelope et moi sommes en cellule, au poste du shérif. Petite cerise sur le gâteau : mon frère est de service. Apparemment parti en intervention (c’est ce que l’un de ses collègues m’a dit en reconnaissant mon nom de famille), il ne tardera pas à rentrer au poste…et à me trouver là. Je ne serai pas rentrée pour une heure du matin, j’ai encore pas mal d’alcool dans le sang et je suis au poste du shérif pour tapage nocturne et suspicion d’implication dans la disparition de Gina. Romain va me tuer. Manon va me tuer ; et lorsqu’il rentrera de Berlin, papa va aussi me tuer. Je ne vais plus pouvoir m’asseoir pendant des semaines.                   C’était la deuxième fois de ma vie que je me retrouvais au poste à la suite d’une soirée. La première fois, j’éta

L'équation féminine (Chapitre 5)

  Lundi 5 avril 2021                 Il est dix heures, je suis au boulot et je m’ennuie à mourir. Aucun appel, aucune démarche administrative à faire, rien. Je me laisse à écouter mon démon qui me dit d’aller faire un peu de shopping sur le net. Je me rends donc sur mon site préféré et vais à la pêche aux nouveautés. Après avoir fait le plein pour les enfants, je m’achète trois ensembles pas chers, ainsi que deux paires de sandales pour cette saison de printemps. Une fois le panier bien rempli, je jette un coup d’œil à la somme totale : 239,94€. C’est beaucoup. Si l’on retire les vêtements destinés aux enfants, il me reste environ 150€ à payer. Après la dispute concernant les factures impayées, Alexandre m’a enlevé 200€ sur mon budget shopping du mois. Il ne me reste donc plus que 50€. 50, pas 150… Mais j’ai tellement besoin de toutes ces jolies choses ! J’hésite un moment avant de valider, puis je clique en fermant les yeux et priant pour qu’Alexandre ne me tombe pas dessus

Le tutorat de Little Princess - Partie 2 (Séance 1)

Les éventuelles citations de Thomas, Gabriel et Antoine ne sont pas une volonté de ma part de comparer les différents tuteurs que j’ai eu, juste de comparer les différentes expériences vécues avec eux.                     Antoine est quelqu’un de bien. Vraiment. Je souhaitais commencer ce récit par cette phrase car c’est la première chose que j’ai pensé en le voyant : c’est quelqu’un de bien.                     En novembre dernier, il m’a fallu choisir entre Thomas et Antoine. Notre choix à Hugo et moi s’est tourné vers Thomas, je ne sais plus pour quelle raison. Cependant, j’avais dit à Antoine que si Thomas abandonnait, la place serait pour lui : c’est exactement ce qui s’est passé. Le jour même de l’abandon de Thomas, Antoine et moi reprenions notre conversation là où nous nous étions arrêtés il y a dix mois.                 Je voulais me laisser du temps pour faire le deuil de Thomas mais je ne pouvais pas me le permettre : ma pré-rentrée avait eu lieu, impossible qu

Un joli fantôme du passé (Chapitre 17)

 Ce chapitre a été écrit par Marie, une fan de ce petit blog. Malgré mes quelques commentaires et reprises, ce chapitre a été entièrement créé par elle. Je tiens donc à lui adresser mes plus sincères remerciements et ma reconnaissance pour s'être jetée à l'eau ! Je trouve son travail vraiment super ; et vous ? Si vous aussi, vous voulez tenter d'écrire un chapitre d'une de mes histoires, n'hésitez pas à m'envoyer un mail, ce sera avec une immense joie ! Peace, L.P. Jeudi 28 janvier   Je me retourne dans mon lit et cherche à trouver une meilleure position pour dormir ; mais il n’y a rien à faire : je suis bien réveillée. Je n’ai aucune idée de l’heure qu’il est ; cependant il doit encore faire nuit puisque pas un rayon de lumière ne passe à travers mes volets. Immédiatement, l’envie de rejoindre Trent dans sa chambre s’empare de moi. Je ne suis pas certaine d’avoir la permission de quitter mon lit mais mon désir ne disparaît pas. Je tente sans succès de me

Le tutorat de Little Princess - Partie 2 (Séance 2)

  -           Y’a pas mal de tuteurs qui ont abandonné car j’étais un peu trop récalcitrante, prévins-je Antoine lors de notre première entrevue. -           D’accord. Je ne pense pas que ce sera mon cas. -           On verra, dis-je alors. -           Oui, on verra. Au fait, je voulais te prévenir car il y en a que ça déstabilise : je ne hausse jamais le ton. -           Jamais ? m’étonnai-je. -           Jamais, confirma Antoine. J’ai un ton ferme mais je ne le hausse pas. -           Y’en a pas mal qui m’ont dit ça aussi, ils ont tous fini par le faire, ris-je. Y compris Gabriel et Thomas. J’ai un don pour faire sortir un tuteur de ses gonds. -           Je ne m’énerve jamais, insista Antoine. Devinez qui m’a crié dessus dès la deuxième séance ? Je serais même tentée de dire qu’il s’est vraiment fâché ; mais il faudrait que ce soit lui qui confirme, étant donné que je n’étais pas à sa place et que je ne savais pas s’il ressentait de la colère ou non. Quoiqu’il en soi

La fin d'une chose est le début d'une autre...

  Pour des raisons personnelles (qui n'ont donc strictement rien à voir avec moi), Thomas est dans l'obligation de stopper le tutorat ! La rubrique : "Le tutorat de Little Princess" touche donc à sa fin...en ce qui concerne Thomas ! Si mon prochain tuteur (ou ma prochaine tutrice !) l'autorise, je reprendrai peut-être cette rubrique... Je remercie sincèrement Thomas pour son dévouement, sa régularité et son intransigeance, même si ce fût très douloureux pour moi ! Je ne nie pas les très gros progrès qui ont été faits et persiste à dire qu'il 'était un très, très bon tuteur ! Me voilà totalement orpheline, à la recherche d'un nouveau tuteur ou d'une nouvelle tutrice ! A bientôt pour de nouvelles aventures ! Peace. L.P.

C'est la reprise !

  Joyeuse nouvelle !  Le tutorat de Little Princess reprend du service avec la partie 2 ! Mon nouveau tuteur, Antoine, m'a convoquée dès ce soir chez lui ! Affaire à suivre donc... A très vite, les amis ! L.P.

Le tutorat de Little Princess (Fin de la partie 2)

  Eh oui, ce fut très court avec Antoine... Mais nous ne nous correspondions malheureusement pas. Je suis beaucoup trop chipie ! Par chance, un nouveau tuteur, Yves, commence déjà à prendre le relais. Ce nouveau tutorat commencera pleinement dans quelques semaines, vous pourrez donc suivre nos aventures, à Yves et moi, d'ici quelques temps ! Patience... Le tutorat de Little Princess   - Partie 3 reprendra du service fin octobre ! J'espère qu'Yves est le bon, cette fois-ci ! Mais si Hugo et Gabriel l'ont déjà adopté, je n'ai de mon côté aucun doute sur sa capacité à me tutorer efficacement ! Affaire à suivre, donc... A bientôt ! L.P.