Accéder au contenu principal

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 27 - 2ème partie)

 


-          TU NE VAS PLUS POUVOIR T’ASSEOIR PENDANT UNE DECENNIE, MA FILLE ! JE TE LE GARANTIS ! COMMENT AS-TU OSE NOUS INVENTER UN TEL BOBARD ?! COMMENT ?!

-          Ben…Je…

-          TU TE TAIS !!!

Dana fonça sur moi, m’attrapa par le bras et me sortit du canapé. Là, elle me pencha sous son bras et me colla une dizaine de claques très appuyées sur le jeans.

-          BAISSE-MOI ÇA !! BAISSE-MOI CE MAUDIT PANTALON, QUE JE M’OCCUPE CORRECTEMENT DE TES FESSES !! TU VAS AMEREMENT REGRETTER DE NOUS AVOIR FAIT UN COUP COMME ÇA, JE PEUX TE LE DIRE ! BAISSE-MOI CE PANTALON, J’AI DIT !!!

-          Maman, s’il te plaît… priai-je.

-          OBEIS !!!

Dana avait l’air sur le point de se transformer en dragon cracheur de feu. J’obéis donc à contrecœur.

A peine mon pantalon était-il déboutonné que Dana tira dessus pour le faire descendre d’un coup sec. Elle fit également descendre ma culotte et s’appliqua à me fesser à coups d’énormes claques. Après avoir reçu la quatrième, je mis ma main par réflexe.

-          ENLEVE TOUT DE SUITE CETTE MAIN !

Je l’enlevai, mais la remis trois claques plus tard, ne supportant plus la douleur.

-          Tom ! Va me chercher la petite corde !

Mon père s’exécuta. Je suppliai ma mère qui continuait de me fesser, visant les intervalles non couverts par mes mains protectrices.

                Tom revint avec une petite corde et aida Dana à m’attacher les poignets entre eux. Je les priai avec tout ce que je pouvais mais rien à faire : j’avais fait la bêtise du siècle, j’allais m’en rappeler toute ma vie.

                Mes mains attachées et mes pieds entravés par mon jeans et ma culotte, Dana s’assit dans le fauteuil et me bascula sur ses genoux. Son horrible main tomba sans pitié sur mes fesses avec une intensité qu’aucune de nous quatre ne connaissions de notre mère. Mes larmes coulèrent vite et je ne cessais de prier ma mère d’arrêter, ce qui n’avait aucun effet sur elle. Mes sœurs regardaient la scène, bouches bées. Mon père, lui, était retourné en cuisine, considérant que je méritais amplement ce qui m’arrivait.

                Après plusieurs minutes de cette fessée à la main carabinée, Dana ouvrit de nouveau la bouche :

-          Jeanne ! Ouvre le premier tiroir à gauche du buffet. Donne-moi la brosse qui est dedans !

-          Mais maman, je ne peux pas faire ça !

-          Bien sûr que si tu peux ! Et tu seras la prochaine si tu ne te dépêches pas ! Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, ce n’est vraiment pas le moment de me contrarier !

-          Nan ! pleurai-je. Nan, maman ! Je t’en prie, je t’en supplie, pas la brosse ! Je ferai tout ce que tu voudras, pitié…

-          Tu nous voles, tu nous mens, et tu voudrais que j’aie pitié ?! répondit Dana en s’emparant de la brosse que Jeanne lui avait tendue. Non seulement je suis en colère, mais je suis déçue de toi, Marie ! Crois-moi, je n’ai absolument aucune pitié à t’accorder !

Et la brosse commença son œuvre sur mes pauvres fesses sûrement déjà écarlates. Ma mère tapait fort, très fort. Je gigotais tellement que je réussis à me libérer de l’entrave de mes vêtements, laissant mes pieds libres d’être agités.

-          Aïe ! Aïe ! Maman, pitié !

-          Eh oui, Marie ! Ça fait mal ! Ça fait mal de voler ses parents ! Ça fait mal de leur mentir ! Ça fait mal de les décevoir !

Je pleurais à n’en plus pouvoir, les mains toujours attachées. La douleur que je ressentais aux fesses était transperçante. Cette fessée faisait partie des pires jamais reçues, sans aucun doute !

 

                Plusieurs minutes plus tard, ma mère me lâcha enfin. Elle me donna un mouchoir pour essuyer mon visage, puis Tom annonça que nous passions à table. Je m’assis, les fesses nues et meurtries, sur ma chaise froide.

-          Est-il possible que l’on me détache les mains, s’il vous plaît ? demandai-je d’une petite voix. Ce n’est pas pratique pour manger.

Dana m’enleva la corde qui maintenait mes poignets. Tom me prévint cependant :

-          C’est juste le temps du repas. Ensuite, on te les attachera à nouveau.

-          Mais, maman vient juste de me punir…

-          Oui, ta mère t’a punie, dit Tom. Mais pas moi. Donc une fois que tu auras fini de manger, on t’attachera de nouveau les mains. Tu iras au coin le temps de digérer, ensuite on passera aux choses sérieuses.

-          Mais…

-          Mais quoi ? me coupa mon père. Tu crois vraiment qu’après nous avoir volés et mentis, tu t’en sortirais juste avec une bonne fessée main-brosse ?! Non, Marie, certainement pas. On t’a prévenue que ce serait mémorable et nous tenons nos promesses.

Je ne pus retenir les nouvelles larmes qui coulèrent.

 

                Effectivement, le repas terminé, je fus envoyée au coin durant une bonne demi-heure, le temps de ma digestion. Puis, Tom vint me chercher en m’attrapant par les cheveux et me conduisit jusque dans ma chambre. Il avait deux grandes cordes en main, ce qui ne m’augura rien de bon.

 

                Tom m’ordonna de m’allonger à plat ventre sur mon lit. J’obéis en pleurant. Papa m’attacha les mains aux barreaux de ma tête de lit, puis attacha mes pieds aux barreaux de mon pied de lit. Mon père avait pris soin de glisser un gros oreiller sous mes hanches pour surélever mes fesses. J’étais totalement exposée et vulnérable, et persuadée que j’allai recevoir la fessée de ma vie.

               

Tom commença par s’asseoir sur mon lit : il entoura ma hanche de son bras gauche et me dit :

-          On va parler, toi et moi. A chaque fois que je sentirai que tu me mens, tu prendras des claques. Même chose si ta réponse ne me convient pas. La suite de ta punition ne va dépendre que de toi ! Est-ce que tu as compris ?

-          Oui papa, dis-je tremblante.

-          Bien. Qui était le prof qui a écrit un rapport ?

-          Pascal Montaire.

-          Pourquoi ?

-          Parce qu’il dit que j’ai été insolente.

-          Ce ne fut pas le cas ?

-          Non.

Vingt bonnes claques tombèrent sur mes pauvres fesses.

-          Je te repose la question, fais bien attention à ce que tu vas dire, Marie ! As-tu été insolente avec Pascal Montaire ?

-          Oui.

-          Donc ce rapport était mérité.

-          Oui.

-          Pourquoi as-tu voulu l’effacer ?

-          Parce que maman et toi m’auriez punie…

-          Tu voulais éviter de prendre une volée, ça peut se comprendre. Mais crois-tu que tu es dans une meilleure situation, là ?

-          Non papa… Je suis désolée…

-          Tu peux. Où as-tu trouvé cet étudiant de BTS info ?

-          C’était un pote de Rémi.

-          Tes sœurs étaient-elles au courant de ce que tu projetais de faire ?

-          Non, je ne leur ai parlé de rien, j’ai agi toute seule, je te le jure papa !

Il était hors de question que mes sœurs soient punies ne serait-ce qu’une fois de plus à cause de moi.

-          Et cet étudiant a donc accepté moyennant 50€, c’est bien ça ?

-          Oui.

-          Et tu as accepté sans rien dire.

-          Je préférais payer 50€ plutôt que de recevoir une fessée…

-          Et voilà dans quelle situation tu es, maintenant ! ça t’a grandement avancée ! Si tu avais réfléchi ne serait-ce qu’un minimum, tu aurais présenté tes excuses à Monsieur Montaire et tout serait rentré dans l’ordre !

-          Sûrement pas !

Vingt nouvelles et bonnes claques tombèrent. Mes fesses me brûlaient nouveau.

-          C’était la meilleure chose à faire, Marie ! Sur ce coup-là, tu as vraiment été une tête de linotte !

-          Je suis désolée papa…

-          J’espère bien, oui ! Puisque tu m’as volé cinquante euros, tu vas recevoir cinquante coups. Je te laisse choisir entre le martinet, le paddle et la canne.

-          Nan ! Papa, je t’en supplie !

-          Dépêche-toi de choisir sinon je choisis pour toi !

-          Le…le martinet. Mais papa, pitié, je ne le referai plus jamais…

-          C’est bien mon intention !

Les cinquante coups de martinet qui tombèrent sur mes fesses m’arrachèrent des cris de douleurs et d’innombrables larmes. Cet instrument striait mes fesses avec une telle ardeur que c'en était déconcertant. J'avais l'impression d'avoir le derrière en sang ! Pourtant, c'était bien loin d'être le cas : mes parents n'iraient jamais jusque là.

Lorsqu’il eut fini, Tom lâcha le martinet et m’expliqua :

-          Ça, c’était pour le vol. Tu te souviens de la punition en vigueur pour le mensonge ?

-          Oh papa, je t’en supplie…

-          Tu t’en souviens ou pas ?

-          Oui…

-          Qu’est-ce que c’est ?

-          Trente minutes sur tes genoux…

-          Exactement, dit Tom en me détachant.

-          Papa, je t’en supplie, je ne le referai plus…

-          C’est ce que tu dis à chaque fois, ma fille. Mais à priori, c’est encore un mensonge ! Peut-être devrais-je rajouter une autre fessée ?

-           Non !! Pitié !

-           C'est bien ce que je pensais !

Tom me bascula en travers de ses genoux et je reçus trente minutes entières et complètes de claques corsées sur mes fesses meurtries. Jamais je n’avais eu aussi mal aux fesses de toute ma vie ; du moins, c’est la sensation que j’avais !

-          Tu as exactement quinze minutes pour prendre ta douche, te brosser les dents et te mettre au lit. Si tu n’es pas couchée une fois ce délai passé, tu reprendras une demi-heure sur mes genoux. Tu as compris ?

-          Oui papa.

-          Bien. File !

 

Quinze minutes plus tard, j’étais couchée. Tom et Dana passèrent ensemble vérifier que j’étais bien dans mon lit. Ils s’assirent sur chaque côté de mon lit et me regardèrent en silence. Tom dit ensuite :

-          Tu sais Marie, nous sommes extrêmement déçus par ton comportement. Tu as véritablement perdu toute notre confiance et tu vas devoir ramer pour la récupérer !

-          Je me doute…

-          Qu’est-ce qui t’a pris de dire que tes parents avaient des difficultés ? demanda Dana.

-          C’est le cas ! C’est juste que du coup, je leur ai filé un peu de mon argent de poche le week-end dernier… Ce n’est pas un mensonge, ils ont vraiment des difficultés ! C’est juste que… les 50€ n’étaient pas pour eux…

-          Tu as joué avec nos sentiments et c’est en cela que nous sommes déçus, dit maman.

-          Nous voulons que tu te rappelles de cette bêtise et que tu ne recommences pas, continua Tom.

-          Je ne recommencerai pas, promis ! répliquai-je.

-          Pour nous en assurer, tu es punie pour les deux prochaines semaines, annonça Tom. Chaque jour durant les deux semaines qui arrivent, tu iras quinze minutes au coin le matin. La journée, tu iras en cours, puis en rentrant, tu feras vingt lignes : « Je ne dois pas voler de l’argent à mes parents, ni leur mentir. C’est une bêtise très grave et c’est pour cela que je suis punie. ». Ton couvre-feu sera à vingt heures trente, et pour être sûrs que tu ne recommences pas, tu recevras une fessée tous les soirs avant le coucher. Ce sera sur les genoux de ta mère ou les miens, cela dépendra de qui est présent. Ça peut également être sur les genoux d’Héloïse si ta mère et moi ne sommes pas rentrés du travail.

-          Oh non, s’il vous plaît ! priai-je, les larmes aux yeux. Je vous jure que j’ai compris !

-          Ce n’est pas fini, poursuivit Dana. Pendant ces deux semaines, tu es également privée de sortie et d’écrans. C’est compris ?

-          S’il vous plaît, ne faîtes pas ça…

-          Est-ce que c’est compris ? insista Dana.

-          Oui maman, répondis-je, blasée.

-          Cela ne te dispense absolument pas des éventuelles fessées qui tomberont si tu ne te tiens pas à carreaux ! prévint Tom. Nous serons intraitables avec toi, Marie, sois-en sûre !

Je baissai les yeux.

-          Aller, il est temps pour toi de dormir, annonça Dana. Nous t’aimons fort, Marie. Vraiment. Cela nous brise le cœur de te punir mais nous n’avons pas le choix si nous voulons que tu arrêtes tes bêtises !

-          Aller, dors bien Manou. On t’aime.

-          Moi aussi mais pas aujourd’hui ni pour les deux prochaines semaines, répondis-je grognon.

Mes parents sourirent puis m’embrassèrent sur le front chacun leur tour. Ils sortirent de ma chambre après avoir éteint la lumière. Je m’allongeai sur le ventre, ayant impossibilité de laisser mes fesses toucher mon matelas plus longtemps.

                Le coin, les lignes et la fessée tous les jours pendant deux semaines. Plus de sorties, plus d’écrans, plus de soirées pendant cette même période. Eh ben ! Il allait m'en falloir du courage pour affronter les quatorze prochains jours !

 

A suivre…

Commentaires

  1. Coucou, et bien ça a bien bardé pour marie, quelle idée aussi de voler et de mentir.
    J'espère qu'elle va être sage pendant les deux prochaines semaines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, je l'espère également pour elle ! Seul l'avenir nous le dira... L.P.

      Supprimer
    2. Bonjour, je m'appelle Yves. Marie est une tête de mule et malheureusement pour elle, elle le paie cher. Espérons juste qu'elle aie enfin compris la leçon. Très très bien écrit, mille fois merci, je me régale. Et c'est valable pour tous vos autres récits.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Exprimez-vous !

Posts les plus consultés de ce blog

Journal d'une étudiante accueillie (Chapitre 29)

  Lundi.                   Je me lève de bonne humeur, sachant que nous attaquons la dernière semaine de cours avant les vacances scolaires. Je vais enfin avoir un peu de répit ! Cependant, cela m’amena une question que je posai au petit déjeuner, attendant que la famille soit au complet : -           Papa, maman, interpellai-je. -           Oui Manou ? s’intrigua Tom. -           Comment ça se passe pour les vacances scolaires ? interrogeai-je. A partir de vendredi, nous aurons deux semaines de vacances et on n’en a jamais discuté ! Est-ce que l’on rentre chez nous ou est-ce que l’on reste ici ? -           C’est comme vous le souhaitez, les filles, dit Dana. Vous pouvez rentrer chez vous, ou alors vous pouvez rester ici… C’est comme cela vous arrange ! Cependant, tâchez de nous dire rapidement ce que vous décidez car votre père et moi partons une semaine dans notre résidence secondaire en Auvergne. Il nous faut savoir si vous venez pour nous organiser au mieux. -       

Un joli fantôme du passé (Chapitre 18 - 2ème partie)

  Jeudi 25 février.                   Il est bientôt une heure du matin. Brook est partie en ambulance pour l’hôpital le plus proche, nous n’avons pas de nouvelles. Gina est toujours introuvable. Meredith, June, Hailey, Beverly, Penelope et moi sommes en cellule, au poste du shérif. Petite cerise sur le gâteau : mon frère est de service. Apparemment parti en intervention (c’est ce que l’un de ses collègues m’a dit en reconnaissant mon nom de famille), il ne tardera pas à rentrer au poste…et à me trouver là. Je ne serai pas rentrée pour une heure du matin, j’ai encore pas mal d’alcool dans le sang et je suis au poste du shérif pour tapage nocturne et suspicion d’implication dans la disparition de Gina. Romain va me tuer. Manon va me tuer ; et lorsqu’il rentrera de Berlin, papa va aussi me tuer. Je ne vais plus pouvoir m’asseoir pendant des semaines.                   C’était la deuxième fois de ma vie que je me retrouvais au poste à la suite d’une soirée. La première fois, j’éta

L'équation féminine (Chapitre 5)

  Lundi 5 avril 2021                 Il est dix heures, je suis au boulot et je m’ennuie à mourir. Aucun appel, aucune démarche administrative à faire, rien. Je me laisse à écouter mon démon qui me dit d’aller faire un peu de shopping sur le net. Je me rends donc sur mon site préféré et vais à la pêche aux nouveautés. Après avoir fait le plein pour les enfants, je m’achète trois ensembles pas chers, ainsi que deux paires de sandales pour cette saison de printemps. Une fois le panier bien rempli, je jette un coup d’œil à la somme totale : 239,94€. C’est beaucoup. Si l’on retire les vêtements destinés aux enfants, il me reste environ 150€ à payer. Après la dispute concernant les factures impayées, Alexandre m’a enlevé 200€ sur mon budget shopping du mois. Il ne me reste donc plus que 50€. 50, pas 150… Mais j’ai tellement besoin de toutes ces jolies choses ! J’hésite un moment avant de valider, puis je clique en fermant les yeux et priant pour qu’Alexandre ne me tombe pas dessus

Le tutorat de Little Princess - Partie 2 (Séance 1)

Les éventuelles citations de Thomas, Gabriel et Antoine ne sont pas une volonté de ma part de comparer les différents tuteurs que j’ai eu, juste de comparer les différentes expériences vécues avec eux.                     Antoine est quelqu’un de bien. Vraiment. Je souhaitais commencer ce récit par cette phrase car c’est la première chose que j’ai pensé en le voyant : c’est quelqu’un de bien.                     En novembre dernier, il m’a fallu choisir entre Thomas et Antoine. Notre choix à Hugo et moi s’est tourné vers Thomas, je ne sais plus pour quelle raison. Cependant, j’avais dit à Antoine que si Thomas abandonnait, la place serait pour lui : c’est exactement ce qui s’est passé. Le jour même de l’abandon de Thomas, Antoine et moi reprenions notre conversation là où nous nous étions arrêtés il y a dix mois.                 Je voulais me laisser du temps pour faire le deuil de Thomas mais je ne pouvais pas me le permettre : ma pré-rentrée avait eu lieu, impossible qu

Un joli fantôme du passé (Chapitre 17)

 Ce chapitre a été écrit par Marie, une fan de ce petit blog. Malgré mes quelques commentaires et reprises, ce chapitre a été entièrement créé par elle. Je tiens donc à lui adresser mes plus sincères remerciements et ma reconnaissance pour s'être jetée à l'eau ! Je trouve son travail vraiment super ; et vous ? Si vous aussi, vous voulez tenter d'écrire un chapitre d'une de mes histoires, n'hésitez pas à m'envoyer un mail, ce sera avec une immense joie ! Peace, L.P. Jeudi 28 janvier   Je me retourne dans mon lit et cherche à trouver une meilleure position pour dormir ; mais il n’y a rien à faire : je suis bien réveillée. Je n’ai aucune idée de l’heure qu’il est ; cependant il doit encore faire nuit puisque pas un rayon de lumière ne passe à travers mes volets. Immédiatement, l’envie de rejoindre Trent dans sa chambre s’empare de moi. Je ne suis pas certaine d’avoir la permission de quitter mon lit mais mon désir ne disparaît pas. Je tente sans succès de me

Le tutorat de Little Princess - Partie 2 (Séance 2)

  -           Y’a pas mal de tuteurs qui ont abandonné car j’étais un peu trop récalcitrante, prévins-je Antoine lors de notre première entrevue. -           D’accord. Je ne pense pas que ce sera mon cas. -           On verra, dis-je alors. -           Oui, on verra. Au fait, je voulais te prévenir car il y en a que ça déstabilise : je ne hausse jamais le ton. -           Jamais ? m’étonnai-je. -           Jamais, confirma Antoine. J’ai un ton ferme mais je ne le hausse pas. -           Y’en a pas mal qui m’ont dit ça aussi, ils ont tous fini par le faire, ris-je. Y compris Gabriel et Thomas. J’ai un don pour faire sortir un tuteur de ses gonds. -           Je ne m’énerve jamais, insista Antoine. Devinez qui m’a crié dessus dès la deuxième séance ? Je serais même tentée de dire qu’il s’est vraiment fâché ; mais il faudrait que ce soit lui qui confirme, étant donné que je n’étais pas à sa place et que je ne savais pas s’il ressentait de la colère ou non. Quoiqu’il en soi

La fin d'une chose est le début d'une autre...

  Pour des raisons personnelles (qui n'ont donc strictement rien à voir avec moi), Thomas est dans l'obligation de stopper le tutorat ! La rubrique : "Le tutorat de Little Princess" touche donc à sa fin...en ce qui concerne Thomas ! Si mon prochain tuteur (ou ma prochaine tutrice !) l'autorise, je reprendrai peut-être cette rubrique... Je remercie sincèrement Thomas pour son dévouement, sa régularité et son intransigeance, même si ce fût très douloureux pour moi ! Je ne nie pas les très gros progrès qui ont été faits et persiste à dire qu'il 'était un très, très bon tuteur ! Me voilà totalement orpheline, à la recherche d'un nouveau tuteur ou d'une nouvelle tutrice ! A bientôt pour de nouvelles aventures ! Peace. L.P.

C'est la reprise !

  Joyeuse nouvelle !  Le tutorat de Little Princess reprend du service avec la partie 2 ! Mon nouveau tuteur, Antoine, m'a convoquée dès ce soir chez lui ! Affaire à suivre donc... A très vite, les amis ! L.P.

Le tutorat de Little Princess (Fin de la partie 2)

  Eh oui, ce fut très court avec Antoine... Mais nous ne nous correspondions malheureusement pas. Je suis beaucoup trop chipie ! Par chance, un nouveau tuteur, Yves, commence déjà à prendre le relais. Ce nouveau tutorat commencera pleinement dans quelques semaines, vous pourrez donc suivre nos aventures, à Yves et moi, d'ici quelques temps ! Patience... Le tutorat de Little Princess   - Partie 3 reprendra du service fin octobre ! J'espère qu'Yves est le bon, cette fois-ci ! Mais si Hugo et Gabriel l'ont déjà adopté, je n'ai de mon côté aucun doute sur sa capacité à me tutorer efficacement ! Affaire à suivre, donc... A bientôt ! L.P.