Accéder au contenu principal

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 8)



Mardi.

Huit heures. Grrrrr, ce réveil ! Si je pouvais lui exploser la cervelle !
Je descends déjeuner en mode zombie. Bizarrement, il n’y a que mes sœurs à table.
− Où est maman ? demandai-je.
− Déjà partie au travail, répondit Jeanne. Y’avait ce mot sur la table.
Urgence au travail. Déjeunez bien et ne soyez pas en retard en cours.
A ce soir, je vous aime.

Maman.

− Du coup, qui est partante pour sécher les cours et passer la journée au centre commercial ? demanda Anaïs après avoir croqué dans sa tartine de confiture.
− Ta demande est sous-titrée de : « Qui est partante pour une longue et horrible fessée ?! », conclut Louise. Ma réponse est non.
− Ma réponse est non également, dit Jeanne.
− Moi, je suis plutôt partante, dis-je.
Louise et Jeanne me regardèrent avec des yeux ahuris alors qu'Anaïs avait le sourire aux lèvres.
− Marie, tu es bien consciente que quand papa et maman découvriront que vous n’êtes pas allées en cours, vous aurez droit à une fessée monumentale ?! s’exclama Jeanne.
− C’est bon, le site intranet n’est pas actif avant demain, dis-je. C’est la dernière journée où on peut s’éclater !
− Tu oublies que nos téléphones sont géolocalisés, dit Louise.
− Eh bien Jeanne gardera celui d'Anaïs et toi tu garderas le mien, comme ça papa et maman verront que nous sommes bien à la fac, dis-je.
− Hors de question ! s’écria Louise. Je n’ai pas du tout oublié la fessée que j’ai prise jeudi pour vous avoir couvertes pour la sortie de mardi ! Alors c’est MORT ! Si vous voulez vous mettre dans le pétrin, faîtes-le toutes seules ! Moi, je ne serais absolument pas complice de ça !
− Mais t’es ultra-chiante, toi ! râla Anaïs à Louise. Tu le sais, ça ?!
− Je m’en fiche royalement, affirma Louise.
− Bon, ben… il ne reste plus qu’à y aller au culot ! dis-je.
Je sortis mon téléphone et appelai Dana. Je tombai sur son répondeur. J’appelai alors Tom :
− Coucou ma chérie, répondit-il.
− Coucou papa.
− Il y a un souci ?
− Non, je voulais juste te demander si Anaïs et moi pouvions aller au centre commercial aujourd’hui.
− Marie, vous avez cours toute la journée aujourd’hui.
− Je sais mais je n’ai pas envie d’y aller et je me suis dit que…
− Tu te moques de moi, j’espère ?!
− Non papa ! Louise et Jeanne pourront nous prendre les cours et Anaïs et moi irions au centre commercial ! On a vraiment besoin de fringues et de chaussures !
− Si vous avez effectivement besoin de fringues et de chaussures, nous irons en acheter ce soir, après les cours. Mais il est absolument hors de question que vous ratiez les cours si vous êtes en parfaite santé !
− Mais papa…
− C’est non-négociable, Marie ! Je ne comprends même pas que tu m’appelles pour me demander une telle chose !
Je réfléchis alors à une combine.
− Marie ? Allô ?!
− Oui, je suis toujours là, papa.
− Je te préviens : si jamais j’apprends qu'Anaïs et toi avez séché les cours pour aller faire les boutiques, vous prendrez toutes les deux une bonne fessée !
− Mais papa…
− Fin de la discussion. Raccroche, maintenant. Tu vas être en retard en cours.
Tom raccrocha. De colère, je balançai mon téléphone sur la table et boudai. Je ne supporte pas que l’on me dise « non » !
− T’as pas le choix Marie, me dit Jeanne Si tu ne veux pas prendre une fessée, tu vas en cours !
− Ferme-la, toi ! pestai-je. Je ne t’ai pas sonnée !
− En même temps, tu savais très bien que papa dirait non ! me reprocha Anaïs. Je ne vois même pas pourquoi tu lui as téléphoné ! Tu t’attendais à quoi au juste ? « Oui, bien sûr ma chérie ! Sèche les cours, dépense mon argent ! C’est avec grand plaisir ! ».
− Oui bon ben ça va ! râlai-je. J’espérais un miracle ! Ce n’est pas interdit, si ?!

Nous passâmes toutes les 4 la matinée en cours. Que ce fût barbant !

A la cantine, nous apprîmes par Laura que la prof de Littérature Française était absente.
− A nous le centre commercial ! s’exclama Anaïs.
− Il faut d’abord demander à papa et maman ! dit Jeanne.
− Mais pourquoi tu parles, toi ?! aboyai-je. Tu n’as pas eu assez d’un verre d’eau à la tronche ?! Tu en veux un deuxième ?!
− Fais ça et je te jure que j’appelle maman sur le champ ! me menaça Jeanne. Une fessée devant toute la fac, ça te tente ?
− Je vais te détruire, dis-je à Jeanne les yeux remplis de colère. Je vais vraiment te détruire. Ne ferme pas l’œil de la nuit, parce qu’il va t’arriver des bricoles…
Jeanne blêmit.
− N’empêche, Jeanne a quand même raison, trancha Louise. Il faut d’abord demander à papa et maman.
Louise appela Dana.
− Faîtes vos devoirs. Nous irons au centre commercial ce soir.
− Mais maman, dis-je en m’emparant du téléphone. On ne peut pas faire l’inverse ? Nos devoirs ce soir et les magasins cette aprem ?
− Non, Marie. C’est non-négociable. Ne discute pas.
Je lui raccrochai au nez.
− Mais t’es malade ?! s’exclama Louise. Elle va te tuer !
− Elle n’a pas compris qu’à moi, on ne me dit pas « non ». Je vais faire les boutiques cette aprèm, point ! Qui m’aime me suive.
− Je t’aime, me dit Anaïs.

Anaïs et moi passâmes tellement de temps à faire les boutiques que ne nous ne vîmes pas le temps passer. Nos cartes bleues chauffaient. Un des bons côtés d’être la fille de Tom et Dana : l’argent de poche !

Anaïs et moi étions en train d’essayer de nouvelles chaussures, quand nos téléphones vibrèrent en même temps. Nous nous regardâmes.
− Soit c’est Louise ou Jeanne… commença Anaïs.
− …Soit c’est papa ou maman ! terminai-je.
− Regarde.
− Non, toi regarde !
− Ok, on regarde ensemble.
« Il est 18h35. Vous avez exactement cinq minutes pour rentrer à la maison. Pas une de plus. »
C’était signé « papa ». Nous étions cuites.
Anaïs et moi nous excusâmes auprès des vendeuses qui nous conseillaient et tapâmes un sprint jusqu’à la maison. Bizarrement, nous n’y trouvâmes que Louise et Jeanne en train de jouer à la console dans le salon.
− Papa et maman ne sont pas rentrés ?! demandai-je.
− Nan, répondit Jeanne. Papa a une réunion et maman rentrera tard car elle a un dossier compliqué. Pourquoi ?
− Parce que papa nous a envoyé un texto ! dis-je. Comment a-t-il su que…
− Ah merde, tilta Anaïs. La géolocalisation.
− Bon, ben il ne nous reste plus qu’à déballer nos affaires, nous laver, nous commander des pizzas, et espérer qu’on soit couchées quand papa et maman rentrerons…

Après avoir mis toutes mes nouvelles affaires à laver, je me fis couler un bain en attendant que les pizzas commandées par Louise arrivent.

Nous dinâmes toutes les quatre, mais je ne mangeais pas entièrement ma pizza. L’angoisse me tenait au ventre et je fixais la porte d’entrée avec la crainte que l’un de mes parents (ou les deux !) ne rentre incessamment sous peu. En espérant que Dana rentre avant Tom. Oui ça y est, je commençais à différencier les deux, et je préférais avoir à faire à maman qu’à papa. Même s’il était certain qu’aucun des deux ne me ferait de cadeau.

− POUVEZ-VOUS M’EXPLIQUER POURQUOI FAUT-IL QUE VOUS DESOBEISSIEZ SANS CESSE ?!
20h. Nous regardions la télé. Tom venait de rentrer et il était furieux. Il claqua la porte d’entrée derrière lui, enleva son manteau, puis sa veste de costard, et fonça droit sur nous. J’eus envie de me faire pipi dessus.
− Papa, on va t’expliquer… commença Anaïs.
− Oh ! Mais il n’y a absolument RIEN à expliquer !
Tom attrapa Anaïs par le bras, la sortit du canapé d’un geste et lui colla cinq claques sur le derrière. Il fit la même chose avec moi. J’accusai instantanément les claques et fondis en larmes.
− Papa, pleurai-je, je te jure qu’on ne désobéira plus, c’est juste qu’on avait plus de fringues et…
− Stop, Marie ! Plus un mot ! Tu files au coin, mains derrière le dos, et je ne veux pas t’entendre ! Et tu n’as pas intérêt à bouger ou je te jure que tu ne pourras plus t’asseoir de toute la semaine !
Tom avait attrapé Anaïs par les cheveux et était en colère noire. Je ne discutai pas et filai de suite au coin en me frottant le derrière. Les cinq claques qui venaient de tomber m’avaient donné un terrible avant-goût de ce que j’allais recevoir, hors de question d’en rajouter !
Tom avait dû emmener Anaïs dans sa chambre car je n’entendais que des cris et pleurs lointains. Dans ma tête, je priais très fort pour avoir à faire au martinet ou à la brosse, ou n’importe quel instrument. Depuis une semaine que je prenais fessée sur fessée, je réussissais maintenant à différencier ce qui faisait mal et ce qui faisait très mal ! Et la main de Tom faisait TRES mal ! Plus mal encore que celle de Dana, que le martinet, ou la brosse.

L’ingénieur vint me chercher plusieurs longues minutes plus tard.
− Dans ta chambre ! Tout de suite !
− Pas la fessée, papa ! pleurai-je.
Puisque j’étais plus décidée à reculer qu’à avancer, Tom m’aida avec des claques bien appuyées, qui me firent arriver dans ma chambre en un rien de temps. Je remarquai avec effroi qu’il n’y avait aucun instrument. J’allais avoir à faire à sa main… Oh pitié, non !
Nous nous tenions debout dans mon cocon rose pâle, face à face.
− Quand ta mère ou moi disons « non », Marie : c’est « non » ! me gronda Tom.
− Mais je…
− Tais-toi ! Tu savais que tu allais avoir une fessée en désobéissant ! Tu le savais et tu as quand même désobéi !
− Ben…
− Ne tente même pas de me mentir parce que les vingt minutes sur mes genoux tiennent toujours ! Attention à ce qui sort de ta bouche !
Je me tus. Non, surtout pas vingt minutes !
− La peur de la fessée n’est pas encore assez forte face à la tentation de faire des bêtises, n’est-ce pas ?! Je commence à bien te connaître, Marie ! Je sais que tu détestes le fait que ce ne soit pas toi qui décide ! Mais c’est pourtant le cas ! Et tu prendras autant de fessées que nécessaire, jusqu’à ce que tu l’intègres et que tu deviennes aussi sage que Jeanne !
Tom s’assit sur mon lit et me renversa sur ses genoux.
− Non, papa ! Pas à la main ! Je t’en supplie !
− Tu écoutes, toi, quand je te demande quelque chose ?!
− …
− Réponds-moi, Marie ! Est-ce que tu écoutes quand je te demande quelque chose ?!
− Ou…
− Fais attention à ce que tu vas dire !
− Non, me ravisai-je en doublant mes larmes.
− Alors je ne vois pas pourquoi moi, je t’écouterais !
Et les claques tombèrent. Les unes après les autres. Sans répit, sans faiblesse. Mon pantalon de pyjama fût baissé et Tom recommença, impitoyable. J’hurlais, me débattais, suppliais… Il n’arrêtait pas. Lorsqu’il attrapa l’élastique de ma culotte, je le retins immédiatement.
− NAN ! NAN, PAPA, JE T’EN SUPPLIE !
Tom était plus sévère que Dana au niveau des corrections mais il était quand même plus facile à amadouer. J’espérais vraiment qu’il s’arrête là.
− Marie, ça suffit ! me gronda-t-il. Lâche immédiatement ta culotte !
− Ne la baisse pas, papa ! Pitié !
− Lâche immédiatement ta culotte sinon tu vas doubler le temps que tu es censée passer sur mes genoux ! Crois-moi, tu vas très vite apprendre ce qu’est l’obéissance !
− J’obéirai ! Je te jure que j’obéirai !
− Lâche. Ta. Culotte. C’est la dernière fois que je te le demande !
− Pitié, papa !
Tom soupira d’agacement.
− Décidément, tu ne me facilites vraiment pas la tâche, Marie !
Ayant plus de force que moi, Tom dégagea ma culotte de ma main et me releva. Il se leva à son tour et me pencha sous son bras avant de recommencer à me claquer les fesses.
Une fessée déculottée, courbée sous le bras de Tom, sous le courroux de sa main… L’enfer. La pire punition du monde.
Après d’interminables minutes, Tom me lâcha. Il m’ordonna de le regarder, j’obéis, les yeux remplis de larmes. Il m’attrapa le menton et dit :
− Sois sûre que je ne cèderai pas, Marie. A chaque fois qu’il te faudra une fessée, tu l’auras, tant que tu désobéiras. Maintenant, tu vas tout de suite te préparer pour aller au lit. Et tu passeras la matinée de demain à copier des lignes. En plus de tes fesses, avoir mal au poignet te mettra certainement du plomb dans la cervelle !
L’envie de protester ne vint même pas. J’avais beaucoup trop mal pour ça !
− File, maintenant !
Je me rendis dans la salle de bains pour me brosser les dents. J’y rencontrai Louise.
− Ça va ? me demanda-t-elle.
Quelle question ! Evidemment que ça ne va pas !

Je retournai dans ma chambre sans dire un mot et m’endormis en me frottant les fesses.
A suivre...

Commentaires

  1. A j'avais pas vu que tu avais ton petit blog. Cool je pourrais suivre tes petites aventures.
    Bisous

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Exprimez-vous !

Posts les plus consultés de ce blog

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 26)

  Mercredi.                   Pas de grasse matinée ce matin : Héloïse nous réveilla à neuf heures pour que nous puissions travailler un peu sur nos cours. J’étais grognon au possible en me réveillant, comme cela m’arrive rarement. En m’asseyant à table au petit déjeuner, je fus agacée par Anaïs, toujours pleine d’énergie et en forme le matin. Je déteste les gens du matin. Ou les gens. Ou le matin.                   Après m’être préparée et habillée pour la journée, je remontai dans ma chambre et me sentis toujours aussi grognon. Je ne savais pas encore pourquoi mais j’avais l’impression que cette journée allait être désagréable au possible. Personne n’avait intérêt à me voler dans les plumes : je m’étais levée du pied gauche !                 J’ouvris mes cahiers et commençai à travailler. Soudain, seulement quelques minutes après avoir commencé mes devoirs, j’entendis : -           Louise ! Anaïs ! Marie ! Descendez immédiatement ! Héloïse avait l’air furieuse. J’obéi

Le tutorat de Little Princess (Séance 10)

  -            Je t’adore Thomas, mais tu me fatigues ! -           C’est toi qui me fatigues ! me répondit-il en me raccompagnant à la porte. Mouais… Il était du bon côté de la main, lui. Pas moi.                   Cela faisait trois semaines que j’avais évité un nouveau rendez-vous. Il y en avait bien un qui avait été planifié pour vendredi dernier mais devant mes efforts, Thomas l’avait annulé. Je m’étais alors sentie pousser des ailes et m’étais complètement relâchée. Mon tuteur avait rectifié le tir en me convoquant ce jeudi 15 avril.                   Je frappai à la porte, Thomas m’ouvrit. -           Bonjour Madame Lucie, comment vas-tu ? -           Ça va bien et toi ? -           Ça va merci. Ça a été la route ? Tout en lui répondant, j’entrai dans le salon et remarquai le canapé flambant neuf de Thomas, remplaçant l’ancien qui commençait à tomber en ruine. Thomas me proposa à boire, j’acceptai et me dirigeai vers le pipi-room comme à chaque fois que j’ar

Nouvelle rentrée, nouvelle vie ! (Chapitre 14)

  Samedi 14 septembre               Dix heures. Comme l’avait annoncé Monsieur le Directeur, Mathilde et moi étions assises dans son bureau à rattraper les cours loupés hier à savoir la littérature, l’histoire et la philosophie. Cependant, j’allais avoir un répit que Mathilde n’aurait pas : mon cours de piano. Monsieur Alexandre n’allait pas tarder à arriver, me sauvant du travail sur lequel je bûchais avec acharnement depuis une heure et demie.   -           Tiens-toi droite Clémence, me reprit Monsieur Alexandre. -           C’est que… -           Que quoi ? -           Je… j’ai hyper mal aux fesses, avouai-je honteuse. -           Ce n’est pas mon problème. Quand on joue du piano, on se tient correctement ! Je fis un effort pour me redresser et commençai à jouer. Mon prof ferma les yeux pour mieux m’écouter, j’en profitai pour relâcher ma position. Sans mouvoir ses paupières closes, Monsieur Alexandre me gronda : -           Je sens que ta douleur aux fesses va s

L'équation féminine (Chapitre 1)

  Jeudi 1 er avril 2021 -           Simon ! Dépêche-toi de mettre tes chaussures, on va être en retard ! -           C’est cro dur, maman ! -           Je ne peux pas t’aider, j’ai ta petite sœur dans les bras… Bon, Noé, tu peux aider ton frère à mettre ses chaussures, s’il te plaît ? -           Non ! -           Comment ça, non ?! -           Non ! -           Noé de Melbourg, tu vas tout de suite aider ton frère à mettre ses chaussures sinon je vais me fâcher ! -           Non ! -           Je vais mettre tes petites sœurs dans la voiture : à mon retour, je veux que tu aies aidé ton frère ! Tu n’as vraiment pas envie que je me fâche, Noé ! Je ne suis pas d’humeur aujourd’hui… Heureusement, je n’eus pas à me fâcher : Noé aida son petit frère, les enfants montèrent dans la voiture, je vérifiai que tout le monde était bien attaché, et je filai en route pour l’école.                                 Ce n’était pas prévu du tout. Alexandre et moi n’avions absolume

Le tutorat de Little Princess (séance 11)

                  Mon cadeau biologique mensuel m’avait encore donné un répit de dix jours. Ouf. Je ne me voyais vraiment pas reprendre une séance à peine quatre jours après la précédente. Mon cadeau tombait à pic !                 Mais hélas, il ne fut pas éternel et je dus retourner chez mon tuteur ce vendredi 30 avril.                   Je toquai deux fois à la porte, personne ne répondit. De nature inquiète, je me fis plusieurs films : « Est-ce qu’il a fait une crise cardiaque ? Non quand même pas, il est jeune et en bonne santé. J’espère qu’il va bien… ». J’envoyai un texto. Ouf, quelques secondes plus tard, Thomas vint m’ouvrir. -           Salut ! -           Salut ! Ouf, j’ai eu peur, j’ai cru qu’il t’était arrivé quelque chose ! -           Non, non, pas du tout. Mais pourquoi tu ne sonnes pas ? -           Je trouve que la sonnerie, ça casse les oreilles, me justifiai-je. -           Ben oui mais une sonnerie sert à être utilisée… J’entrai dans le salon et p

Le tutorat de Little Princess (séance 12)

  Bruce Banner a laissé place à Hulk. Dr Jekyll a laissé place à Mr Hyde. Je disais dans les épisodes précédents que Thomas était un Pokémon qui se « transforme », passant du « pote sympa » au « tuteur intransigeant » lorsque débute l’évocation du bilan. Mais hier, c’était plus que ça. Thomas était un Avenger en colère, prêt à me fracasser. Et ce fut le cas. La pire séance depuis que j’ai commencé la fessée, tous tuteurs confondus. J’ai littéralement pris la fessée du siècle.                   Sur la route, je me dis que Thomas ne va pas être content : depuis une semaine, je ne fais toujours pas mes devoirs ; et j’ai été exclue de cours mardi. Je savais qu’il serait fâché mais je n’imaginais pas à ce point-là.                   Je frappai à la porte, Thomas m’ouvrit. Pas de sourire ni de bonne humeur habituelle. Thomas était glacial. -           Salut, dis-je. -           Salut. Ça va ? -           Bof… trente-cinq minutes de bouchons sur le périph’, j’aurais pu m’e

Le tutorat de Little Princess (séance 8)

                            Mon cadeau biologique mensuel m’a donné quelques jours de répit : au lieu de devoir me rendre vendredi dernier chez Thomas, nous avons attendu aujourd’hui, ma prof de chimie étant absente (youpi !).                 Je sais que Thomas doit me faire payer pour tout le reste du bilan, notamment le catastrophique couvre-feu que je redoute énormément. Il ne doit pas y avoir loin de quarante dates, et puisque Thomas m’a punie en multipliant ces dates par deux… J’essayais de me raisonner en me disant que Thomas ne me donnerait pas quatre-vingts fessées debout, mais la vérité était qu’il en est parfaitement capable.                 J’ai berné Thomas plusieurs fois depuis notre dernière entrevue (quand il va lire ceci, je vais signer mon arrêt de mort…) : je suis censée me coucher à 22h45 du vendredi au lundi, et à 21h45 du mardi au jeudi. J’ai fait en sorte d’ajouter une heure de plus aux mardis, mercredis et jeudis soirs alors que ce n’était absolument pas la r

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 24).

  Je sais que beaucoup d'entre vous attendaient ce chapitre... Certains me le réclamaient même récemment alors qu'il était en cours d'écriture ! Le voici... C'est mon petit cadeau de Noël en avance... Régalez-vous ! Peace. L.P. Lundi.      Ce matin, mes sœurs et moi pûmes nous reposer convenablement puisque nos professeurs étaient tous les deux absents. Nos parents partirent au travail sans nous réveiller, pensant sûrement que nous étions épuisées à la suite des émotions d’hier soir.                 En m’habillant, je pris le temps d’admirer mon popotin dans le miroir : plusieurs bleus s’étaient formés sur ma lune ronde, justifiant la difficulté que j’avais éprouvé à m’asseoir dans mon lit au réveil. Tom ne m’avait pas loupée ; mais alors, vraiment pas ! J’appris par mes sœurs que Dana n’avait guère été plus gentille avec elles : les deux instruments préférés de notre mère, à savoir le martinet et le tapetapis avaient été de sortie ; ils ont paraît-il fait de belles m

Un joli fantôme du passé (Chapitre 14)

 J'ai pris le parti de ne pas écrire les dialogues en anglais pour préserver le confort de lecture :) Peace. L.P. Lundi 25 janvier 2021                                   Six heures, mon réveil sonne. J’ouvre difficilement les yeux : la fatigue est toujours présente malgré la bonne nuit de sommeil que je viens de passer. En plus de mes devoirs au lycée, papa a engagé un professeur particulier d’anglais qui vient deux heures par jour pour m’aider à bien comprendre mes cours et rédiger correctement mes devoirs. Je dois donc travailler deux fois plus que les autres. Puisque Valentin veut le meilleur pour moi, il m’a inscrite dans une Magnet school franco-anglaise ; les Magnet schools ont la réputation d’avoir un niveau très élevé et de préparer la future élite américaine. De plus, je sais que papa dépense une somme d’argent exorbitante pour ma scolarité et je ne veux pas le décevoir ! Mon père me voit déjà intégrer l’université de Stanford l’année prochaine, pour que je puisse

Journal d'une étudiante accueillie (chapitre 20)

Mardi .   Mon réveil sonne. Je déteste le mardi. Cette journée de cours est infâmement intense. Je ne supporte pas la cadence des cours, j’ai l’impression de ne plus savoir où donner de la tête !   Heureusement, la journée se déroula presque sans accroc - Juste une énième altercation entre cette peste de Cassandra et moi, mais tout ça ne donna pas suite à une bagarre, heureusement ! – mais ça, ce fût avant le dernier cours de la journée. Notre saleté de prof de littérature comparée rattrapait le cours de la semaine dernière (elle était en formation ! je me demande bien quelle formation !) et en profitait pour nous rendre nos devoirs maison. Je ne m’étais pas appliquée sur ce devoir, je me souviens très bien que le sujet, Le Décaméron de Boccace, ne me plaisait guère. Cela se ressentait sur la note.   -           1/20, Marie ! Vous auriez évidemment pu mieux faire ! -           Quoi ?! protestai-je. Mais pourquoi 1/20 ?! -           Parce que vous avez écrit correct