Accéder au contenu principal

Nouvelle rentrée, nouvelle vie ! (Chapitre 7)


Samedi 7 septembre.



Aujourd’hui, c’est le week-end donc Vivaldi ne résonne pas dans le pensionnat. Nous avons toutes la chance de pouvoir dormir jusqu’à 10h, sauf quelques-unes, comme moi, qui avons une activité extra-scolaire.

A 10h pile, j’entre dans la salle de Madame Elena pour mon cours de solfège. Je découvre avec grand étonnement que je suis seule dans la salle avec la prof.
– Bonjour Madame, dis-je.
– Bonjour Mademoiselle Clémence.
– Où sont les autres élèves ?
– Vous êtes la seule qui ait un tel niveau en musique de tout le pensionnat. Il y a longtemps que je n’avais pas perçu un tel talent chez une de mes élèves. Puisque je ne voulais pas que vous vous ennuyiez, j’ai créé ce cours particulier spécialement pour vous.
La démarche me toucha beaucoup. Je souris.
– Ne souriez pas trop vite, me dit ma prof. Vous êtes ma meilleure élève et je vais exiger de vous concentration, discipline et perfection. Je souhaite que vous passiez le concours du Grand Conservatoire de Paris à la fin du mois de juin.
– Mais…
– Qu’est-ce qu’il y a ? Vous ne souhaitez pas y aller ?
– Si ! Bien sûr ! C’est un de mes rêves ! Mais je n’ai pas le niveau…
– Vous ne l’avez pas encore. Mais grâce à moi, vous l’aurez. Je crois en vous, Clémence. Voilà pourquoi je serai intransigeante avec vous. Vous aurez du travail. Deux heures de piano chaque jour sans exception, avec moi à vos côtés. Vous aurez un accès constant à la salle de musique pour vous entraîner autant que vous le souhaitez et le pouvez. Et cela sera en plus de votre travail scolaire. Vous prendrez un coup de règle sur la paume de la main à chaque fausse note et une bonne fessée si j’estime que vous n’êtes pas à la hauteur de votre talent. Vous êtes prévenue. Je n’accepterai aucune faiblesse de votre part. Mais à ce moment précis l’année prochaine, vous serez au prestigieux Grand Conservatoire de Paris. Marché conclu ?
Je réfléchis quelques secondes. Après tout, lorsque j’étais petite, Côme me donnait déjà deux ou trois bonnes claques sur les fesses quand je n’étais pas assez concentrée sur mes cours de musique. Je répondis :
– Marché conclu.
Madame Elena me prit dans ses bras.
– M’autorisez-vous à vous tutoyer ? me demanda-t-elle.
J’hochai la tête.
– Bien. Nous allons faire du très beau travail toi et moi, Clémence.
Mon sourire s’étirait jusqu’à mes oreilles.
– Oh, et je dois t’annoncer quelque chose.
– Oui, Madame ? demandai-je.
– Puisqu’il me fallait l’accord de tes tuteurs légaux pour ce cours de musique particulier et intensif, ils arrivent en fin d’après-midi pour signer ce fameux papier qui fera de toi une pianiste renommée.
– Mon frère et ma sœur viennent ici ?! Ce soir ?!
– Oui, Clémence.
Je sautai de joie. Cela ne faisait que 6 jours que je ne les avais pas vus mais ils me manquaient déjà terriblement. Ma vie avait changée du tout au tout et j’avais hâte de leur faire découvrir l’univers dans lequel j’évoluais à présent.
– Bien. Mettons-nous au travail.
Je m’installai au piano, Madame Elena à côté de moi. Elle posa une partition devant mes yeux.
– Connais-tu ce morceau, Clémence ?
– C’est le Requiem de Mozart. Je l’ai déjà joué à la flûte traversière mais jamais au piano.
– Eh bien tu vas me le jouer sur ce piano, parfaitement, tout de suite. Gare à tes mains et à tes fesses si c’est mauvais.
Je pris une grande respiration et commençai à lire la musique.
– Commence à jouer ! m’ordonna Elena.
– Je m’approprie la partition.
– Tu dois savoir jouer n’importe quelle partition immédiatement ! Joue !
Sous le coup du stress, la première note fût mauvaise. Le premier coup de règle tomba sur ma paume gauche.
– Aïe ! me plaignis-je.
– Reprends !
Je me rappelai alors comment j’avais joué ce morceau à la flûte traversière et cela m’apporta un peu de sérénité. Je finis de jouer le morceau sans aucune fausse note. Ouf. Soulagée, je lançai un regard satisfait à ma professeure.
– C’est ce que tu appelles avoir bien joué ?! me gronda-t-elle.
– Euh…oui…
– Non, Clémence ! Ce n’est ce que tu dois appeler avoir bien joué ! On dirait que ta main gauche est en vacances et tu n’as pas une seule fois utilisé la pédale au bon moment ! Tes bémols étaient complètement ratés et le rythme n’y était pas ! Il me suffirait de te mettre un métronome pour te prouver que j’ai raison !
Avec son accent russe, Madame Elena roulait ses « r » en me grondant, ce qui me fit sourire.
– Cela te fait rire ?!
– Non, Madame.
– Pourtant, j’en ai bien l’impression !
Madame Elena se leva du banc et m’attrapa par l’oreille pour m’obliger à me lever. Elle m’emmena un peu plus loin du piano et me pencha sous son bras.
– Non Madame ! priai-je. Pas la fessée !
N’ayant que faire de ma supplication, elle releva ma jupe, baissa ma culotte, et ce fut parti pour une farandole de claques toutes aussi douloureuses les unes que les autres. Lorsqu’elle eut fini, elle posa la règle avec laquelle elle avait frappé ma main par terre devant le piano et me demanda de m’agenouiller dessus, les fesses à l’air. Je m’exécutai, non sans peine ni larmes.
– Je vais te jouer ce morceau de la façon dont il doit être joué. Ouvre grand tes oreilles, Clémence, car à la fin de celui-ci, tu reviendras le jouer. Tu seras de nouveau bonne pour une fessée si tu me fais une aussi piètre prestation que la première. Et ce, jusqu’à ce que tu saches le jouer parfaitement !

Après quatre fessées et agenouillements sur la règle, je jouai une cinquième fois ce morceau. Je commençai à détester ce Requiem de Mozart. Je m’attendais à me faire attraper l’oreille pour une autre fessée lorsque Madame Elena me dit :
– Bravo, Clémence. C’était très bien. Je suis fière de toi.
Je fus on ne peut plus soulagée. Elle m’embrassa sur mon front plein de sueur et y laissa la marque de son rouge à lèvres.
– A demain. 17h.
Je me levai du banc à piano et sortis de la salle en me frottant les fesses. Madame Elena ne plaisantait vraiment pas mais la perspective d’entrer au Grand Conservatoire valait bien toutes les fessées que j’avais prises et que j’allais prendre. Il me fallait maintenant me réjouir : j’allais bientôt voir mon frère et ma sœur ! Je me rendis aux toilettes et me lavai les mains dans l’intention de rejoindre les autres pour le déjeuner au réfectoire, lorsque je me fis coincer dans le couloir attenant aux toilettes. Valentine, Capucine, Salomé et Léa venaient de m’encercler.

– Tu sais que ce n’est pas beau de balancer, Clémence ?! me lança Valentine.
– Pas beau du tout, continua Salomé.
– On a pris une sacrée raclée par le directeur, il va falloir qu’on te la rende ! dit Léa.
– Au secours ! criai-je.
Valentine me plaqua contre le mur et mit sa main sur ma bouche pour m’éviter de crier. Je la mordis.
– Aïe ! Espèce de garce ! s’écria-t-elle.
– Au secours !! hurlai-je à pleins poumons. Aidez-moi !
Je reçus le premier coup de poing dans le ventre de la part de Capucine. Je me mis à pleurer, me disant que c’était la fin. Un autre coup de poing arriva par Léa en plein dans mon œil, et une gifle de Salomé me coupa la lèvre.
– On jubile moins, là, hein, l’orpheline ?!
– A quatre contre une, vous n’êtes qu’une bande de lâches !
Cette réflexion me valut une béquille. Je me retrouvai à terre à prendre des coups de pieds dans le ventre. J’essayais de me protéger le plus possible mais elles étaient effectivement à quatre contre moi. Je me dis que je ne reverrai jamais Côme et Célestine, que je ne connaîtrais jamais mes neveux à naître mais que j’allais enfin revoir mes parents et pouvoir passer du temps avec eux. Je me voyais vraiment mourir.
Alors qu’elles continuaient de me frapper, j’entendis une voix familière :
– Mais qu’est-ce que vous faîtes ici ?!
C’était la voix de Monsieur Matthieu. J’étais sauvée. Je pouvais enfin me laisser aller à fermer les yeux.

Lorsque je les ouvris pour la deuxième fois de la journée, j’étais allongée sur un lit à l’infirmerie. Monsieur Matthieu et Monsieur Hugues étaient à mes côtés.
– Clémence ! s’exclama Matthieu quand il s’aperçut que j’avais repris conscience. Comment allez-vous ? Comment vous sentez-vous ?
– Ça va, ça va, dis-je même si j’avais des douleurs partout. Mon frère et ma sœur sont arrivés ?
– Non mais ils ne devraient pas tarder, me répondit Monsieur Hugues.
Soudain, le talkie-walkie de Monsieur Hugues l’appela en renfort pour une bagarre dans le dortoir n°5. Il s’en alla et je me retrouvai seule avec Monsieur Matthieu.
– Je suis terriblement désolé que vous soyez dans cet état, Clémence. Nous aurions dû être beaucoup plus vigilants.
– Je suis contente de vous trouver à mon chevet.
Il y eut plusieurs secondes avant que je ne dise :
– Même si l’un des miens doit être sacrément amoché, aviez-vous remarqué que nous avions les mêmes yeux ?
Soudain, Monsieur Matthieu se pencha sur moi et m’embrassa. Je ne le rejetai pas, au contraire. Je crois que j’attendais ce baiser depuis la première fois que nous nous étions rencontrés.
– Pardon ! s’écria-t-il en décollant ses lèvres des miennes.
– Pardon pour quoi ? demandai-je.
– Vous êtes une élève et je suis un membre de la direction. Ce qui vient d’arriver est une erreur. Une très, très grosse erreur.
– Pourquoi ? demandai-je. Je suis majeure.
– Certes, mais nous avons un protocole strict dans cet établissement et je…
– Matthieu…
– Monsieur Matthieu ! me reprit-il. N’oubliez pas que je peux encore vous coller une fessée !
– Dans l’état dans lequel je dois être, pensez-vous vraiment que cela serait utile ?
– Certes…
– Pouvez-vous me décrire mon visage avant que je ne meurs de choc devant un miroir ?
– Vous avez un beau cocard, dit Monsieur Matthieu. La lèvre écorchée et un bleu sur la pommette gauche.
– C’est tout ?
– C’est tout. Mais le médecin vous examinera de la tête aux pieds ce soir.
– Dommage que vous ne soyez pas médecin…
– Clémence !
– Quoi ?
– Ça suffit ! Ce qu’il vient de se passer est une erreur et vous n’en parlerez à personne ! Promettez-le moi.
– Je vous le promets.
– Bien. Pouvez-vous marcher ?
– Je crois que oui.
– Alors Monsieur le Directeur vous attend dans son bureau.

Encore groggy de mon agression puis du baiser du Surveillant Général, je me rendis en boitant jusque dans le bureau de Monsieur Éric. Lorsque la porte s’ouvrit, Célestine et Côme étaient là, debout, à hurler sur le Directeur. Ma sœur avait l’index pointé sur Monsieur Eric et criait :
– J’exige que justice soit rendue et que ces quatre petites garces soient renvoyées ! Vous m’entendez ?!
– Madame, le règlement de notre établissement ne nous permet pas de renvoyer une élève et…
– Non mais vous entendez ce que vous dîtes ?! Ma sœur a été battue à en perdre connaissance et vous me dîtes que vous n’allez rien faire contre celles qui l’ont mise dans cet état ?!
– Je n’ai pas dit cela, Madame, dit calmement Monsieur Éric. Croyez-moi, nous allons prendre des dispositions exceptionnelles et ces quatre perturbatrices vont vivre un enfer jusqu’à leur dernière minute dans cet établissement.
– Et notre sœur ?! gronda Côme. Qui va la protéger, hein ?! Vous pouvez me le dire ?! Vous pouvez m’assurer qu’elle ne se fera plus agresser ?! Que ce genre de choses ne se reproduira plus ?!
– Ce que je peux vous assurer, c’est qu’à partir de ce soir, Clémence prendra l’intégralité de ses affaires et viendra vivre dans mes appartements. J’ai une chambre vacante où elle s’installera. Elle sera ainsi beaucoup plus protégée.
– Je veux rester avec Mathilde ! clamai-je, dévoilant ma présence.
– Oh ma petite puce ! s’exclama ma sœur en fonçant sur moi.
Célestine me serra tellement fort qu’elle m’en fit mal. Côme également.
– Ma chérie, je te promets que ça n’arrivera plus ! me dit ma sœur en me prenant le visage dans les mains. Dès que nous sortirons d’ici, Côme et moi allons porter plainte contre ces quatre petites pestes ! Elles ne s’en sortiront pas comme ça, je te le garantis !
– On ne t’aurait jamais inscrite ici si on avait su qu’il t’arriverait de telles choses, poursuivit mon frère.
– Monsieur Vicœur, Madame Vicœur, je vous promets que Clémence bénéficiera de la plus grande protection dans mes appartements.
– Je veux rester avec Mathilde ! insistai-je.
– Qui est Mathilde ? me demanda ma sœur.
– Ma camarade de chambre, expliquai-je. Et elle est aussi ma meilleure amie. Je ne veux pas que l’on soit séparées.
– Ça tombe bien, ma chambre vacante comporte deux lits simples, annonça Monsieur Eric. Tu peux emmener Mathilde avec toi si tu le désires.
J’essayai de faire le plus grand sourire possible mais ma pommette me fit mal.
– Et pour ce qui est de Léa, Valentine, Salomé et Capucine, je peux te promettre que chaque jour de leur vie ici sera un véritable enfer. Vraiment.
Le Directeur faisait froid dans le dos en disant cela. Je n’aimerais vraiment pas être à la place de ces quatre pestes, même si elles l’avaient amplement mérité !

Monsieur Matthieu disposa et ma fratrie et moi restâmes dans le bureau du Directeur pour que Côme et Célestine signent l’autorisation pour la musique. Madame Elena étant absente, elle avait tenu à leur écrire une lettre faisant l’éloge de mon talent.
– Waouh. Le Grand Conservatoire, dit Côme. Ce serait vraiment merveilleux, Clem !
J’hochai la tête en souriant. Mon frère et ma sœur signèrent l’autorisation puis mon frère s’adressa au Directeur :
– Ma sœur et moi avons réservé un hôtel non loin d’ici. Avec ce qu’il s’est passé aujourd’hui, la moindre des choses serait que nous puissions prendre Clémence avec nous pour la nuit.
– Je n’y vois pas d’inconvénients, si ce n’est qu’elle devra être rentrée pour midi demain.
– Entendu.
– Par contre, un médecin devait venir l’examiner dans la soirée… dit le Directeur.
– Je suis cardiologue, annonça Côme. Je vais m’en charger. Merci.
Je passai dans ma chambre prendre quelques affaires pour la nuit, l’occasion de présenter Mathilde à mon frère et ma sœur, mais aussi Lou et Naomy.

Mon sac fait, ma fratrie m’emmena dans un pub pour boire un verre et je leur priai de me raconter tout ce qu’il s’était passé dans leur vie depuis six jours. Au restaurant, ce fût mon tour de leur raconter ma vie mais aussi mes bêtises et notamment l’escapade en pleine nuit avec mon acolyte Mathilde. Ils ne dirent rien, même si je savais qu’ils n’en pensaient pas moins.
La soirée passée avec ma fratrie me réchauffa le cœur et après l’examen minutieux de Côme, je m’endormis dans mon lit, dans mon hôtel quatre étoiles, après avoir avalé mes antidouleurs.


A suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 26)

  Mercredi.                   Pas de grasse matinée ce matin : Héloïse nous réveilla à neuf heures pour que nous puissions travailler un peu sur nos cours. J’étais grognon au possible en me réveillant, comme cela m’arrive rarement. En m’asseyant à table au petit déjeuner, je fus agacée par Anaïs, toujours pleine d’énergie et en forme le matin. Je déteste les gens du matin. Ou les gens. Ou le matin.                   Après m’être préparée et habillée pour la journée, je remontai dans ma chambre et me sentis toujours aussi grognon. Je ne savais pas encore pourquoi mais j’avais l’impression que cette journée allait être désagréable au possible. Personne n’avait intérêt à me voler dans les plumes : je m’étais levée du pied gauche !                 J’ouvris mes cahiers et commençai à travailler. Soudain, seulement quelques minutes après avoir commencé mes devoirs, j’entendis : -           Louise ! Anaïs ! Marie ! Descendez immédiatement ! Héloïse avait l’air furieuse. J’obéi

Le tutorat de Little Princess (Séance 10)

  -            Je t’adore Thomas, mais tu me fatigues ! -           C’est toi qui me fatigues ! me répondit-il en me raccompagnant à la porte. Mouais… Il était du bon côté de la main, lui. Pas moi.                   Cela faisait trois semaines que j’avais évité un nouveau rendez-vous. Il y en avait bien un qui avait été planifié pour vendredi dernier mais devant mes efforts, Thomas l’avait annulé. Je m’étais alors sentie pousser des ailes et m’étais complètement relâchée. Mon tuteur avait rectifié le tir en me convoquant ce jeudi 15 avril.                   Je frappai à la porte, Thomas m’ouvrit. -           Bonjour Madame Lucie, comment vas-tu ? -           Ça va bien et toi ? -           Ça va merci. Ça a été la route ? Tout en lui répondant, j’entrai dans le salon et remarquai le canapé flambant neuf de Thomas, remplaçant l’ancien qui commençait à tomber en ruine. Thomas me proposa à boire, j’acceptai et me dirigeai vers le pipi-room comme à chaque fois que j’ar

Nouvelle rentrée, nouvelle vie ! (Chapitre 14)

  Samedi 14 septembre               Dix heures. Comme l’avait annoncé Monsieur le Directeur, Mathilde et moi étions assises dans son bureau à rattraper les cours loupés hier à savoir la littérature, l’histoire et la philosophie. Cependant, j’allais avoir un répit que Mathilde n’aurait pas : mon cours de piano. Monsieur Alexandre n’allait pas tarder à arriver, me sauvant du travail sur lequel je bûchais avec acharnement depuis une heure et demie.   -           Tiens-toi droite Clémence, me reprit Monsieur Alexandre. -           C’est que… -           Que quoi ? -           Je… j’ai hyper mal aux fesses, avouai-je honteuse. -           Ce n’est pas mon problème. Quand on joue du piano, on se tient correctement ! Je fis un effort pour me redresser et commençai à jouer. Mon prof ferma les yeux pour mieux m’écouter, j’en profitai pour relâcher ma position. Sans mouvoir ses paupières closes, Monsieur Alexandre me gronda : -           Je sens que ta douleur aux fesses va s

L'équation féminine (Chapitre 1)

  Jeudi 1 er avril 2021 -           Simon ! Dépêche-toi de mettre tes chaussures, on va être en retard ! -           C’est cro dur, maman ! -           Je ne peux pas t’aider, j’ai ta petite sœur dans les bras… Bon, Noé, tu peux aider ton frère à mettre ses chaussures, s’il te plaît ? -           Non ! -           Comment ça, non ?! -           Non ! -           Noé de Melbourg, tu vas tout de suite aider ton frère à mettre ses chaussures sinon je vais me fâcher ! -           Non ! -           Je vais mettre tes petites sœurs dans la voiture : à mon retour, je veux que tu aies aidé ton frère ! Tu n’as vraiment pas envie que je me fâche, Noé ! Je ne suis pas d’humeur aujourd’hui… Heureusement, je n’eus pas à me fâcher : Noé aida son petit frère, les enfants montèrent dans la voiture, je vérifiai que tout le monde était bien attaché, et je filai en route pour l’école.                                 Ce n’était pas prévu du tout. Alexandre et moi n’avions absolume

Le tutorat de Little Princess (séance 11)

                  Mon cadeau biologique mensuel m’avait encore donné un répit de dix jours. Ouf. Je ne me voyais vraiment pas reprendre une séance à peine quatre jours après la précédente. Mon cadeau tombait à pic !                 Mais hélas, il ne fut pas éternel et je dus retourner chez mon tuteur ce vendredi 30 avril.                   Je toquai deux fois à la porte, personne ne répondit. De nature inquiète, je me fis plusieurs films : « Est-ce qu’il a fait une crise cardiaque ? Non quand même pas, il est jeune et en bonne santé. J’espère qu’il va bien… ». J’envoyai un texto. Ouf, quelques secondes plus tard, Thomas vint m’ouvrir. -           Salut ! -           Salut ! Ouf, j’ai eu peur, j’ai cru qu’il t’était arrivé quelque chose ! -           Non, non, pas du tout. Mais pourquoi tu ne sonnes pas ? -           Je trouve que la sonnerie, ça casse les oreilles, me justifiai-je. -           Ben oui mais une sonnerie sert à être utilisée… J’entrai dans le salon et p

Le tutorat de Little Princess (séance 12)

  Bruce Banner a laissé place à Hulk. Dr Jekyll a laissé place à Mr Hyde. Je disais dans les épisodes précédents que Thomas était un Pokémon qui se « transforme », passant du « pote sympa » au « tuteur intransigeant » lorsque débute l’évocation du bilan. Mais hier, c’était plus que ça. Thomas était un Avenger en colère, prêt à me fracasser. Et ce fut le cas. La pire séance depuis que j’ai commencé la fessée, tous tuteurs confondus. J’ai littéralement pris la fessée du siècle.                   Sur la route, je me dis que Thomas ne va pas être content : depuis une semaine, je ne fais toujours pas mes devoirs ; et j’ai été exclue de cours mardi. Je savais qu’il serait fâché mais je n’imaginais pas à ce point-là.                   Je frappai à la porte, Thomas m’ouvrit. Pas de sourire ni de bonne humeur habituelle. Thomas était glacial. -           Salut, dis-je. -           Salut. Ça va ? -           Bof… trente-cinq minutes de bouchons sur le périph’, j’aurais pu m’e

Le tutorat de Little Princess (séance 8)

                            Mon cadeau biologique mensuel m’a donné quelques jours de répit : au lieu de devoir me rendre vendredi dernier chez Thomas, nous avons attendu aujourd’hui, ma prof de chimie étant absente (youpi !).                 Je sais que Thomas doit me faire payer pour tout le reste du bilan, notamment le catastrophique couvre-feu que je redoute énormément. Il ne doit pas y avoir loin de quarante dates, et puisque Thomas m’a punie en multipliant ces dates par deux… J’essayais de me raisonner en me disant que Thomas ne me donnerait pas quatre-vingts fessées debout, mais la vérité était qu’il en est parfaitement capable.                 J’ai berné Thomas plusieurs fois depuis notre dernière entrevue (quand il va lire ceci, je vais signer mon arrêt de mort…) : je suis censée me coucher à 22h45 du vendredi au lundi, et à 21h45 du mardi au jeudi. J’ai fait en sorte d’ajouter une heure de plus aux mardis, mercredis et jeudis soirs alors que ce n’était absolument pas la r

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 24).

  Je sais que beaucoup d'entre vous attendaient ce chapitre... Certains me le réclamaient même récemment alors qu'il était en cours d'écriture ! Le voici... C'est mon petit cadeau de Noël en avance... Régalez-vous ! Peace. L.P. Lundi.      Ce matin, mes sœurs et moi pûmes nous reposer convenablement puisque nos professeurs étaient tous les deux absents. Nos parents partirent au travail sans nous réveiller, pensant sûrement que nous étions épuisées à la suite des émotions d’hier soir.                 En m’habillant, je pris le temps d’admirer mon popotin dans le miroir : plusieurs bleus s’étaient formés sur ma lune ronde, justifiant la difficulté que j’avais éprouvé à m’asseoir dans mon lit au réveil. Tom ne m’avait pas loupée ; mais alors, vraiment pas ! J’appris par mes sœurs que Dana n’avait guère été plus gentille avec elles : les deux instruments préférés de notre mère, à savoir le martinet et le tapetapis avaient été de sortie ; ils ont paraît-il fait de belles m

Un joli fantôme du passé (Chapitre 14)

 J'ai pris le parti de ne pas écrire les dialogues en anglais pour préserver le confort de lecture :) Peace. L.P. Lundi 25 janvier 2021                                   Six heures, mon réveil sonne. J’ouvre difficilement les yeux : la fatigue est toujours présente malgré la bonne nuit de sommeil que je viens de passer. En plus de mes devoirs au lycée, papa a engagé un professeur particulier d’anglais qui vient deux heures par jour pour m’aider à bien comprendre mes cours et rédiger correctement mes devoirs. Je dois donc travailler deux fois plus que les autres. Puisque Valentin veut le meilleur pour moi, il m’a inscrite dans une Magnet school franco-anglaise ; les Magnet schools ont la réputation d’avoir un niveau très élevé et de préparer la future élite américaine. De plus, je sais que papa dépense une somme d’argent exorbitante pour ma scolarité et je ne veux pas le décevoir ! Mon père me voit déjà intégrer l’université de Stanford l’année prochaine, pour que je puisse

Journal d'une étudiante accueillie (chapitre 20)

Mardi .   Mon réveil sonne. Je déteste le mardi. Cette journée de cours est infâmement intense. Je ne supporte pas la cadence des cours, j’ai l’impression de ne plus savoir où donner de la tête !   Heureusement, la journée se déroula presque sans accroc - Juste une énième altercation entre cette peste de Cassandra et moi, mais tout ça ne donna pas suite à une bagarre, heureusement ! – mais ça, ce fût avant le dernier cours de la journée. Notre saleté de prof de littérature comparée rattrapait le cours de la semaine dernière (elle était en formation ! je me demande bien quelle formation !) et en profitait pour nous rendre nos devoirs maison. Je ne m’étais pas appliquée sur ce devoir, je me souviens très bien que le sujet, Le Décaméron de Boccace, ne me plaisait guère. Cela se ressentait sur la note.   -           1/20, Marie ! Vous auriez évidemment pu mieux faire ! -           Quoi ?! protestai-je. Mais pourquoi 1/20 ?! -           Parce que vous avez écrit correct