Accéder au contenu principal

Le tutorat de Little Princess - Partie 2 (Séance 2)

 



-          Y’a pas mal de tuteurs qui ont abandonné car j’étais un peu trop récalcitrante, prévins-je Antoine lors de notre première entrevue.

-          D’accord. Je ne pense pas que ce sera mon cas.

-          On verra, dis-je alors.

-          Oui, on verra. Au fait, je voulais te prévenir car il y en a que ça déstabilise : je ne hausse jamais le ton.

-          Jamais ? m’étonnai-je.

-          Jamais, confirma Antoine. J’ai un ton ferme mais je ne le hausse pas.

-          Y’en a pas mal qui m’ont dit ça aussi, ils ont tous fini par le faire, ris-je. Y compris Gabriel et Thomas. J’ai un don pour faire sortir un tuteur de ses gonds.

-          Je ne m’énerve jamais, insista Antoine.

Devinez qui m’a crié dessus dès la deuxième séance ? Je serais même tentée de dire qu’il s’est vraiment fâché ; mais il faudrait que ce soit lui qui confirme, étant donné que je n’étais pas à sa place et que je ne savais pas s’il ressentait de la colère ou non. Quoiqu’il en soit, il m’a vraiment crié dessus !

 

               13h35, je sonne chez Antoine. Il m’ouvre la porte et je monte les escaliers jusque chez lui.

-          Ça va ? demandai-je.

-          Oui et toi ? répondit-il.

-          Oui ça va.

Après s’être échangés quelques banalités furtives, Antoine m’ordonna de ranger mon téléphone dans mon sac et de poser mon sac sur le meuble de l’entrée. Je compris que nous allions entrer dans le dur de l’action immédiatement. Ce fut le cas :

-          On va parler du couvre-feu que tu ne respectes visiblement pas ! Lundi soir, tu ne l’as pas respecté, hier soir tu t’es couchée à presque 2h du matin…

-          T’es pas marseillais ?! le repris-je insolemment. 1h04, ce n’est pas presque 2h…

-          Oui enfin c’est quand même loin de l’horaire où tu es censée dormir, non ?

-          Oui…

Antoine m’attrapa par le bras pour me faire avancer au milieu de la pièce à vivre. Puis, il entreprit de baisser mon jeans. Moi qui n’appréhendais pas jusque-là, une petite boule se forma dans mon ventre : ce n’est jamais agréable de se faire déculotter, surtout quand on sait ce qui va se passer derrière…

Ma culotte se retrouva également à mes chevilles, chose que je n’avais pas prévu dans l’immédiat. Les premières claques allaient tomber directement sur mes fesses nues : ça allait piquer !

 

                Les premières claques, très fortes, tombèrent sur mes fesses alors que j’étais encore debout. Antoine me pencha ensuite sous son bras et j’encaissai une bonne vingtaine de très bonnes claques, ce qui me fit déjà venir les larmes. Je l’ai trop dit : les fessées debout sont mon point faible !

Antoine tenta à plusieurs reprises de me garder penchée sous son bras mais puisque je gigotais beaucoup trop pour cela, je me retrouvai penchée sur le dossier du canapé à recevoir des claques toutes aussi fortes les unes que les autres. La position n’était pas du tout idéale pour moi puisque le dossier du canapé me sciait la vessie et l’utérus ; néanmoins, mes fesses étaient à la merci des mains d’Antoine et les claques pleuvaient sans que je ne puisse rien y faire, trop occupée à me concentrer sur cette douleur dans le bas ventre due à la position inconfortable.

                Ça y est, la première larme coula. Cette fessée à la main était méchamment corsée. La recevoir d’entrée, sans préchauffage, était un véritable défi. Les premiers « stop ! » et « arrête ! » firent leur apparition ; j’étais en train de passer un très sale quart d’heure.

D’un côté, j’aurais évidemment aimé l’éviter ; de l’autre, j’étais contente qu’Antoine me montre enfin de quel bois il se chauffe.

 

                Après cette fessée d’une bonne dizaine de minutes (enfin c’est l’impression que j’en avais !), Antoine m’envoya au coin. Je séchai mes larmes aussi vite que je pus pour éviter qu’il ne les voie.

Au coin, un nouveau calvaire commença. Tout en me grondant, Antoine m’assénait des claques aussi fortes les unes que les autres. Je gigotais sur place, n’ayant aucune échappatoire. Toute tentative de protection de mes fesses était déjouée : je n’avais qu’à prendre ces maudites claques et continuer de serrer les dents. A ce stade-là, Antoine me grondait fort :

-          Ce soir, je veux que tu sois au lit à 22h ! C’est compris ?!

-          Oui…

-          Oui, qui ?! insista-t-il en ponctuant sa phrase d’une bonne claque.

-          Oui Antoine, répondis-je souhaitant éviter d’en prendre une autre.

-          Tout ce que tu viens de prendre, c’est uniquement pour t’être fichue de moi ! On n’a pas encore parlé de ton carnet !

A chaque fois que je soufflais, que je gigotais, que je répondais mal, je reprenais des claques. Prendre des claques sur les fesses en étant au coin est réellement mon pire cauchemar ! S’il y a bien UN truc que je déteste, c’est bien ça !

 

Bon. Cette séance commençait d’une façon plutôt balèze. Je n’avais pas forcément envie de voir la suite…

 

                Antoine me demanda de me mettre debout face à lui. Il lut le carnet :

Lundi 13 septembre :

-          Excès de vitesse et textos au volant

-          Internet et textos en cours

-          Non-respect du couvre-feu

Mardi 14 septembre :

-          Excès de vitesse

-          Internet et textos en cours

-          Oubli du médicament du matin

Mercredi 15 septembre :

-          Médicament pris mais pas dans les temps

-          Excès de vitesse

-          Non-respect du couvre-feu

 

Si j’avais osé présenter un carnet comme ça à Thomas, j’aurais pris très, très, très cher. Je me vois déjà allongée sur la méridienne en train de me faire matraquer les fesses avec des claques venues de l’espace pendant un bon quart d’heure ; et ce JUSTE pour le couvre-feu.

 

                Antoine me pencha de nouveau sur le dossier du canapé (moins que la première fois puisque je lui fis part de ma douleur dans le bas ventre) et ce fut parti pour une nouvelle fessée à la main. Cependant, j’eus l’impression qu’elle était un peu moins forte que la première fessée. Je la sentis néanmoins passer : heureusement qu'elle fut courte !

Antoine s’empara ensuite d’une spatule en bois et m’en fila quelques coups : ils furent douloureux, oui (ce qui me fit gigoter d’ailleurs !), mais pas insupportables. Pas autant que les bonnes claques à la main. Il ponctua le passage à la spatule avec quatre bonnes claques qui me firent de nouveau gémir de douleur.

 

                Retour au coin, et retour des fameuses claques insupportables que je déteste tant. Je crois d’ailleurs que c’est au coin que mes fesses ont le plus morflé aujourd’hui. Antoine me grondait par rapport à mon comportement mais ses mots entraient par une oreille et sortaient par l’autre : j’étais uniquement concentrée sur les potentielles claques qui tombaient et sur le fait d’essayer de les esquiver.

 

                Antoine me fit asseoir sur une chaise, ce que je pris comme un temps de pause durant lequel il me proposa à boire. Je refusai, vexée d’avoir pris autant de claques debout, autant de claques au coin.


                Quelques minutes plus tard, Antoine me releva et me remit face au dossier du canapé. Il me fila trente coups de ceinture pour punir mon insolence envers lui. Je comptai ses coups nonchalamment, les encaissant en silence comme pour la première fois. Ils ne me firent ni chaud ni froid.

Je suis quelqu’un qui supporte très bien la douleur. Pour me faire « craquer », il faut ajouter une dimension infantilisante pour jouer sur le psychologique. Ainsi, seules les choses infantilisantes ont raison de moi : la main, le martinet, le tapetapis, le coin, tirer l’oreille ou les cheveux… Lorsque ça ressemble trop à une « fessée d’adulte » je suis tout à fait capable d’encaisser la douleur sans broncher. Cela peut être compliqué à gérer pour un tuteur, j'en conviens volontiers !

 

                Après les trente coups de ceinture (ponctuée par deux claques que je n’oublie pas !), Antoine m’autorisa à me rhabiller.

-          Tu as raison, avoua-t-il. Je vais avoir du fil à retordre avec toi. Mais je ne vais pas lâcher !

Je ne répondis pas. J’aurais pu glisser un : « J’te l’avais bien dit ! » mais je le pensai inutile alors je me tus.

 

-          Tu as des questions par rapport à aujourd’hui ? me demanda Antoine.

-          Le coucher à 22h au lieu de 22h30, c’est juste aujourd’hui ? me renseignai-je.

-          Oui, c’est juste aujourd’hui. Mais si jamais tu ne te couches pas à 22h ce soir, demain tu reviens ici ! Je te baisserai à nouveau le pantalon et la culotte et je te redonnerai une fessée ! Tu as compris ?!

Outch. Phrase infantilisante au possible. Je baissai les yeux au sol et répondis un timide « oui », honteuse.

    

            Voilà. Je suis punie pour ce soir. Trente minutes en moins que le couvre-feu habituel... C'est un retour aux punitions que ni Gabriel, ni Thomas ne pratiquaient : cela me fait vraiment tout drôle !

 

                Trente-cinq minutes après être entrée chez Antoine, j’en ressortais déjà. Courte séance, donc, moi qui ai l'habitude de séances de deux à trois heures. Le timing était serré aujourd'hui puisqu'Antoine m’avait reçue durant sa pause et qu’il devait maintenant retourner au travail.


                Si la séance avait commencé sur les chapeaux de roues avec cette fessée magistrale debout, j’avais l’impression de ne pas avoir été tant punie que ça pour les bêtises notées dans le carnet. Sur le retour, je me dis donc que tout m’était presque permis : si je ne prenais qu’une petite fessée pour avoir accéléré au volant et avoir surfé sur internet pendant les cours, la récidive était plus qu’envisageable ! Quant aux trente coups de ceinture pour avoir été insolente…mon insolence n’est pas prête de disparaître !

                 Antoine réussira-t-il à me faire trembler et filer droit à l’instar de Thomas, Gabriel et des deux autres qui ont précédé ?

 

A suivre…

Commentaires

  1. Coucou, alors quelle était l'heure du coucher ?

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Justine ! L'heure du coucher s'est faite à 22h05... Car Gabriel est intervenu. Et que je ne peux pas lutter contre Gabriel ! ^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Exprimez-vous !

Posts les plus consultés de ce blog

Le tutorat de Little Princess - Partie 3 (Préambule)

  * 2 exclusions pour insolence (abusives, les exclusions. Je le précise quand même…) * excès de vitesse quotidiens * textos au volant * médicament pris occasionnellement * devoirs non faits * couvre-feu respecté mais plus par réelle fatigue que par volonté Voilà le palmarès. Depuis l’arrêt du tutorat avec Thomas puis avec Antoine, voilà le palmarès. Mon palmarès.                   Evidemment, Yves, mon nouveau tuteur n’est pas content. Mais pour le moment, je suis loin de sa main et je me fiche complètement qu’il soit content ou non : je fais ce que je veux quand je veux où je veux.                   Cependant, cela risque de me coûter cher. Selon le tableau mis en place, à l’heure actuelle j’en suis à exactement cinquante-cinq minutes de fessée et deux cent dix claques supplémentaires. J’attends de voir. Je sais qu'Yves ne peut pas tout punir : cela fait beaucoup trop de choses (vous allez me dire que c'était ce que je disais pour Thomas et au final il

Le tutorat de Little Princess (séance 3)

Comme vous avez pu le voir, j'ai changé le titre de cette rubrique. D'abord parce que je le trouvais trop long, ensuite parce qu'il devenait mensonger : Thomas n'est plus mon "nouveau" tuteur mais mon tuteur, tout simplement !   Nous ne nous étions pas vus depuis le lundi 7 décembre. Du 7 décembre au 6 janvier : un mois de « mise à l’épreuve » après la rouste de la dernière fois.   A peine deux jours après ce recadrage musclé, j’avais de nouveau testé Thomas, mais cette fois-ci je m’étais bien assurée que ce soit à distance. Jusqu’ici, toutes mes tentatives de rébellion avaient purement et simplement échouées, et j’en avais payé les frais. Restait ma toute dernière carte et j’hésitais vraiment à la jouer. Et puis tant pis, je me lançai.                 Depuis le début du semestre, ça ne passe pas avec ma prof d’histoire : je ne vous referai pas ici le récit de mon altercation verbale avec elle et de l’avertissement qui s’en est suivi pour moi ; mais souh

Le tutorat de Little Princess - Partie 3 (Préambule (3) - Et m*rde...)

                  Il paraît que c’est cela que l’on appelle « avoir sacrément merdé »…                     Lorsque ma mère était enceinte de ma sœur et moi, ce fut une grossesse difficile : déni de grossesse les quatre premiers mois, puis perte de ma jumelle. A six mois et demi, s’ils voulaient me donner une chance de vivre, il fallait accoucher ma mère.                   L’une des grosses conséquences de cette naissance très prématurée : de nombreuses malformations dues au fait que mes organes n’ont pas eu le temps de se placer correctement. Si la plupart sont bénignes, en revanche ma malformation intestinale pose problème. J’ai ce qu’on appelle un « mésentère commun complet ». Une malformation intestinale tellement rare que même certains médecins n’ont aucune idée de ce que c’est.                 D’habitude, on découvre cette malformation à la naissance ou durant la petite enfance. On l’opère et tout roule. Ce ne fut pas mon cas…   Durant vingt-quatre ans, j’ai eu d

Nouvelle rentrée, nouvelle vie ! (Chapitre 17)

 Ce chapitre a été écrit par Marie, une fan du blog. Malgré mes quelques commentaires et réécritures, elle a fait un excellent travail ! Bravo à elle ! Mardi 17 septembre.   Lorsque Monsieur Éric toqua à la porte pour nous réveiller, j’étais très motivée pour me lever (ce qui est très rare !). Aujourd’hui sera une belle journée : d’abord parce que le mardi reste la meilleure journée de la semaine grâce à Madame Kelly, la prof la plus adorable du Pensionnat ; ensuite parce que j’ai réfléchi à un plan pour me venger de Monsieur Jean et de Monsieur Nicolas. Ce sera discret (enfin autant que faire se peut), rapide et efficace. Je sais bien que lorsque nous nous ferons attraper la punition sera salée ; mais je ne supporte pas l’idée de laisser croire à nos professeurs qu’ils ont tout le pouvoir (même si ce n’est peut-être pas tout à fait faux). Pour mener à bien mon plan, il me faudrait l’aide de mes amies. Je vais tout faire pour les convaincre de me suivre, j’ai déjà des arguments d

Le tutorat de Little Princess - Partie 3 (Séance 1)

                  Ce mardi 19 octobre a sonné la fin de ma récréation. Depuis le 11 septembre, date à laquelle Thomas a cessé notre tutorat, j’étais en roues libres, malgré le fait qu’Antoine soit intervenu à deux reprises. Je profitais énormément de ce temps en mode « relax », bien que cela m’ait bien porté préjudice, surtout au niveau de ma santé.                   Depuis que nous discutons Yves et moi, celui-ci me promet un tutorat des plus stricts : « Tu vas regretter Gabriel et Thomas ! Je te le garantis ! ». Sans pour autant m’effrayer, ces phrases me faisaient me poser quelques questions : puisque Thomas avait clairement atteint mes limites lors de la dernière séance, se pourrait-il qu’Yves aille encore plus loin ? Non, impossible. Mon nouveau tuteur m’avait affirmé qu’il ne dépasserait pas mes limites : là-dessus, je pouvais être rassurée.                   Baay m’attendait à la sortie de ma fac à midi. Il était convenu qu’il vienne me chercher. Je sortis donc du bâtim

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 1)

Ça y est, nous y sommes. Mon pire cauchemar est arrivé. Monsieur X. a été élu à la Présidence de la République et il va appliquer son programme. Je m’appelle Marie, j’ai 18 ans, et je vais aller au bagne pour la première fois de ma vie. Enfin, au bagne... J'exagère légèrement. Je vais en fait aller en famille d’accueil, famille dans laquelle je vivrai la semaine ; je pourrai rentrer voir ma famille, dont l’homme de ma vie, le week-end. J’ai eu mon bac littéraire en juin dernier, mention très bien. J’ai décidé d’entamer une licence de Lettres afin de réaliser mon rêve : devenir professeure des écoles. Mais Monsieur le Président de la République l’a décrété : « Tous les étudiants de 18 à 25 ans seront accueillis en structure pour le bien de leurs études ». Pour le bien de nos études ? Pff, tu parles ! Encore des propos démagogues ! Alors me voilà inscrite à l’université Jules Verne de *****, dans laquelle je vais passer minimum trois ans, pour me former au métier de pr

Focus sur... Monsieur Jean

  Avertissement :   ces portraits donnent MA vision des personnages. Ce n’est pas forcément la vôtre. Si vous pensez être déçus car cela ne correspond pas à la façon dont vous vous imaginiez les personnages, ou si vous souhaitez garder votre propre vision des personnages, alors ces portraits de sont pas faits pour vous. Amitiés, L.P.   Focus sur…   Monsieur Jean Nouvelle rentrée, nouvelle vie !   Si Monsieur Jean existait dans la vraie vie, je l'imaginerais ainsi dans la peau du Surveillant Général Monsieur Navaron, issu de l'émission télévisée "Le Pensionnat de Chavagnes" : Principales informations :   Nom :  ***Confidentiel*** Prénom :  Jean Date de naissance :  14 janvier 1964 Âge au moment du premier chapitre :  55 ans Importance du personnage :  personnage tertiaire Origines :  parents d'origine belge. Profession :  professeur de littérature, français et latin Caractère :  Monsieur Jean est un homme qui a enseigné toute sa vie. Adepte des châtiments corporels

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 30 - 2ème partie)

                  Nous passâmes la fin de la journée dans nos chambres à bosser sur nos devoirs en retard. Héloïse nous surveillait de près, prête à intervenir à la moindre incartade.                   Lorsque 18h sonnèrent, papa rentra du travail. Il appela de suite : -           Anaïs ! Louise ! Marie ! Jeanne ! J’attendis Louise sur le palier et nous descendîmes ensemble dans le salon à la suite d’Anaïs et Jeanne. Mes sœurs et moi étions très anxieuses : nous avions très peur de régler nos comptes avec notre père !   Lorsque nous arrivâmes dans la pièce à vivre, à notre grande surprise, Tom n’était pas seul : Calix, Rachel, Nancy et Cassandra étaient également là, accompagnées de leur père. Monsieur Dubois croisait les bras et fronçait les sourcils. En nous voyant arriver toutes les quatre, monsieur Dubois dit à mon père : -           Bien, je pense que je peux vous laisser, maintenant. -           Comment ça ? demanda Anaïs qui souhaitait avoir des explications, en

Années 1950 : Le guide de survie d'Alice (Chapitre 3)

  Lundi 16 octobre 1950 Nous sommes autour de la table pour le petit déjeuner en famille, comme tous les matins. Seuls Victor, Aliénor et papa manquent à l’appel, étant déjà sur la route du Pensionnat. Il est déjà huit heures moins le quart et, selon l’horloge de Bonne-maman, les aînés de la famille devraient arriver dans un petit quart d’heure à leur école, s’il n’y a eu aucun problème sur la route.   Ce matin, je suis de mauvaise humeur. Le fait d’avoir été punie hier soir ne m’a guère plu et je suis très grognon. Je mets plus de temps que d’habitude à déjeuner et à une demi-heure du départ pour l’école, je n’ai pas entamé ma deuxième tartine. -           Lili, dépêche-toi de finir de déjeuner ! me gronda maman. Il est hors de question d’arriver en retard à l’école ! -           Je ferai comme j’en ai envie, répondis-je. -           Plaît-il ?! s’exclama maman en s’arrêtant net. Que viens-tu de dire ?! -           J’ai dit que je ferai comme j’en ai envie ! répétai-je

Un joli fantôme du passé (Chapitre 18 - 3ème partie)

  Vendredi 26 février                         Je me réveille un peu dans les choux aux alentours de 11h. Je remarque instantanément que ma sœur n’est plus dans mon lit. Cependant, une merveilleuse odeur entre dans ma chambre : je décide de sortir de mon lit et de la suivre. -           Salut Honey, me lança Trent depuis la cuisine. Manon et lui apparaissaient complices depuis les fourneaux, où ils avaient préparé un copieux et délicieux brunch. Cela me mit du baume au cœur de voir les pancakes, les œufs, le bacon et les mini-crêpes et gaufres préparées rien que pour moi. -           Trent s’est dit que tu aurais besoin de réconfort, dit ma sœur. J’ai décidé de l’aider. J’ai vraiment la meilleure famille du monde.               Je profitai à fond du brunch et mangeai à n’en plus pouvoir. J’ignorais si j’allais pouvoir manger quoique ce soit au dîner de ce soir mais je devrais sûrement me forcer : papa serait rentré et il déteste que je saute un repas.               C